Théâtre francophone: Vrac de suggestions, pour la belle saison

0

Envie de bon théâtre, en plein été ? Pas de panique, ça peut s’arranger. D’abord grâce au réseau Accès culture et à ses partenaires, qui proposent des rendez-vous de qualité comme Dis merci, de la metteure en scène Catherine Bourgeois. Vous vous sentez plus aventureux ? Alors, rendez-vous dans un parc près de chez vous ou encore à Blainville, où le sympathique Petit théâtre du Nord souligne son 20e anniversaire. Suggestions pour la belle saison, en vrac.

Dis merci

Connaissez-vous la compagnie Joe, Jack et John ? La merveilleuse compagnie de Catherine Bourgeois a le vent dans les voiles : l’Espace libre vient de l’inviter à titre de compagnie en résidence – ce qui est à souligner – et Brigitte Haentjens la choisissait au printemps dernier pour partager entre elle et d’autres créateurs l’enveloppe du prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle 2017. La compagnie Joe Jack et John, qui depuis ses débuts prône une distribution inclusive et qui sera de passage au Centre national des Arts d’Ottawa l’hiver prochain, vous offre dans le cadre du programme Accès culture son spectacle le plus réussi, Dis merci. Le sujet ? Des voisins préparent une fête de bienvenue pour une famille de réfugiés sur le point d’arriver. Le groupe est sincère, mais terriblement maladroit… Ne dit-on pas que l’enfer est pavé de bonnes intentions ? À voir pour l’intelligence, l’humour et la justesse du propos, à la Maison de la culture du Plateau Mont-Royal. www.accesculture.com/activite/Dis_merci

L’indémodable Fringe est #féministe

Pour le meilleur et pour le pire, le Festival Saint-Ambroise Fringe de Montréal est un raz de marée de contre-culture bilingue qui déferle sur le Plateau Mont-Royal. Il y a de tout : de la danse, du théâtre, de l’humour et de la musique. Oubliez Alice, et passez de l’autre côté du miroir avec les touchants boKa et Mazy : deux clowns qui vous invitent à célébrer… leur mort. De son côté, le Théâtre au Féminin pluriel, qui priorise la place accordée aux jeunes et à l’autre dans une construction collective, présente une pièce jeune public qui aborde les thèmes de la peur de l’autre et l’intimidation, sur fond d’accommodements raisonnables : Qui se souviendra d’Amina ? Dans un tout autre style, la pièce SARA suit la vie d’une strip-teaseuse qui rêve de poésie et souhaite quitter sa vie toxique – c’est la première mise en scène de Jessie Nadeau, une participante d’Occupation double Bali (Du 7 au 17 juin). www.montrealfringe.ca

Jamais sans mon doudou

Débattre de problèmes de société contemporains, d’enjeux politiques, c’est votre style ? Alors pourquoi ne pas le faire à l’ombre d’un arbre et découvrir le travail du Théâtre du Ricochet, fier producteur des Indiscrétions publiques, un parcours théâtral engagé et humoristique, où les spectateurs sont guidés entre sept courtes pièces de jeunes auteurs québécois, dans un parc. Apportez une chaise pliante ou votre couverture. Et gardez-la pour aller voir la 66e production du célèbre Théâtre La Roulotte, qui propose lui aussi dans les parcs de la ville de Montréal Astéroïde B 612, une version 2.0 du célèbre Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, signée Éric Noël et mise en scène par le très populaire Jean-Simon Traversy. En satellite, des ateliers de théâtre gratuits pour les enfants de 6 à 12 ans et des rencontres avec l’auteur, Éric Noël, dans les bibliothèques montréalaises – parents bienvenus. Pour réserver, du 28 juin au 22 août. www.accesculture.com

Le Petit Théâtre du Nord
a vingt ans !

Le Petit Théâtre du Nord a gagné son pari : la compagnie a démontré que le théâtre d’été peut être intelligent et divertissant et qu’il peut générer suffisamment d’intérêt pour que l’aventure perdure. Pour marquer ses 20 ans d’existence, la chouette compagnie renoue avec un ami de la première heure : l’auteur François Archambault, qui signe une pièce taillée sur mesure pour cette compagnie tissée serré, Quelque chose comme une grande famille. Pour situer sa pièce, l’auteur a choisi le début des années 1980, des années difficiles pour le Québec, mais riches d’événements sociaux et économiques. Une famille doit faire face aux conséquences directes des décisions prises par des dirigeants d’entreprise et de lointains politiciens – la petite histoire entre en collision avec la grande. Mais ne vous fiez pas au sérieux de la thématique : Quelque chose comme une grande famille s’annonce gaiement comme une comédie (du 21 juin au 24 août). www.petittheatredunord.com

Et aussi…

La meute, la pièce coup de poing que Catherine Anne Toupin nous a servie cet hiver, fait un retour. Ne reste-t-il que la violence pour répondre à la violence ? Avec La meute, vous serez à mille lieues du théâtre d’été, mais vous adorerez chaque minute de ce suspense psychologique (du 7 au 16 juin et du 21 août au 1er septembre). www.theatrelalicorne.com/lic_pieces/la-meute

Au TNM, Serge Denoncourt s’attaque à Edmond, un texte qui raconte les affres vécues par Edmond Rostand lors de l’écriture de Cyrano. Cette comédie d’Alexis Michalik, récipiendaire de cinq Molières et jouée à guichets fermés à Paris depuis 2016, sera montée sur la scène du Théâtre du Nouveau Monde (26, 27, 28 juillet + 4 et 11 août). www.tnm.qc.ca

Enfin, la 10e édition de Dramaturgies en dialogue, un festival qui propose des textes de théâtre inédits en lectures publiques. Les textes sont écrits par des auteures et auteurs du Centre des auteurs dramatiques, mais des textes étrangers y sont également traduits et présentés en version française. Cette année, le pays invité est la Finlande (du 23 au 30 août). www.cead.qc.ca

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse