Women’s Musical Club de Toronto: Célébrer 125 Ans

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Fondé en 1898, le Women’s Musical Club de Toronto (WMCT) voit grand à l’occasion de son 125e anniversaire, d’autant plus après avoir surmonté la crise sanitaire causée par la pandémie de COVID-19.

Sa saison 2022-2023, « Connexion et continuité », rendra honneur à l’héritage musical de l’organisation. Chaque concert d’une série de cinq mettra à l’honneur une œuvre qui évoque à elle seule un quart de siècle de l’histoire du club. Le directeur artistique et violoncelliste Simon Fryer précise que le musicologue et archiviste Robin Elliot présentera le contexte culturel des œuvres dans le cadre d’un vaste programme en ligne dont il est la tête pensante.

Advertisement / Publicité

« Nous voulons montrer que le Women’s Musical Club de Toronto a su, au cours des 125 années de son histoire, s’affirmer sur la scène torontoise et mondiale », déclare Fryer.

Pour respecter le thème phare de la saison, le passage du temps, on a demandé aux instrumentistes des concerts d’inviter leurs mentors ainsi que les élèves pris sous leurs ailes. Ce sera l’occasion d’entendre quelques élèves de Fryer, notamment Bryan Holt de VC2, Beth Silver de l’ensemble Ladom, Karen Ouzounian du ­quatuor américain Aizuri Quartet et la ­compositrice vedette de la saison, Fjòla Evans.

Le violoncelliste de renom explique : « Le public voit les artistes se produire dans le moment présent. La présence de leur mentor nous fait apprécier le chemin parcouru, d’où viennent ces artistes. En s’accompagnant de leurs élèves et émules, ces artistes nous ­présentent l’avenir. »

Non seulement Fjòla Evans dévoilera-t-elle l’œuvre pour quintette à deux violoncelles ­inspirée de Schubert qu’elle a composée pour cette saison (et qui sera interprété par l’Aizuri Quartet et le duo de violoncelles VC2), elle nous fera part de son éducation musicale.

Fryer a demandé à Fjòla, d’origine islandaise, de « nous raconter ce qui a suscité son éveil musical ». Enfant, elle écoutait les ­chansons islandaises qui jouaient dans la ­maison. « Nous avons décidé d’en intégrer quelques-unes au programme », ajoute-t-il.

Les quatre autres concerts de la saison mettront en vedette l’accordéoniste Michael Bridge (lauréat du prix récompensant le déroulement de carrière du WMCT en 2021), le quatuor Despax, la mezzo-soprano Marion Newman et le ­violoniste Mark Fewer.

En accord avec la tradition du WMCT, les concerts se tiendront le jeudi à 13 h 30. Historiquement, les concerts étaient présentés à cette heure, jugée propice par les femmes de la haute, mariées à des hommes fortunés, en quête de divertissement durant la semaine. Si l’organisation s’est montrée par la suite ouverte à accueillir tant les hommes que les femmes, elle a tenu à maintenir le même jour et la même heure de présentation.

Simon Fryer rappelle que ce rituel pourrait bien changer. D’ailleurs, la pandémie et les changements récents dans les conditions de travail ont poussé le conseil d’administration du WMCT à considérer un assouplissement des heures de prestation.

« De nos jours, nous devons nous adapter aux horaires des gens, dit-il. Bien des gens travaillent… si le jeudi à 13 h 30 n’est pas favorable, eh bien, nous devrons trouver un autre moment. »

Une chose que la pandémie n’a pas changée, c’est l’opinion du WMCT à l’égard des concerts en présentiel. La saison 2022-2023 est hybride. Le public peut assister en personne à un concert moyennant l’achat d’un billet à 45 $. Toutefois, vu la limitation du nombre de places depuis le début de la pandémie, le WMCT ne peut plus, comme auparavant, inviter autant d’élèves du secondaire à assister aux concerts. Par conséquent, toutes les représentations seront enregistrées et présentées virtuellement aux élèves.

Simon Fryer est toutefois d’avis que les concerts en présentiel ne sont pas près de ­disparaître.

« La possibilité de se rassembler, d’écouter en direct un merveilleux concert et de partager cette expérience comporte une valeur inestimable. Une prestation virtuelle n’offre ­nullement ce type d’expérience », affirme-t-il.

www.wmct.on.ca

Traduction par Lina Scarpellini

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.