Les cinq commandements de la santé de la voix

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Pour la deuxième fois en cinq ans, l’étoile de la pop Adele a été contrainte d’annuler la fin de sa tournée en raison d’un trouble des cordes vocales. Ses récents problèmes ont suscité dans les médias sociaux un vif débat sur la santé de la voix. Les laryngologistes, professeurs de chant et grands experts de la voix s’efforcent tous d’expliquer pourquoi autant de vedettes souffrent actuellement de troubles de la voix.

Lorsqu’il est question de la voix, la liste des choses à faire et ne pas faire est longue. Pensons simplement à la célèbre soprano Shirley Verrett qui s’isolait les jours de concert pour garder le silence ou au légendaire ténor Franco Corelli qui demandait à sa femme de poser une croix contre son larynx afin d’invoquer pour sa voix la protection divine.

Mes propres recherches sur les données scientifiques et les mythes associés à la santé de la voix m’amènent à vous proposer les cinq commandements suivants.

Premier commandement : Tu garderas le silence

Si vous avez la voix fatiguée, l’une des meilleures lignes de conduite est de garder le silence… complet : évitez de parler ou de chanter ou de prononcer des sons étranges. En moyenne, les cordes vocales mesurent 23 mm à peine et se composent de tissus mous très minces, sensibles et élastiques. Pour récupérer pleinement de microtraumatismes, comme la fatigue vocale liée au fait d’avoir trop chanté ou parlé, ces tissus ont généralement besoin d’au moins 48 heures. On a aussi constaté des niveaux différents de sous-types de collagène dans les cordes vocales. Dans la mesure où le collagène a un impact direct sur l’endurance vocale, on peut affirmer grosso modo que plus les cordes vocales sont riches en collagène, meilleures seront l’endurance et la souplesse de la voix.

Deuxième commandement : Tu ne fumeras ni ne vapoteras point

De toute évidence, la fumée irrite les tissus délicats des cordes vocales et des poumons. Quoique les recherches encore fragmentaires ne permettent pas de conclure définitivement que le vapotage a des effets nocifs sur la voix, l’orthophoniste Kristie Knickerbocker exhorte ses lecteurs dans un article du Voice Council Magazine à ne pas présumer que les cigarettes électroniques sont sans danger faute de preuves contraires. « D’un point de vue clinique, ajoute-t-elle, vous inhalez un produit transformé et exposez donc les tissus les plus délicats de votre organisme à des substances étrangères qui peuvent s’avérer toxiques. »

Troisième commandement : Tu te méfieras du reflux acide

Aussi connu sous le nom de reflux gastro-œsophagien (RGO), le reflux acide – l’une des affections les plus courantes chez les chanteurs – se produit lorsque les liquides en grande partie acides provenant de l’estomac remontent dans l’œsophage. On parle de reflux laryngo-pharyngé lorsque ces liquides remontent jusqu’à la gorge et au larynx qui de toute évidence ne sont pas conçus pour résister au taux d’acidité de l’estomac.

Les symptômes de ces deux types de reflux acide sont les suivants : raclement de gorge persistant, surabondance de mucosités, enrouement, sensation de serrement de la gorge, laryngospasme, échauffement difficile de la voix et mal de gorge. Il est important de préciser que le reflux acide ne s’accompagne pas toujours des habituelles brûlures d’estomac. Il est donc nécessaire de procéder à une endoscopie suivie d’une évaluation appropriée par un ORL afin de déterminer la présence d’un RGO et le traitement à privilégier. En règle générale, le spécialiste prescrit à la fois des inhibiteurs de la pompe à protons pour bloquer la sécrétion acide et un régime alimentaire exempt de café, d’alcool et d’aliments gras.

Quatrième commandement : Tu éviteras les anticoagulants

Vous avez mal à la tête… Un Advil fera l’affaire, vous dites-vous. Faux ! Si vous utilisez votre voix professionnellement et souffrez de maux de quelque nature que ce soit, vous devez opter pour Tylenol ou tout autre produit à base d’acétaminophène. À l’instar du Motrin et du Nuprin, l’Advil contient un ingrédient actif appelé ibuprofène qui est un anticoagulant. Les anticoagulants augmentent le risque d’hémorragie des cordes vocales. (Autre anticoagulant encore plus puissant, l’aspirine devrait servir à prévenir la formation de caillots et non à soulager les maux de tête.)

Certains aliments font également office d’anticoagulants naturels : l’ail et le gingembre sont les plus populaires chez les chanteurs. Si vous pensez qu’en ingérant beaucoup de gingembre cru, vous prenez soin de votre voix, détrompez-vous : vous pourriez en fait augmenter le risque d’hémorragie des cordes vocales. Manifestement, il n’est pas nécessaire d’éviter systématiquement les anticoagulants naturels et les anti-inflammatoires : il suffit de suivre la posologie avec prudence.

Cinquième commandement : Tu resteras calme et boiras de l’eau

Les chanteurs sont toujours à l’affût de l’élixir miraculeux qui leur permettra de conserver une voix éternellement belle et jeune. Le voici : beaucoup d’eau !

Au risque de rappeler une évidence, pour entretenir la voix, les grands experts, professeurs de chant, médecins et orthophonistes conseillent avant tout de bien s’hydrater. À défaut de chiffre magique, il est communément recommandé de boire de six à huit verres d’eau par jour. La meilleure façon (et la plus pratique) de s’assurer d’une bonne hydratation est de vérifier la couleur de son urine : elle devrait être pâle. En outre, si vous buvez du thé, du café ou de l’alcool, sachez que ces liquides peuvent provoquer la déshydratation. Il pourrait donc être nécessaire d’ajuster votre apport d’eau en conséquence.

Tout a une incidence sur la voix, y compris les pensées. Pour prendre soin de sa voix, la tactique la plus éprouvée consiste à adopter une approche holistique et à écouter son corps sans faire fi de la science et des faits. Par exemple, si une tasse d’espresso fumant vous fait chanter comme Pavarotti, n’hésitez pas à la prendre, mais sachez tout de même qu’il s’agit sans doute plus d’un effet psychologique que d’une réaction physiologique. Votre douce habitude n’a pas de fondement scientifique, mais avec modération, elle n’occasionne aucun préjudice et vous aide à vous épanouir. Voilà sans doute la meilleure façon d’assurer la santé de votre voix.

Traduction par Véronique Frenette

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.