Salle Claude-Champagne : Une mise en valeur du patrimoine culturel

0

Inaugurée dans les années 1960 par la congrégation des sœurs des Saints-Noms-de-Jésus-et-de-Marie, la salle Claude-Champagne compte parmi les lieux de concerts les plus emblématiques de Montréal. Certains des plus grands ensembles de la métropole s’y produisent dans des concerts qui marquent plusieurs générations de mélomanes. Radio-Canada occupe également les lieux jusqu’au milieu des années 1970 alors que la société d’État y enregistre ses Grands Concerts. Aujourd’hui affiliée à l’Université de Montréal, la salle Claude-Champagne continue d’accueillir de nombreux orchestres classiques attirés par l’authenticité et la qualité acoustique de l’enceinte. La salle est également devenue le lieu de diffusion principal de l’Orchestre de l’Université de Montréal, en plus d’offrir des résidences à divers ensembles musicaux.

Entretien et ajouts esthétiques

Aux prises avec des installations vieillissantes, l’administration de la salle Claude-Champagne entreprend en 2010 un vaste chantier dans le but de restaurer certains éléments de la structure et mettre à jour l’équipement audiovisuel. La firme d’architecture montréalaise CGA se voit confier le mandat de redonner ses lettres de noblesse à une salle de concert qui accueille encore aujourd’hui plus de 150 événements musicaux par année.

Parmi les priorités, le remplacement du plancher de scène et des fauteuils, l’ajout de herses et la réparation de l’élévateur de piano font partie de la première phase des opérations de restauration. Hors service depuis des années, l’élévateur peut désormais contenir deux pianos, facilitant ainsi la logistique des concerts. Si ces travaux peuvent sembler habituels, la tâche n’est pourtant pas simple. Pour Pierre Corriveau, chef des travaux de réfection, la salle Claude-Champagne a acquis au cours de son histoire une valeur patrimoniale qu’il est essentiel de préserver : « Même si sa construction est assez récente, elle fait selon moi partie du patrimoine. » Hormis certaines réparations antérieures, les caractéristiques architecturales de l’enceinte sont demeurées plus ou moins intactes au fil des ans. Compte tenu de l’ampleur et de la nature des travaux, les risques d’altérer la signature sonore de la salle sont grands. Pour surmonter cet obstacle et préserver le cachet d’origine de la salle, l’équipe de CGA travaille en collaboration avec l’acousticien Jean-Pierre Legault afin de choisir des matériaux qui ne compromettent pas la résonance naturelle.

Trois ans plus tard, une deuxième phase de restauration s’amorce avec le remplacement des panneaux de bois situés sous l’orgue et de part et d’autre de la scène. Fortement endommagés au fil des ans, ces panneaux non seulement jouent un rôle capital dans la distribution du son, mais constituent également une composante centrale de l’identité visuelle : occupant tout le fond de la salle, ces panneaux de bois sont très visibles du point de vue des spectateurs. Encore une fois, il était indispensable pour les architectes de rester fidèles à l’esthétique d’origine de la salle.

Amélioration des ressources techniques

Bien que les travaux d’entretien représentent une part importante du projet de restauration de la salle, un volet consacré à l’amélioration des ressources techniques et à la modernisation de l’équipement de scène est également entrepris. Comme le souligne Corriveau, l’arrivée de nouvelles technologies d’éclairage et de sonorisation offre de nouvelles possibilités aux artistes. En fonction de leur vocation, les salles de concert sont généralement tenues de répondre aux exigences techniques des productions, faute de quoi elles tombent en désuétude. C’est dans cette optique que l’équipe d’architectes de CGA collabore avec les techniciens de la salle Claude-Champagne pour évaluer les nouveaux besoins techniques : de nouvelles herses sont ajoutées en 2010 et en 2016, offrant à l’équipe technique de nouvelles possibilités ainsi qu’une plus grande flexibilité. Un écran de cinéma rétractable est également installé, offrant la possibilité d’accueillir des productions artistiques interdisciplinaires.

Cependant, il est important pour Corriveau de respecter la vocation première des installations et « d’intégrer les nouvelles technologies sans en altérer le cachet ». La salle Claude-Champagne a été conçue avant tout comme un lieu destiné aux prestations musicales. Il incombe donc à l’architecte de trouver un juste milieu entre la préservation du cachet et les besoins techniques, de créer un espace qui répond aux attentes de différentes parties.

Laboratoire de recherche et création

La troisième phase des travaux débute en 2016 et aboutit à l’inauguration d’un laboratoire de recherche et création à même la salle Claude-Champagne. Piloté par le Centre de recherche interdisciplinaire en musique, médias et technologies (CRIMMT), cet ambitieux projet consiste à doter la salle de dispositifs de contrôle des paramètres acoustiques dans l’enceinte, en plus d’offrir des outils de collectes de données. Une régie est également aménagée à l’arrière de la salle, permettant aux chercheurs d’analyser les prestations musicales en temps réel. Le projet voit également la salle Claude-Champagne se jumeler avec la salle multimédia de l’école de musique Schulich (Université McGill) afin de mettre en place une véritable infrastructure d’expérimentation sonore. À titre d’exemple, les chercheurs peuvent mettre en liaison directe les deux salles lors d’expériences afin d’étudier simultanément deux groupes d’auditeurs exposés à la même musique.

Perspectives d’avenir

S’il reste encore beaucoup à faire avant que la salle Claude-Champagne soit remise à neuf, les travaux devront attendre, faute de moyens financiers. Dans tous les cas, il est illusoire selon Corriveau de penser qu’on peut ramener une salle à son état d’origine : avec le changement des technologies et des besoins des artistes, il est nécessaire pour une salle de concert d’évoluer afin de continuer à renouveler l’expérience des spectateurs et des artistes, tout en respectant la valeur patrimoniale des lieux.

www.musique.umontreal.ca

Partager:

A propos de l'auteur

Arnaud G. Veydarier est actuellement étudiant en musicologie à l’Université de Montréal et nourrit un intérêt prononcé pour le jazz, la musique contemporaine et les liens entre musique et développement urbain. Il est pigiste pour La Scena Musicale depuis septembre 2017.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.