Un nouveau rapport décrit la situation des femmes dans les arts au Canada

0

Toronto, 17 octobre 2018 – Le Conseil des arts de l’Ontario (CAO) vient de publier Situation des femmes dans les industries artistiques et culturelles au Canada : examen de la recherche 2010-2018, un rapport commandé auprès d’une équipe de recherche dirigée par Amanda Coles, une Canadienne membre du corps professoral de l’Université Deakin en Australie.

Ce rapport présente une synthèse importante des recherches existantes sur la situation des femmes dans les arts en Ontario et au Canada. La majorité des recherches existantes porte sur des secteurs particuliers, comme les arts médiatiques/sur écran, le théâtre, etc., au lieu d’examiner l’ensemble des industries artistiques et culturelles.

Le rapport se penche sur six secteurs : les arts visuels, la danse, le théâtre, la littérature, la musique et les arts médiatiques/sur écran.

Principales conclusions du rapport

Revenu et rémunération

  • Les recherches démontrent qu’il y a un écart de rémunération omniprésent entre les hommes et les femmes dans les six secteurs à l’étude. En général, le revenu moyen des femmes est inférieur à celui de leurs homologues masculins. C’est là une caractéristique incontournable du travail dans les industries artistiques et culturelles au Canada.

Études et formation

  • L’absence de parité entre les sexes dans les industries artistiques et culturelles ne peut être expliquée par la formation ou les compétences des femmes artistes et des travailleuses culturelles. Une analyse intersectorielle des données disponibles sur les études et la formation démontre clairement que dans les six secteurs, le niveau d’études des femmes est aussi élevé que celui des hommes.

Leadership

  • Les femmes sont bien représentées dans les rôles de leadership administratif dans les milieux des arts visuels, de l’édition et du théâtre, ainsi qu’au palier supérieur des orchestres canadiens. Les rôles de direction des organismes et de direction administrative dans l’industrie de la musique sont dominés par des hommes. Il y a une absence notable de données sur le leadership administratif dans les secteurs de la radiodiffusion, de la production cinématographique et télévisuelle, du secteur des médias numériques interactifs et de la danse.
  • Les femmes sont gravement sous-représentées dans les principaux rôles de leadership artistique dans les arts médiatiques/sur écran, le théâtre et la musique. Par contre, les principaux rôles de leadership dans les arts visuels et l’édition, comme les commissaires et les rédacteurs, sont dominés par les femmes.

Reconnaissance professionnelle et sectorielle

  • Dans tous les secteurs, les œuvres artistiques et créatives des femmes ont beaucoup moins de visibilité (que ce soit sous forme de productions ou d’expositions) et sont beaucoup moins reconnues (de prix) par le public que celles des hommes.

Tendances de la main-d’œuvre et des emplois

En général, les effectifs des industries artistiques et culturelles en Ontario sont paritaires. Les femmes constituent 52 % des artistes et 51 % des travailleurs culturels de l’Ontario. Toutefois, la répartition des sexes dans les neuf principaux groupes professionnels varie énormément :

  • Quatre groupes ont un déséquilibre des sexes, où un sexe forme plus de 60 % des effectifs : les danseurs (86 % de femmes), les artisans (61 % de femmes); les producteurs, réalisateurs et chorégraphes (33 % de femmes); et les chefs d’orchestre, compositeurs, et arrangeurs (35 % des femmes).
  • Il y a équilibre des sexes dans quatre groupes, où les effectifs d’un sexe se situent entre 40 et 60 % : les autres artistes de la scène (53 % de femmes); les artistes visuels (54 % de femmes); les auteurs et écrivains (54 % de femmes); et les acteurs et comédiens (46 % de femmes).
  • Un seul groupe est paritaire, où la répartition des sexes est entre 49 et 51 % : les musiciens et chanteurs (50 % de femmes).

Pour en savoir plus.

Le rapport constate des lacunes dans les recherches

L’examen a révélé l’absence d’études sur les façons dont les inégalités entre les sexes peuvent être aggravées lorsqu’elles sont conjuguées à d’autres facteurs de discrimination comme la racialisation, l’âge, l’orientation sexuelle, le handicap, etc. De plus, les recherches actuelles adoptent en large mesure une approche binaire au genre (c’est-à-dire, hommes et femmes seulement). Étant donné ces lacunes dans les recherches, le rapport n’a pas pu examiner les questions importantes de l’intersectionnalité et de l’égalité des genres non binaires.

Citations

« Je suis heureuse que le Conseil des arts de l’Ontario puisse contribuer à notre compréhension globale du statut des femmes dans les arts. Ce n’est certes pas une nouvelle problématique, mais cette question resurgit dans le cadre d’une discussion plus générale entourant l’équité. Nous allons continuer dans la foulée de ce rapport en demandant aux candidats et candidates des questions plus détaillées de nature démographique, y compris sur le genre, à partir de 2019-2020, dans le cadre d’une approche volontaire d’auto-identification », a déclaré la présidente du Conseil des arts de l’Ontario, Rita Davies.

« Le rapport du CAO complétera de nouvelles initiatives qui viendront enrichir notre savoir collectif sur cette question. Par exemple, l’examen du Comité permanent du patrimoine canadien sur la parité hommes-femmes dans les conseils d’administration et au niveau des postes de cadres supérieurs des organismes artistiques et culturels canadiens doit publier prochainement son rapport sur cette question », a déclaré le directeur général du CAO, Peter Caldwell. « Nous avons hâte d’explorer avec nos collègues des milieux des arts et des bailleurs de fonds comment aider la communauté artistique à obtenir de meilleures données sur leurs effectifs. »

Contexte

Ce rapport comporte une analyse intersectorielle qui recense les thèmes communs qui se détachent d’un examen des recherches sur chaque secteur tout en relevant les différences entre les secteurs. Il concentre sur les principaux indicateurs quantitatifs qui éclairent les expériences professionnelles des femmes artistes et des travailleuses culturelles en Ontario en particulier et au Canada en général.

Les données proviennent des études publiées, notamment les recherches savantes et les rapports sectoriels de haute qualité. Des sources secondaires, y compris de grands médias et du matériel de promotion des intérêts de l’industrie, ont également été utilisées lorsqu’elles étaient crédibles et appropriées, pour combler l’absence de données.

À propos d’Amanda Coles, Ph. D.

Amanda Coles est une chercheuse canadienne titulaire d’un doctorat en politiques publiques comparatives de l’Université McMaster. Elle est chargée de cours dans le programme de maîtrise en gestion des arts et de la culture de la Faculté des affaires et du droit de Deakin University (Australie), cochercheuse au Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail (CRIMT) de Montréal, et chercheuse affiliée du Centre for People, Organisation and Work (CPOW) à RMIT University (Australie).

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.