Critique de disque : Nouvel Ensemble Moderne, Nouvelle musique juive, vol. 3 – Les prix Azrieli de musique (Analekta)

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

New Jewish Music Vol. 3 – Azrieli Music Prizes

Krisztina Szabó, mezzo-soprano.
Nouvel Ensemble Moderne/Lorraine Vaillancourt
Analekta AN 2 9263
★★★★☆

La Fondation Azrieli et le Nouvel Ensemble Moderne (NEM) s’unissent une fois de plus pour livrer la crème de la création en nouvelles musiques juives.

Advertisement / Publicité

Paru sous l’étiquette Analekta, Nouvelle musique juive, vol. 3 – Les prix Azrieli de musique présente les œuvres des lauréats des prix Azrieli 2020.

Que l’on soit familier ou non avec les musiques juives, l’écoute de ces trois créations plonge l’auditeur au cœur de fascinants carrefours musicaux où tradition et modernité entrent en résonance. Dirigé de main de maître par Lorraine Vaillancourt, le NEM livre ici une prestation magistrale épousant à merveille les contours et les nuances d’œuvres que l’on devine parfois exigeantes.

Les hostilités sont lancées avec Kadosh Kadosh and Cursed (2020), un tumultueux hommage du compositeur israélien Yitzhak Yedid à ses racines hiérosolymites. Les vingt-quatre tableaux musicaux constituant l’œuvre dessinent tour à tour une enivrante mosaïque d’influences juives et arabes dont la puissance dramatique est progressivement libérée.

Autre moment fort, Estro Poetico-armonico III (2020) du néerlandais Yotam Haber est le dernier volet d’une série d’œuvres inspirées par l’approche syncrétique du compositeur baroque Benedetto Marcello. Haber y poursuit son exploration des musiques traditionnelles juives, en juxtaposant cette fois des enregistrements de cantillations et divers textes liturgiques et poétiques portés par la voix sublime de Krisztina Szabó (mezzo-soprano).

La compositrice canadienne Keiko Devaux propose ensuite Arras (2020), une toile musicale aux couleurs chatoyantes et aux textures riches majestueusement interprétée par le NEM. L’album se clôt avec panache sur l’interprétation émouvante de la soprano Sharon Azrieli dans Dissidence (1955), une œuvre majeure du compositeur émérite Pierre Mercure. 

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Arnaud G. Veydarier est actuellement étudiant en musicologie à l’Université de Montréal et nourrit un intérêt prononcé pour le jazz, la musique contemporaine et les liens entre musique et développement urbain. Il est pigiste pour La Scena Musicale depuis septembre 2017.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.