Festival de Casteliers : au pays des marionnettes

0
Advertisement / Publicité

Le sympathique Festival de Casteliers, dédié aux arts de la marionnette, souligne son 15e anniversaire d’une belle programmation internationale, qui s’applique à mettre en vitrine le riche éventail des arts de la marionnette. Du 4 au 8 mars 2020. Entrevue avec l’inspirante directrice artistique du festival, Louise Lapointe.

Le Festival de Casteliers arrive à grands pas; il suffit d‘arpenter les rues d’Outremont pour en repérer les indéniables signes annonciateurs. Les marionnettes du 9e parcours-exposition Marionnettes en vitrines ! sont en effet déjà installées derrières les vitrines d’une trentaine de commerçants des rues Bernard, Van Horne et au Théâtre Outremont, mettant cette année en vedette les marionnettes de Louis Bergeron et de sa compagnie Les Marionnettes du bout du monde de Québec. « Le Festival de Casteliers a beaucoup cheminé en quinze ans et la demande est là pour que nous continuions à montrer la contemporanéité et l’évolution de la marionnette » commence vivement Louise Lapointe. Formée en arts visuels puis à l’École Supérieure Nationale des Arts de la marionnette (Charleville-Mézières, France), la directrice artistique fondatrice du Festival de Casteliers a d’abord mis en (œuvre) pratique ses connaissances en tant que technicienne de scène et accessoiriste, élaborant dans l’ombre les premières éditions du Festival de Casteliers. Son travail acharné a porté et continue de porter fruits. Depuis ses débuts, Casteliers n’a qu’un mot d’ordre : programmer des spectacles d’une rigoureuse qualité, pour adultes et enfants, en provenance du monde entier et proposés dans leurs langues originales avec, parfois, des sous-titres en français. Avec l’indéfectible soutien de la Ville d’Outremont et de concert avec l’Association Québécoise Des Marionnettistes (AQM) Casteliers a de plus mené à bien le chantier de la Maison Internationale des Arts de la Marionnette (MIAM), un projet qui était hautement attendu du milieu de la marionnette et qui soulignera son premier anniversaire ce printemps.

La 15e édition du Festival de Casteliers s’ouvrira au Théâtre Outremont, avec la projection du spectacle Mulan du Théâtre de marionnettes de Shanghai, précédée d’un cocktail d’ouverture. En effet, en raison de la situation actuelle en Chine, la compagnie a bien malheureusement été́ contrainte d’annuler sa venue à Montréal. « Casteliers a toutefois choisi de garder le cap et propose de projeter sur écran géant la captation en haute définition du spectacle, car la projection conserve l’essence du spectacle original » indique Louise Lapointe, très attachée au symbole de l’histoire: adapté d’un conte folklorique chinois, le spectacle raconte le parcours de Hua Mulan, une jeune fille douée pour les arts martiaux et d’une sagesse hors du commun, qui décide de se déguiser en homme pour rejoindre l’armée. Sa bravoure et sa ténacité́ aux combats ramèneront la paix dans son pays. La directrice ajoute: « En préservant la présentation de cette œuvre magnifique, fruit du patrimoine ancestral du théâtre d’ombres chinoises, revisité dans une mise en scène contemporaine et acclamée, Casteliers souhaite témoigner sa solidarité́ envers le Théâtre de marionnettes de Shanghai et l’ensemble de la communauté́ chinoise » Présenté́ pour la première fois au Canada, pour deux soirs seulement, Mulan s’adresse à̀ tous les publics, à partir de 5 ans (Théâtre Outremont, les 4, 5 mars https://festival.casteliers.ca/spectacle/mulan/)

Advertisement / Publicité

Sortez vos ados

Pour les adultes et les adolescents, Casteliers propose trois spectacles, présentés en première Canadienne. Ils jouent avec la matière et l’idée du corps physique ou numérique, afin de raconter des récits mythiques, philosophiques ou inspirés de l’actualité internationale – et mieux réinventer la marionnette contemporaine. « Avec l’intégration des arts médiatiques et celle de la technologie, les frontières du 11e art bougent sans cesse et c’est un des aspects que Casteliers a voulu montrer dans le cadre de cette édition anniversaire » reprend Louise Lapointe.

Terres invisibles de la compagnie Livsmedlet (Finlande) questionne le traitement médiatique réservé au drame et à la souffrance des migrants, en jouant du rapport d’échelle entre le micro et le macro. Utilisant leurs corps comme des paysages dramatiques pour des figurines miniatures, dont le parcours chaotique d’exil est filmé en direct avec des mini-caméras, le marionnettiste et metteur en scène Ishmael Falke et la danseuse et metteure en scène Sandrina Lindgren ont créé leur compagnie avec l’ambition de créer des pièces de théâtre pertinentes et visuellement innovantes, en traitent d’enjeux actuels et leur travail est maintenant acclamé à la fois par la critique et le public, à travers le monde.  Ce spectacle est à la fois brillant, touchant et d’une grande beauté, confie Louise Lapointe.  Attention! N’attendez pas plus pour les billets, la salle est minuscule (À la Maison internationale des arts de la marionnette, les, 5, 6 et 7 mars  https://festival.casteliers.ca/spectacle/terres-invisibles/)

Photo : Chungyousuk_Spaf

Inspiré d’Œdipe sur la route, le livre initiatique culte écrit par le romancier et psychanalyste belge Henry Bauchau (Actes Sud -1990) récipiendaire du prestigieux prix Triennal du roman de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le spectacle Anywhere nous entraine sur la trace d’une marionnette de glace qui se transforme peu à peu en eau puis en brume. Le spectacle, destiné aux plus de douze ans, est proposé par la compagnie française Théâtre de l’Entrouvert (Au Théâtre Aux Écuries, les 7 et 8 mars https://festival.casteliers.ca/spectacle/anywhere/)

