CINARS Web 2020 : Mobilisation internationale pour les arts de la scène !

0

Plus de 700 délégués de 48 pays participent à la conférence virtuelle internationale CINARS Web 2020.  Conférences, débats, ateliers et sessions de présentation numérique de plusieurs projets artistiques sont au menu de ce grand événement qui confirme le rôle de CINARS comme plaque tournante en matière de réseautage international des principaux acteurs des arts de la scène à travers le monde.

Ce CINARS Web vise notamment à garder le débat ouvert sur l’évolution des arts de la scène et les perspectives d’avenir. La conférence permet aussi de maintenir le pont vers la 19e Biennale CINARS reportée au printemps de 2021, Comme l’a souligné Alain Paré, PDG et fondateur du CINARS dans son allocution d’ouverture de cette édition spéciale. Selon lui, dans ce contexte d’incertitude et d’angoisse de ces derniers mois et son impact sur les arts de la scène en particulier, la communauté artistique a plus que jamais besoin de rencontres internationales mobilisatrices, tel que cet  événement multidisciplinaire si nécessaire en cette période de crise sanitaire.

« Nous devons nous regrouper pour échanger et débattre sur la manière de nous réapproprier nos destinées respectives.»
-Alain Paré, PDG et fondateur du CINARS

 

Rappelons que  depuis 1984, CINARS organise tous les deux ans à Montréal une des plus importantes rencontres internationales des arts de la scène avec plus de 1900 professionnels de 54 pays dont 433 diffuseurs parmi les plus importants à travers le monde. Pendant une semaine, plus de 170 spectacles du Québec, du Canada et de l’étranger, des ateliers, des événements de réseautage et une salle d’exposition sont proposés aux participants. Après dix-huit éditions, la Biennale CINARS est devenue un événement pluridisciplinaire incontournable dans le paysage de la diffusion internationale des arts de la scène.

Alain Paré a  également mis l’accent sur le rôle du CINARS dans l’organisation de rencontres et de rassemblements internationaux afin d’exposer les talents et créations originales des artistes du Québec, du Canada et de partout à travers le monde, en plus de développer des tournées internationales. M. Paré a aussi relevé la grande diversité culturelle et artistique des participants de différents horizons à cette mobilisation virtuelle pour que vivent et prospèrent les arts de la scène et que ses professionnels garde espoir dans cette traversée de désert que constitue le contexte de la crise sanitaire actuelle.

Parmi les moments forts de cet événement virtuel, soulignons le débat ResiliArt organisé, en partenariat avec l’ UNESCO sous le thème : Soutenir la circulation de la diversité et la créativité. Animé par Charles Vallerand, consultant indépendant, ce débat a porté sur les menaces actuelles qui pèsent lourdement sur la circulation et la mobilité des artistes et surtout le danger de repli et les risques de prise de contrôle sur le droit de parole et de la libre expression artistique. Il s’est déroulé avec la participation de : Ernesto Renato Ottone Ramirez sous-directeur général de Culture UNESCO, Nassib El-Husseini, président du Conseil d’administration du CINARS et directeur général de la compagnie Les 7 doigts de la main, Magdalena Moreno Mujica directrice exécutive à La Fédération internationale des conseils des arts et des agences culturelles (IFACCA), Anupama Sekhar, directeur culture à la Fondation Asie-Europe (ASEF) et MAMOU DAFFE  président fondateur de la Fondation Festival sur le Niger.
Dans la présentation de ce débat, le CINARS a mis l’accent sur l’incertitude qui caractérise le contexte actuel et qui accentue le risque de repli national et freinant les occasions de rencontres au risque même d’exacerber les différences.

« Il faut s’assurer en cette période extrêmement difficile qui pose un défi mondial qu’on reste collectivement sensible à la condition particulière de l’artiste.»
Charles Vallerand, consultant indépendant

Renforcer la collégialité internationale des artistes !

Les intervenants ont exploré les pistes et les alternatives pour mieux résister et garder le débat ouvert. Ils ont mis l’accent sur la nécessité et le devoir de rester mobilisé.  Ce qui a permis de de voir dans quelle mesure les  artistes, programmateurs, délégués culturels internationaux sont capables d’unir leurs voix pour souligner l’importance de pérenniser l’accès à la mobilité internationale des arts vivants. Maintenir l’ouverture à l’autre, bâtir de nouveaux projets, accueillir la différence, promouvoir l’inclusion et faire perdurer les liens afin d’assurer la circulation des artistes pour les années futures.

Les intervenants ont aussi et surtout évoqué les obligations qui s’imposent après la pandémie notamment pour le renforcement des plans et programmes d’aide et de promotion conçus par les institutions gouvernementales et semi-gouvernementales et aussi pour la mise en œuvre des exigences de collégialité plus que jamais nécessaire au niveau international; la pandémie ayant démontré que les arts vivants sont on ne peut plus indispensables à la bonne santé morale des humains. Ils sont tout autant essentiels !

La diversité à l’honneur !

À souligner également l’importance de la deuxième table ronde de ce CINARS Web, organisée en partenariat avec DAM (Diversité Artistique Montréal) sous le thème : De la diversité d’être artiste, entre engagement et création.
Ce débat part du constat selon lequel : Plus que jamais, la diversité prend de plus en plus sa place dans l’espace public, enrichissant le dialogue avec l’autre, suscitant l’ouverture aux différences et mettant à profit la pluralité enrichissante des points de vue et des origines culturelles. Comment s’ouvrir à un monde qui parfois nous cloisonne bien plus que par ses frontières ? Doit-on toujours être le représentant de sa couleur, de son origine ou de sa religion? Comment créer et être artiste quand notre simple origine nous rend engagés ? Ce sont parmi d’autres les questions soulevées par ce débat auquel ont contribué : Barbara Kaneratonni Diabo, directrice artistique et chorégraphe de A’nówara Dance Theatre, Blick Bassy fondateur et président de Othantiq AA/ Show-me, Divya Bhatia, directeur et  et producteur à Jodhpur RIFF, Guilherme Tavares da Costa, directeur du Festival Favela Sounds.
À noter aussi la conférence sur : L’avenir de la mobilité internationale en Asie – Repenser et restructurer notre modèle de réseau et plateforme. Cette activité, organisée en partenariat avec PAMS (Performing Arts Market in Seoul) et animée par KYU CHOI, producteur et directeur créatif à ASIANOW / PAMS 2020 a porté notamment sur les points forts de l’Assemblée 2020 du PAMS où des professionnels des arts de la scène en Asie ont débattu des pistes pour repenser et remodeler la mobilité internationale et explorer les nouveaux rôles des plateformes de réseautage en Asie. Ont contribué à cette conférence Ji-Sun Park, productrice au Group DOT. Research of new connections, E-Jan Tan TAN, productrice artistique et cofondatrice du Toccata Studio, Sasapin Siriwanij, directrice artistique du Bangkok International Performing Arts Meeting (BIPAM), Low Kee Hong, directeur du théâtre du West Kowloon Cultural District de Hong Kong.
La programmation de ce CINARS Web 2020 consacre également des activités de réflexions et d’échanges sur l’évolution de  différentes disciplines artistiques : cirque, musique, danse, théâtre. À suivre…

 

 

 

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.