Critique documentaire: ¡Viva Maestro! (Equinoxe Films, 2022)

0
Advertisement / Publicité

¡Viva Maestro!
Ted Braun, réalisateur
Equinoxe Films, 2022

Après deux documentaires en 2016 et 2017, notamment sur la situation géopolitique au Darfour, Ted Braun nous revient avec une autre de ses réalisations : Viva Maestro, long-métrage qui retrace les récentes années pré-pandémie du chef d’orchestre vénézuélien Gustavo Dudamel. Celles-ci ont été marquées à la fois par les actes de répression du régime de Nicolás Maduro menés contre les soulèvements populaires au Vénézuela ainsi que par la mort de José Antonio Abreu, figure historique de l’institution El Sistema et mentor de Dudamel.

Quand un Maestro en cache un autre

On comprend après un certain temps que le documentaire se veut un hommage à Abreu et à ce système d’insertion et même de transformation sociales par la musique qu’il a fondé en 1975.

Les reportages sur Dudamel et son implication en tant que directeur musical de l’Orchestre symphonique Simón Bolívar ont été nombreux. Pour l’essentiel, ce documentaire est donc quelque chose de déjà vu avec toutefois quelques aspects qui sortent de l’ordinaire. On apprécie le fait que le point focal ne soit pas en permanence sur le chef vénézuélien, mais aussi sur quelques profils de jeunes musiciens d’orchestre: un tromboniste dont la famille toute entière joue de cet instrument, un violoniste qui a intégré le Philharmonique de Berlin, une contrebassiste qui évoque avec émotion l’héritage inestimable d’Abreu. Un jour, on espère voir aussi le parcours de Rafael Payare, nouveau chef de l’Orchestre symphonique de Montréal et qui a reçu comme eux sa formation grâce à El Sistema.

Advertisement / Publicité

Pour le reste, Viva Maestro ne nous informe pas assez sur l’apport d’Abreu au développement social et culturel de son pays, les évolutions de l’institution jusqu’à aujourd’hui. On aurait aimé aussi avoir plus de détails sur la pression exercée par le gouvernement tant sur les musiciens qui ont préféré quitter l’orchestre que sur Dudamel qui s’est vu interdire l’entrée sur le territoire vénézuélien. La présence d’un narrateur aurait permis de clarifier beaucoup de choses. Or, Ted Braun a choisi d’accumuler les témoignages convenus sur le pouvoir de la musique, arme imparable contre la violence et la guerre. Sur la situation politique du pays, les paroles de musiciens sont sibyllines et un documentaire ne peut raisonnablement pas en rester là. Comprenne qui pourra !

¡Viva Maestro!
Documentaire de Ted Braun. États-Unis, 2022, 99 minutes. Au Cineplex Forum de Montréal du 15 au 21 avril.

Partager:

A propos de l'auteur

Justin Bernard est détenteur d’un doctorat en musique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la médiation musicale, notamment par le biais des nouveaux outils numériques, ainsi que sur la relation entre opéra et cinéma. Membre de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), il a réalisé une série de capsules vidéo éducatives pour l’Orchestre symphonique de Montréal. Justin Bernard est également l’auteur de notes de programme pour le compte de la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Par ailleurs, il anime une émission d’opéra et une chronique musicale à Radio VM (91,3 FM).

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.