Conseil québécois de la musique: “Le degré de socialisation lorsque l’on assiste à un concert semble avoir été surévalué”

0

Deuxième vague

Lundi le 28 septembre, à la consternation générale, les concerts des régions les plus populeuses du Québec sont emportés par la deuxième vague de la pandémie. La fermeture des salles de spectacle sera obligatoire à compter du 1er octobre dans les régions identifiées en rouge sur la carte des paliers d’alerte par région, soit : La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) – Montréal, Laval et une partie de la Montérégie, l’Agglomération de Québec incluant Saint-Augustin-de-Desmaures, L’Ancienne-Lorette et Wendake, la MRC de la Jacques-Cartier, la MRC de la Côte-de-Beaupré et la MRC de l’île d’Orléans, Chaudière-Appalaches, Lanaudière, la MRC Les Moulins et la MRC L’Assomption, Laurentides, la MRC de La Rivière-du-Nord, la MRC de Deux-Montagnes, la MRC de Mirabel, la MRC de Thérèse-De Blainville.

Entre le 1er et le 28 octobre, tout rassemblement sera interdit pour les zones rouges et fortement déconseillé pour les autres régions. Tous les arts de la scène sont ébranlés par cette deuxième secousse. Après tous les efforts déployés pour reprendre les activités de manière sécuritaire, nous sommes contraints, encore une fois, de défaire et de refaire le travail.

Mardi le 29 septembre, le CQM a participé à une conférence téléphonique convoquée par le ministère de la Culture et des Communications, pour faire le point sur la situation.

La propagation de la COVID-19 connaît une remontée inquiétante et le gouvernement du Québec demande, une fois de plus, à la population de limiter leurs activités de socialisation pour éviter de répéter la situation vécue le printemps dernier. Bien que le milieu culturel ait fait preuve d’une coopération et d’une rigueur exemplaires dans la mise en oeuvre de plans sanitaires adaptés à leurs activités aux lieux de diffusion, et à l’accueil du public, la fréquentation des lieux culturels est considérée comme étant une incitation à la socialisation dans un contexte de rassemblement.

Ce qui fut précisé lors de cet appel :
En respectant les mesures sanitaires en place ;

  • Les salles de spectacle et autres lieux appropriés demeurent accessibles pour les répétitions;
  • Les captations audio et vidéo sans public sont permises;
  • Les résidences d’artistes sont autorisées.

Ce qui reste à préciser :

  • L’autorisation des déplacements interrégionaux des artistes qui passent d’une zone à l’autre dans le cadre de la présentation d’un spectacle;
  • L’autorisation des déplacements interrégionaux des artistes qui passent d’une zone à l’autre dans le cadre de répétitions;
  • L’autorisation de dispenser des cours ou des ateliers de musique et de chant choral, en groupe, à la population. Le premier ministre demande à la population de se restreindre aux activités essentielles, toutefois, on remarque que certaines activités de loisirs, tels que celles en centres sportifs, ont toujours le feu vert;
  • Les mesures compensatoires qui seront offertes aux diffuseurs devraient être connues d’ici la fin de la semaine. On nous assure que de l’argent frais est au rendez-vous.

En ce qui concerne ce dernier point, le travail sur la mise en place des mesures compensatoires promises au printemps n’a jamais abouti. Les discussions entre les gouvernements fédéral et provincial sur le sujet ayant achoppé, les deux parties ont convenu qu’elles agiraient chacune de leur côté. Devant cette promesse de nouvelles mesures compensatoires, il a été demandé que la réflexion porte sur l’ensemble de la chaîne de création, production, diffusion, et non uniquement sur la diffusion.

Le degré de socialisation diffère grandement d’une activité à l’autre. Ainsi, les lieux de culture dans le cadre d’offices religieux ne peuvent accueillir plus de 25 ou 50 personnes, alors que les salles de concert peuvent accueillir 250 spectateurs. Puisque plusieurs ensembles se produisent dans les églises, le CQM a demandé à ce que les lieux de cultes hors des zones rouges puissent accueillir jusqu’à 250 personnes dans le cadre d’un concert. Jusqu’à maintenant une dérogation peut être demandée auprès des directions régionales de la Santé publique. Toutefois, il n’y a pas de procédures claires et standardisées à cet effet.

Le degré de socialisation lorsque l’on assiste à un concert semble avoir été surévalué. Considérant qu’une salle de concert est nettoyée avant l’accueil du public, que les spectateurs portent le masque et qu’ils sont assis à deux mètres les uns des autres, et que, pendant tout le concert, ils restent face à la scène sans parler, quel est le degré de socialisation? D’autant plus que les espaces propices aux discussions, les bars et entractes sont inexistants. Il s’agit d’un rassemblement, soit, mais sans doute moins risqué que le partage d’une partie de badminton dans un gymnase avec 20 personnes. Le gouvernement dit avoir voulu préserver l’économie dans la mise en place des mesures restrictives et souhaite que le plus grand nombre de travailleurs puissent poursuivre leurs activités professionnelles. Il n’a très certainement pas tenu compte de l’économie de la culture.

PCRÉ
La Prestation canadienne de relance économique (PCRÉ) pour les travailleurs annoncée cet été n’a toujours pas été adoptée par la Chambre des communes, alors que la mesure visant la Prestation canadienne d’urgence (PCU) est terminée. Toutefois, la nouvelle mesure devrait être adoptée avant la fin de la première période de déclaration visée par la PCRÉ, à la mi-octobre.

Tout comme l’assurance-emploi, le mécanisme mis en place prévoit que les demandes de PCRÉ seront effectuées rétroactivement, c’est-à-dire, une fois que la période non travaillée est terminée. Ce mécanisme permet aux travailleurs de déclarer tout revenu d’emploi reçu pendant deux semaines. Ainsi, même si la PCU est terminée, les travailleurs autonomes pourront faire leur demande à la PCRÉ sans être pénalisés.

Les détails de la PCRÉ seront rendus publics dès son adoption par la Chambre des communes.

Pour plus d’informations au sujet du CQM, visitez le www.cqm.qc.ca/.

 

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.