Alexandre Da Costa et l’OSDL : Nouvelles restrictions, un coup de poing au ventre

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Le 28 septembre dernier, en début d’après-midi, l’Orchestre symphonique de Longueuil, mené par son directeur artistique et chef attitré, Alexandre Da Costa, dévoilait la programmation de la saison 2020-21, sous le signe du réconfort symphonique. Au menu, sept concerts à la cocathédrale de Longueuil notamment le concert Mémoire collective qui célèbre de grands succès de la chanson québécoise et francophone et, en décembre, un concert de Noël avec Mario Pelchat. Quelques heures plus tard tombaient les nouvelles restrictions dues à la deuxième vague de la pandémie de coronavirus, incluant la fermeture des salles de concert. Tout un traumatisme pour les artistes !

« C’était un gros choc ! Cette interdiction d’accès aux lieux de diffusion, on l’a vraiment sentie comme un coup de poing dans le ventre, dit Alexandre Da Costa. Cela nous a fait très mal. On en est demeurés sonnés pendant quelques jours. J’ai eu très peur de retomber dans cette stagnation qui nous a minés en mars dernier. » Le maestro affirme que la 35e saison de l’OSDL a été élaborée en respectant scrupuleusement toutes les consignes et exigences sanitaires.

Advertisement / Publicité

Le grand concert, présenté du 10 au 24 décembre, offre notamment une création du compositeur et chef en résidence à l’OSDL, Airat Ichmouratov. Alexandre Da Costa interprétera sur son Stradivarius Deveault 1701 le célèbre Amazing Grace arrangé par Matt Riley. En seconde partie, Mario Pelchat et plusieurs de ses succès ainsi que des versions symphoniques de chansons emblématiques de Noël. Mais surtout, l’envoûtante chanson Sur le prélude de Bach de Maurane écrite sur l’Ave Maria de Bach/Gounod. L’interprétation de cette chanson, qui figure sur l’album STRADIVARIUS BaROCK d’Alexandre Da Costa, sera un vibrant hommage à cette grande artiste décédée en 2018. 

Mémoire collective

Alexandre Da Costa s’attarde sur l’une des nouvelles créations inspirées par ces temps difficiles. Il s’agit du concert en direct Mémoire collective, diffusé en version numérique du 29 octobre au 11 novembre et qui reprend le concept des concerts Balcons symphoniques organisés par l’OSDL pour les travailleurs essentiels et les aînés. « On a choisi d’interpréter notamment des œuvres d’auteurs québécois pour souligner, en ces moments pénibles, la grande créativité des artistes d’ici, note Da Costa. Il s’agit d’une sorte de “Panier bleu culturel” qu’on a présenté partout à travers le Québec, de Gatineau à Gaspé, dans une soixantaine de concerts extérieurs devant les résidences pour aînés, les hôpitaux et les CHSLD. » 

Essentiels, les artistes !

Soulignons aussi la présentation d’une nouvelle version de la célèbre chanson Le Blues du businessman de Luc Plamondon, inspirée du mouvement collectif We are the World, avec la participation de 25 artistes de différents styles musicaux qui ont accepté de se joindre à cette initiative d’Alexandre Da Costa pour porter un message de solidarité et de soutien à l’industrie de la culture. Joe Bocan, Brigitte Boisjoli, Gregory Charles, Nathalie Choquette, Marie-Michèle Desrosiers, Sophie Faucher, Fouki, Patsy Gallant, Marc Hervieux, Jonas, Florence K, Marie-Nicole Lemieux, Michel Louvain, Alicia Moffet, Mario Pelchat, Bruno Pelletier, Marie-Denise Pelletier, QW4RTZ, Kim Richardson, Shauit, accompagnés de virtuoses de l’OSDL dans une mise en scène de Joël Legendre, ont bénévolement participé à ce projet intitulé à juste titre Le Blues du businessman – Les artistes sont essentiels. « La pandémie a engendré de nombreuses crises, notamment sanitaire, humaine et sociétale, dit Da Costa. Ces crises nous ont tous forcés à prendre conscience de nos rôles respectifs dans notre communauté et aussi à nous régénérer extrêmement rapidement pour mettre l’épaule à la roue, afin de passer à travers ce moment historique. » L’idée du Blues du businessman est née de la nécessité de réaffirmer le rôle essentiel des artistes et le pouvoir thérapeutique et spirituel indéniable de leurs créations. « Je m’en suis aperçu concrètement lors de la tournée des Balcons symphoniques, en constatant le bonheur des aînés qui sortaient de leurs chambres pour la première fois depuis mars pour écouter nos concerts dans les stationnements des CHSLD. C’était très émouvant ! » 

Ouvrir le débat

Selon Da Costa, les artistes comprennent parfaitement la fermeture des salles de concert pour des raisons sanitaires. « Mais nous aimerions ouvrir le débat pour affirmer que nous sommes essentiels et aussi pour trouver des solutions permettant aux artistes de continuer à travailler dans des conditions sécuritaires », indique-t-il. Il souligne que les artistes ont été on ne peut plus exemplaires en ce temps de pandémie. « Ils sont parmi les premiers à respecter scrupuleusement les consignes et à suivre les règles à la lettre. Je pense qu’il n’y a aucune éclosion dans notre industrie, dit-il. C’était sécuritaire d’assister à un concert avec la règle des 250 personnes et les consignes sanitaires respectées. » Alexandre Da Costa plaide pour une approche plus concertée et plus ciblée pour amener les nuances et les distinctions nécessaires. « Avant de mettre toute une industrie sous respirateur artificiel, il faut s’assurer d’avoir épuisé toutes les autres solutions envisageables », suggère-t-il en espérant qu’il soit toujours possible d’ajuster le tir en modulant les restrictions selon les types d’activités socioculturelles et artistiques et les degrés de risques sanitaires inhérents. 

Le concert virtuel Noël avec Mario Pelchat sera diffusé en ligne du 10 au 24 décembre à 20 h. Tous les détails au www.osdl.ca.

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.