Jean-Michel Dubé sur André Mathieu

0

Jean-Michel Dubé est le cadet d’une famille de cinq enfants, dont quatre sont pianistes. À l’âge de trois ans, il commence le piano à la maison avec sa mère, elle-même pianiste. À l’âge de sept ans, il entre au Conservatoire de musique de Québec. En 2015, il remportait le grand prix du Concours Hélène-Roberge, ce qui lui a permis d’enregistrer, grâce à Espace XXI et Aramusique, les œuvres d’André Mathieu. Ce disque constitue une première mondiale, car l’intégrale de ses œuvres pour piano n’avait jamais été enregistrée auparavant.

Comment êtes-vous arrivé aux compositions d’André Mathieu ?

« L’idée de travailler les œuvres de ce compositeur vient de mon beau-père, Bruno Laplante, fondateur du Nouveau Théâtre Musical et qui a édité les partitions des œuvres d’André Mathieu pour piano solo. Étant friand de notre patrimoine québécois, je me suis dit que plutôt que de m’intéresser à des œuvres qui ont été enregistrées des centaines de fois, comme celles de Beethoven, pourquoi ne pas enregistrer les œuvres d’un de nos compatriotes ? »

Un des aspects très intéressants de cet album est l’ordre des morceaux.

« Printemps canadien et Été canadien sont mes œuvres favorites. Pour moi, elles sont très évocatrices. Par exemple, dans Printemps canadien, je peux très bien sentir la vision qu’a un jeune enfant de cette saison de renaissance : on voit les bourgeons éclore, on entend les gazouillis des oiseaux, la rivière qui coule, etc. Pour ce qui est d’Été canadien, je vois le jeune enfant heureux d’avoir terminé l’école et content de pouvoir courir à l’extérieur, ce qui donne à la pièce un caractère très léger.

« La pièce Les gros chars qu’il a composée à l’âge de quatre ans est des plus extraordinaires, car elle reproduit exactement le son des trains de cette époque. Le jeune Mathieu attendait souvent son père à la gare de Saint-Constant et était inspiré par l’arrivée des locomotives. La plupart des œuvres de jeunesse sont inspirées par ce qui l’entourait. On pense ici à la Procession d’éléphants inspirée de sa visite dans un cirque de passage à Montréal.

« Par la suite vient la période de son influence française et dans le Concerto de Québec, on entend très bien l’influence russe. On peut remarquer des traces de Tchaïkovski, de Rachmaninov et même de Glazounov. En particulier, on peut y entendre des frottements, ce qui provoque une sorte d’atonalité très brève. Dans le Prélude romantique, une des dernières œuvres dont on dispose, on retrouve beaucoup plus de traces d’atonalité, voire de musique plus contemporaine, ce qui est plutôt surprenant, car André Mathieu avait plutôt tendance à être un compositeur d’influence romantique et postromantique. »

Quels sont vos projets après cet album ?

Je désire réaliser une tournée canadienne et européenne en 2018, année de la célébration du 50e anniversaire de la mort d’André Mathieu. Mon autre projet le plus immédiat est d’enregistrer un deuxième album de ce qui constituait une partie du grand prix du Concours Pierre-de-Saurel que j’ai gagné en 2016. Je désire maintenant me tourner vers les concours internationaux.

Le disque de Dubé des œuvres d’André Mathieu est un des CD Découverte de La Scena Musicale offert aux abonnés gratuitement ici.

Partager:

A propos de l'auteur

Camilo Lanfranco is Assistant Manager at La Scena Musicale. Cradled to sleep by live music events, Camilo grew up surrounded by different rhythms, sounds and musical philosophies. These expressions soon led him to focus on Cultural Interactions in the Arts, specifically Cinema and New Media. He holds an Hon. Bachelors in Sociology and Economics from the University of Toronto and he is a current MA Film Studies student at l’Université de Montréal. He is also the founder of MUSI Magazine (2008-2011) and producer of several documentaries.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.