Giorgia Fumanti. Une voix à la conquête des coeurs.

0

Giorgia Fumanti est une artiste hors-norme au parcours singulier. Née en Italie en Toscane, la diva n’était pas prédestinée à faire une carrière comme chanteuse : elle était très timide et réservée. C’est à 16 ans, avec la chorale de son église locale, qu’elle découvre sa voix et le bonheur de partager la musique avec le public. Trois mois plus tard, elle est soliste au concert de Noël. « J’étais une petite fille très gênée qui ne voulait pas être en avant, c’était un peu bizarre », se souvient-elle. Toutefois, pour assurer son avenir et pour plaire à ses parents, elle entre à l’université en droit et délaisse la musique. « Je viens d’une famille où on a toujours travaillé très fort et il n’y avait pas beaucoup d’espace pour les arts. »

Quelques années passent, mais elle ne parvient pas à oublier la flamme qui brûle en elle et décide de poursuivre son rêve en s’inscrivant, à 26 ans, au prestigieux Conservatorio di Musica Arrigo Boito de Parme afin de parfaire sa technique vocale. Elle comprend assez rapidement qu’elle ne souhaite pas se consacrer à l’opéra, mais qu’elle désire toucher les gens en partageant la musique populaire avec une approche vocale lyrique.

Elle fait la connaissance de Maurice Velenosi, qui deviendra son impresario et son mari, un peu par hasard. Il la découvre en effet par un enregistrement qu’elle avait envoyé à un ami commun, l’auteur-compositeur italien Zucchero Fornaciari. Après cette rencontre, sa carrière prend son envol. En 2004, elle quitte l’Italie pour s’établir au Québec et elle sort un premier album qui connaîtra un grand succès en Asie. En 2005, elle signe un contrat avec EMI à New York et produit un deuxième album qui la mènera aux quatre coins du monde.

Pour rester les deux pieds sur terre, Giorgia Fumanti pratique assidûment le yoga. « Dans cet univers superficiel où il y a beaucoup de pression à propos de l’âge et de l’apparence, surtout pour les femmes, le yoga m’aide à rester accrochée à mes valeurs, à ne pas me perdre dans un monde d’illusions », confie-t-elle.

Mme Fumanti se fie à son instinct et à ses goûts personnels pour choisir les chansons à mettre dans ses albums. Son dixième album, Amour, ne fait pas exception. « Avec l’expérience, la maturité et la confiance en soi, je vais directement à ce qui touche mon cœur. Je veux partager les plus belles chansons avec mon public, je ne choisis pas en fonction du succès commercial, explique-t-elle. Au début, c’était difficile de m’imposer, mais j’ai toujours été aidée et protégée par Maurice, mon agent et mon mari. »

En parlant de son plus récent album, elle s’exclame : « Il était temps de le faire ! Même si l’album est paru ailleurs dans le monde, c’est à mon public d’ici, que j’adore, que je le dédie. J’ai choisi des chansons que j’aime et que j’écoute depuis mon arrivée ici. Par exemple, Si Dieu existe, Une chance qu’on s’a ou L’hymne à l’amour. Elles ont été reprises de nombreuses fois, mais je voulais les faire à ma façon. » Pour faire un pont entre l’Italie et le Québec, la soprano a également ajouté à l’album trois chansons italiennes traduites pour la première fois en français.

C’est avec beaucoup d’humilité et de bonheur qu’elle a eu le privilège de rencontrer le pape François 1er et de lui remettre un enregistrement de la chanson Un grand amour. « L’album compte beaucoup de chansons d’amour – amour dans tous les sens. Ça reflète bien où je suis aujourd’hui dans ma vie », dit-elle.

La pièce Hallelujah de Leonard Cohen fait également partie de l’album Amour. Le vidéoclip a d’ailleurs été visionné plus d’un million de fois sur YouTube. Très modeste, Mme Fumanti se confie : « Je me souviens d’où je viens et de qui j’étais. Je voulais simplement partager le bonheur que je ressens en chantant. J’ai rencontré beaucoup d’obstacles au début de ma carrière : des gens disaient que ce n’était pas commercial, que mon style ne fonctionnerait jamais. Je me suis battue et je suis restée accrochée à mon cœur. Mon public est fidèle et respectueux et ça me touche énormément de voir que l’album a été au palmarès quatre semaines de suite, même s’il ne tourne pas à la radio, et que je remplis les salles partout où je vais ! »

Fière de son succès, elle ne songe cependant nullement à ralentir la cadence. Giorgia Fumanti sera donc en concert pour promouvoir son album Amour dans les prochaines semaines à Saint-Jérôme, Saint-Lambert et Montréal. Elle entreprendra ensuite une tournée qui la mènera entre autres en Chine et au Mexique. « Mon but de chanter pour des millions de personnes, en chantant aux Jeux olympiques de Pékin, par exemple, je l’ai atteint, mais il y a encore plein de gens qui ne me connaissent pas ! J’aimerais simplement continuer à chanter, continuer à partager mon âme à travers la magie de la musique et avoir la paix et l’amour dans ma vie privée », conclut-elle.

Giorgia Fumanti sera en concert : le 2 juin 2018 à 15 h au parc du Village dans le cadre du Festival
Classica à Saint-Lambert www.festivalclassica.com

le 3 juin 2018 à 15 h au Théâtre Gilles-Vigneault à Saint-Jérôme www.theatregillesvigneault.com

le 11 août 2018 à 20 h sur la scène Mastro et San Daniele de la Petite Italie dans le cadre du Festival de la Semaine italienne à Montréal www.italcongresso.qc.ca

 

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse