Le formant du chanteur : Une explication concrète

0
Résonateur

La troisième partie de la voix est le résonateur. Il se compose, en gros, de ce qu’on appelle le tractus vocal, c’est-à-dire le pharynx et la bouche. Le pharynx a trois parties : le laryngopharynx, l’oropharynx et le nasopharynx. Les passages nasaux jouent un rôle – mentionné plus loin – dans certaines voyelles et consonnes. Les sinus ne sont pas des résonateurs. Cela peut sembler être le cas, mais ils ne produisent qu’une résonance par sympathie et ne jouent aucun rôle dans la détermination de la qualité de la voix. Chaque chanteur a un ensemble unique de vibrations sympathiques.

La série harmonique

Fondamentale : la = 110 (première harmonique)
2e harmonique : la = 220
3e harmonique : mi = 330
4e harmonique : la = 440
5e harmonique : do dièse = 550
6e harmonique : mi = 660
7e harmonique : sol = 770 (sera trop basse, non utilisée pour les cuivres)
8e harmonique : la = 880

Dans l’exemple ci-dessus, je ne montre qu’une seule note, bien sûr, A2 et ses harmoniques. Il y a 88 notes sur le piano et chacune possède sa propre série harmonique. Dans tous les cas, les harmoniques sont des multiples de la fondamentale. Aussi, je devrais mentionner que nous identifions les notes sur le piano ou pour la voix de la manière suivante. Les basses la et si du piano sont simplement A et B. Au do, on ajoute un chiffre, dans ce cas C1. Le prochain do devient C2, etc. Une bonne façon de s’en souvenir est que le A 440, la note utilisée pour l’accord sur le la (au-dessus du do central) est A4. Le do central est C4, le suivant C5, etc.

Je suppose que vous êtes familier dans une certaine mesure avec les overtones. Ce sont les « tons plus haut » que la fondamentale, le nom du son qui est normalement entendu. Si vous jouez un do central sur le piano, les cordes vibreront non seulement en do, mais aussi à des hauteurs plus aiguës. Elles seront une octave au-dessus de do, une quinte au-dessus, une quarte au-dessus et ainsi de suite dans la série harmonique. La corde vibre dans toute sa longueur. Les deux moitiés vibrent, produisant des sons à la moitié de la fréquence de la fondamentale, c’est-à-dire à une octave supérieure. Ces moitiés vibrent à leur tour à la moitié de leur fréquence, et ainsi de suite. La plupart des sons musicaux sont un ensemble complexe de vibrations de parties de cordes ou de corps de résonance (instruments à vent).

Pour clarifier la terminologie des acousticiens, au cas où vous feriez des lectures plus approfondies, j’aimerais vous donner quelques définitions.

Fondamentale : la fréquence entendue comme hauteur d’un son, appelée F0.

Overtone : un multiple de la fondamentale; le premier est une octave au-dessus de F0.

Harmonique : identique à l’overtone, mais tous les sons d’un son musical complexe, y compris le F0, sont des harmoniques. La première harmonique est donc F0.

Partiel : identique aux harmoniques, mais nous choisissons de ne pas utiliser le terme car il peut y avoir des partiels non harmoniques qui ne sont pas souhaitables. Par conséquent, par souci de clarté, nous nous en tiendrons au terme « harmonique » et n’utiliserons pas « partiel » ou « overtone ».

Formant : harmonique ou groupe d’harmoniques adjacentes, plus fort que la moyenne. Les formants donnent aux instruments leur qualité tonale caractéristique. C’est ainsi que l’on distingue un hautbois d’une trompette et aussi les voix individuelles.

Une explication supplémentaire est nécessaire avant de poursuivre. Vous savez, lorsque vous soufflez dans le goulot d’une bouteille, cela produit un certain son ? C’est parce que l’espace confiné, comme une bouteille ou un instrument à vent, possède un certain volume qui résonne à une certaine fréquence. Si nous perturbons l’air dans une bouteille ou un instrument à vent, la fréquence produite correspondra au volume de cet espace. Seule cette fréquence vibrera. Pensez à la voix avec ses deux espaces, la bouche et le pharynx, comme des « bouteilles » qui résonneront à certaines fréquences. Ce sont des formants. Toute perturbation de l’air dans le conduit vocal produira des formants : parler, chanter, chuchoter et même tapoter les joues.

Voyelles

Les voyelles sont produites par une combinaison de deux formants. Cette force, provenant de deux harmoniques, est entendue par l’auditeur comme une voyelle; nous l’apprenons lors de l’apprentissage de la parole. Nous apprenons à entendre les voyelles et à les reproduire.

La voix parlée tend généralement, sauf chez quelques acteurs et prédicateurs à la formation classique, à n’avoir que deux formants et à ne pas avoir d’harmoniques dépassant les 2500 Hz. Cependant, la voix chantée classique a des harmoniques allant jusqu’à 4000 Hz et au-delà et a trois formants de plus au-dessus de ceux qui définissent les voyelles. Ceux-ci sont souvent regroupés sous le terme « formant du chanteur ». Il se compose d’une « résonance » haute et éclatante dans la voix et est caractéristique d’une voix « classique » bien maîtrisée. C’est ce qui donne à la voix sa puissance et sa portée.

Revenons un instant à la fermeture des cordes vocales mentionnée plus haut. Quand il y a une bonne fermeture, c’est-à-dire quand les cordes vocales sont fermées pendant plus de 50 % du cycle vibratoire, le son qui en résulte est riche en harmoniques, allant souvent jusqu’à 10 000 Hz. Avec ce matériel « brut », le conduit vocal est capable de renforcer certaines harmoniques et d’en atténuer d’autres.

Qu’en est-il du « formant du chanteur » ? Si le son produit dans le larynx est riche en harmoniques, le formant du chanteur sera présent. Il y a des théories sur l’endroit exact où est produit ce formant dans le conduit vocal. Des chercheurs en voix ont observé des rayons X de chanteurs créant un grand son retentissant, avec des harmoniques de 3000 Hz. Ils ont pu observer que le col du larynx, c’est-à-dire l’ouverture dans le pharynx, est un sixième de la taille du pharynx (la partie de la « gorge » du larynx jusqu’au palais mou). Comment pouvons-nous y arriver ? Nous ne pouvons rien ressentir à cet endroit et, en fait, nous ne devons pas essayer de le manipuler.

Pour que le pharynx devienne suffisamment grand pour être six fois plus gros que l’ouverture du larynx, il faut apprendre à détendre les muscles à l’arrière de la gorge qui resserrent le pharynx pendant la déglutition.

Apprenez à entendre la « résonance » dans la voix et à ajuster les voyelles très minutieusement jusqu’à ce que cet résonance devienne claire et prévisible. Nous devons former l’oreille à l’entendre et, dans une certaine mesure, l’oreille guidera la voix.

Cet extrait est tiré de l’ouvrage inédit de Winston Purdy sur les techniques vocales.

Traduction par Mélissa Brien

 

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.