Ni contrainte, ni obstinée, La Nef fait briller ses basses

0

Les concerts de La Nef ont le don de nous rencontrer là où on ne les attend pas. Que ce soit dans le choix du répertoire, l’attention portée à l’aspect scénique ou l’interaction entre les musiciens, le voyage est toujours nouveau. Ce qui reste intouché ? L’audace, la prise de risque et la bonne humeur. Mardi dernier, Space Time Continuo nous présentait un répertoire entièrement baroque sous la direction musicale d’Amanda Keesmaat et de Dorothéa Ventura, concentré sur les registres graves en mettant en lumière un large éventail d’instruments d’époque.

Sur scène, les musiciens forment un hémicycle au centre duquel trônent majestueusement l’orgue et le clavecin, invitation à rejoindre l’ensemble dans un salon intime, ce que confirme la première pièce où ils s’adonnent à une improvisation qui neutralise la barrière entre public et interprètes. Nous entrons dans leur jeu. Ce n’est qu’après quelques pièces que le concert naît, que les musiciens deviennent consorts pour nous laisser entendre des conversations harmonieuses, des dialogues et échanges sentis, révélant l’écriture de Charpentier, Corette ou Rameau parsemée d’improvisations.

Il peut sembler paradoxal d’accorder autant d’importance à l’improvisation avec des instruments au registre grave, généralement moins armés pour cet exercice. Pourtant, les six musiciens s’en sortent haut la main. Les lignes de basson de Karim Nasr sont claires, chantantes et très musicales. Que ce soit au violoncelle baroque ou à la basse de violon, Amanda Keesmaat insuffle au répertoire une vie et une authenticité admirables, magnifiées par sa grande maîtrise de l’instrument. Certes, les musiciens n’ont pas tous la même facilité à improviser, le même langage ou encore les mêmes modes, ce qui crée par moments anachronismes et dissonances, mais tous se prêtent à ce jeu avec sincérité et prise de risque, et le résultat est tout à fait appréciable. Pierre-Yves Martel fait corps avec sa viole de gambe, passant aisément des inflexions baroques à un jeu rythmique plus proche de nous, tandis que Dorothéa Ventura apporte des textures enveloppantes à l’orgue et une belle continuité musicale au clavecin, qu’elle rompt avec des passages soigneusement improvisés. Avec les minutes, cette conversation à six s’anime et vibre d’un seul élan dans les dernières pièces, laissant la nef musicale filer comme une comète à travers le continuo espace-temps.

Ce concert de La Nef a réussi le pari difficile de nous tenir en haleine avec un répertoire entièrement baroque et méconnu provenant d’une quinzaine de compositeurs différents. Il nous a permis d’admirer l’apparence et le son d’instruments peu fréquents sur la scène musicale, voire très rares dans un contexte soliste. Leur portée sonore aurait sans doute été optimisée dans une salle plus intime. Il est aussi inhabituel qu’appréciable de voir des musiciens se compromettre ainsi dans des programmes à la fois originaux et audacieux, construits avec intelligence et dans le respect de la musique. On en redemande.

___

Le prochain concert de La Nef, American Art Song, aura lieu le 17 avril prochain à la Maison de la culture Maisonneuve. www.la-nef.com

___

Space Time Continuo | 19 février 2019, Salle Bourgie

Direction musicale, Amanda Keesmaat et Dorothéa Ventura

Amanda Keesmaat, violoncelle baroque, basse de violon | Dorothéa Ventura, orgue, clavecin | Sylvain Bergeron, archiluth, guitare baroque | Karim Nasr, basson baroque | Pierre-Yves Martel, viole de gambe | Antoine Malette-Chénier, harpe.

Partager:

A propos de l'auteur

Benjamin Goron est écrivain, musicologue et critique musical. Titulaire d’un baccalauréat en littérature et d’une maîtrise en musicologie de l’Université Paris-Sorbonne, il a collaboré à plusieurs périodiques et radios en tant que chercheur et critique musical (L’Éducation musicale, Camuz, Radio Ville-Marie, SortiesJazzNights, L'Opéra, revue québécoise d'art lyrique). Pianiste et trompettiste de formation, il allie musique et littérature dans une double mission de créateur et de passeur de mémoire.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.