Il règne une atmosphère étrange dans Occa de l’anima. Trois femmes, de trois générations, vivent dans un château, au bout du monde. Comme dans un conte, l’une chante, un oiseau l’accompagne mais s’envole avec son cœur. Occa de l’anima joue la torsion et le réarrangement du corps pour mieux repenser nos relations familiales, à la fois inspiré de Fin de partie de Samuel Beckett et Les voyelles maudites de l’auteur mexicain Oscar de la Borbolla. Le spectacle de la compagnie Zona de títeres (Mexique-Montréal) qui allie la marionnette, le chant, la musique électroacoustique et la vidéo en direct dans un dispositif scénographique nommé vidéocastel est destiné aux quinze ans et plus (À l’Agora Hydro-Québec, les 5 et 6 mars  https://festival.casteliers.ca/spectacle/occa-de-lanima/ )

Relâche oblige

Casteliers propose également des spectacles qui s’adressent à l’ensemble de la famille, dont le charmant Kazu dans la nuit, version longue de la courte forme qui avait raflé le Coup de cœur du Public Casteliers – 2019.  Louis Lapointe raconte : « Inspiré par le réalisme magique et la micro-fiction, deux courants littéraires d’Amérique du Sud, le français d’adoption Juan Perez Escala nous fait visiter son atelier et nous raconte des Kazus, des sortes de poésies visuelles, marionnettiques et musicales » De fil en aiguille, il passe à un sujet plus intime : Kazu est très amoureux de Lou, mais Lou a disparu. À partir de huit ans ( À l’Auditorium de l’école Paul-Gérin-Lajoie-d’Outremont, les 7 et 8 mars, https://festival.casteliers.ca/spectacle/kazu-dans-la-nuit/)

« Pour la première fois, Casteliers ajoute à sa programmation un spectacle interactif conçu pour éveiller l’imagination et le goût d’explorer des tous-tous-petits de trois mois à trois ans » indique Louise Lapointe d’une voix toute douce. Le Théâtre de Spiegel (Belgique) propose CABAN, une première expérience théâtrale qui relève d’un l’espace de jeu douillet meublé de constructions imaginaires dans lesquels des musiciens jouent, chantent et se déplacent : c’est par-ci, par-là,  dessous, dedans ! (coucou!) Une expérience parent-enfant  inoubliable (Au Gesù, les 6 et 7 mars https://festival.casteliers.ca/spectacle/caban/ )

Pour en découvrir plus dans la même soirée : mention spéciale à la soirée de courtes formes, mettant en vedette trois petits bijoux, Graceland du collectif Les Tables Tournantes (Montréal), Las Meninas du Dotted Line Theatre (Angleterre) et Hamster de Singe Diesel (France). Littérature, histoire de l’art et rock’n’roll sont au menu de cette soirée délirante où s’entremêlent l’humour et la déconstruction de légendes. Pour les dix ans et plus (À l’Auditorium de l’école Paul-Gérin-Lajoie-d’Outremont https://festival.casteliers.ca/spectacle/graceland-las-meninas-hamster/)

Le piano à voile. Photo : A. Zacharie

Coup de cœur pour L’Ubus Théâtre, qui s’est donné comme mission artistique d’aller porter le théâtre aux gens de tous les horizons » en présentant des spectacles de marionnettes pour un public de tout âge. L’originalité de la compagnie repose sur son mode de diffusion, un autobus scolaire, que le père de la fondatrice a légué à ses enfants à sa mort. L’Ubus Théâtre sillonne depuis les routes du Québec, de France et du Brésil. Véritable ode à la compassion, Le piano à voile raconte l’histoire d’un pianiste dont la musique, soudainement, s’est tue. Le récit défile avec bienveillance tel un film musical ou une symphonie visuelle, animé de marionnettes, d’ombres et d’émotions. Le spectacle est présenté en français (À l’Autobus scolaire, Stationnement de l’école Paul-Gérin-Lajoie-d’Outremont, les 5, 6, 7 mars https://festival.casteliers.ca/spectacle/le-piano-a-voile/)

Après son passage au café-causerie du Festival de Casteliers en 2018, le spectacle intégral arrive sur la grande scène du Théâtre Outremont à temps pour clore la quinzième édition du festival sous une forme résolument contemporaine. Cette histoire d’amour et de fin du monde, librement inspirée du roman de l’Islandais Andri Snær Magnason envoûtera les spectateurs de huit ans et plus. Une scientifique passionnée par les oiseaux et qui rêve de sauver le monde, deux jeunes amoureux qui luttent contre l’absurdité́ d’un système qui a perdu toute humanité́. Dans LoveStar, la dernière création du Théâtre Incliné (Laval), en coproduction avec le Théâtre de la Petite Marée (Bonaventure), questionne la croissance effrénée de la technologie dans nos vies avec humour et dans une esthétique futuriste que les enfants connaissent et apprécient déjà (Le 8 mars, au Théâtre Outremont https://festival.casteliers.ca/spectacle/lovestar-2/)

En terminant, jetez un œil sur le site, il est très bien fait, il est truffé d’extraits, et n’oubliez pas d’aller voir toutes les autres activités qui ne sont pas mentionnées plus haut. Et, enfin, tout festival qui se respecte a son off, c’est bien connu et c’est bien entendu le cas de Casteliers qui verra la 7e édition du OUF! au Pavillon Saint-Viateur, le cabaret des festivaliers https://festival.casteliers.ca/spectacle/ouf-festival-off-casteliers-2020/

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.