Alexander von Zemlinsky : Symphonie lyrique (Accentus)

0
La Scena Musicale's Discovery Box
80%
80%
  • 4
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Je ne pense pas trop m’avancer en disant qu’il n’existe pas encore d’exécution satisfaisante de cette œuvre troublante. Lorin Maazel l’a dirigée pour DG avec une intervention minimale. Michael Gielen a fait paraître un enregistrement d’un concert radiophonique assez leste. Riccardo Chailly l’a abordée avec le Concertgebouw au début des années 1990 – la meilleure version jusqu’ici, même si elle demeure encore éloignée, selon moi, de l’essence de l’énigme Zemlinsky.

La Symphonie lyrique est la seule œuvre majeure à prendre la forme de Das Lied von der Erde. Outre que les mezzos et les ténors ont été remplacés par des barytons et des sopranos, la symphonie reste un hommage fidèle, sur les plans structurel et émotionnel, au chef-d’œuvre de Mahler. Là où Mahler s’est tourné vers l’Est et les poètes de la dynastie Ming, son disciple Zemlinsky a choisi d’interpréter les paroles du philosophe indien Rabindranath Tagore. Zemlinsky a présenté sa version de l’œuvre en 1923, une douzaine d’années après la mort de Mahler, alors qu’il était directeur musical du théâtre allemand de Prague.

La différence entre les deux réalisations est que Mahler, dans Das Lied, se tourmente sur l’impossibilité pour deux êtres de se rapprocher au niveau le plus profond, alors que Zemlinsky dépeint l’amitié de manière plus candide. Qu’à cela ne tienne, il sait toucher le cœur des auditeurs, et son nouvel enregistrement avec l’Orchestre symphonique national de la radio polonaise se démarque. Le chef allemand Alexander Liebreich accélère la cadence, qui devient beaucoup plus rapide que chez Chailly, un pari qui paie en rythmes précis et concentrés. Les solistes Johanna Winkel et Michael Nagy ne font rien de dramatique, interprétant la pièce tout juste comme elle devrait l’être. L’orchestre, enregistré à la nouvelle salle du NOSPR, est, quant à lui, de toute première classe, avec un son net et limpide. Écoutez attentivement et vous entendrez autant d’échos de la Cinquième et de la Neuvième de Mahler que du Chant de la terre.

Advertisements

Cette interprétation phare est ingénieusement combinée au Concerto pour violon no 1 de Szymanoski, contemporain dans son atmosphère et dans sa confusion, avec Elina Vähälä comme soliste. La meilleure version disponible.

Traduction par Andréanne Venne

La Scena Musicale - Coffret Découverte
Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.