Saviez-vous que…

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

SUR UNE PÉRIODE DE 47 ANS, JAMES LEVINE A DIRIGÉ PLUS DE 2500 REPRÉSENTATIONS AU METROPOLITAN OPERA ?

Il est décédé le 9 mars dernier à l’âge de 77 ans.

Advertisement / Publicité

TOUS LES COMPOSITEURS ITALIENS LES PLUS CÉLÈBRES ONT DES NOMS DE FAMILLE
FINISSANT EN « I » ?

Il y a Tartini, Corelli, Vivaldi, Scarlatti, Salieri, Boccherini, Cherubini, Paganini, Rossini, Donizetti, Bellini, Verdi, Puccini et Respighi. Il y a bien sûr plusieurs autres compositeurs italiens, mais ils n’ont pas atteint le même niveau de gloire.

PAS MOINS DE CINQ OPÉRAS DE VERDI COMPORTENT UN PERSONNAGE NOMMÉ CARLO ?

Il y a bien sûr l’opéra éponyme, un des meilleurs de Verdi. Il y a aussi Don Carlo dans Ernani et La Forza del destino. Dans Giovanna d’arco, il y a le roi de France, Carlos VII, et dans I Masnadieri, un des frères est un Carlo.

L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE PROFESSIONNEL SITUÉ LE PLUS AU SUD EST À CHRISTCHURCH, EN NOUVELLE-ZÉLANDE ?

C’est bien plus au sud que l’Australie, que l’Afrique et que toute terre habitée, à part la pointe de l’Amérique du Sud.

IL Y A DES ŒUVRES MUSICALES ÉCRITES AVEC SEPT DIÈSES DANS L’ARMURE DE PARTITION ?

Le do dièse majeur est rarement utilisé, et pour cause : qui veut tenir compte de sept dièses ? Mais il y a quelques cas (en plus, bien sûr, des dièses dans le Clavier bien tempéré de Bach) : les Valses op. 39 n° 6 de Brahms, le Concerto pour la main gauche de Korngold, l’Allegro de concierto de Granados et le mouvement Ondine dans Gaspard de la nuit de Ravel.

DE MÊME, IL Y A DES ŒUVRES MUSICALES ÉCRITES AVEC SEPT BÉMOLS DANS L’ARMURE DE PARTITION ?

On parle ici du la bémol mineur et, encore une fois, les exemples sont extrêmement rares : le tout début du ballet L’Oiseau de feu de Stravinski, Evocación du livre I d’Iberia d’Albéniz, le mouvement lent du Concerto pour cor n° 1 de Strauss, le premier mouvement du Concerto pour deux pianos de Bruch et la Symphonie n° 11 de Dimitrie Cuclin.

TOKYO A DES ORCHESTRES À TEMPS PLEIN PLUS PROFESSIONNELS ET PLUS GRANDS QUE DANS TOUTE AUTRE VILLE DU MONDE ?

Il y en a huit, et certains ont des noms affreusement similaires : l’Orchestre philharmonique de Tokyo, l’Orchestre symphonique de Tokyo, l’Orchestre symphonique métropolitain de Tokyo, l’Orchestra symphonique de la ville de Tokyo, l’Orchestre philharmonique du Japon, le Nouvel orchestre philharmonique du Japon, l’Orchestre symphonique Yomiuri du Japon et l’Orchestre symphonique NHK (le plus connu au niveau international). « NHK », soit dit en passant, est le sigle pour « Nippon Hōsō Kyōkai », une société de diffusion du Japon.

IL N’Y A QU’UNE SYMPHONIE D’UN COMPOSITEUR CÉLÈBRE DONT LES QUATRE MOUVEMENTS SE TERMINENT SILENCIEUSEMENT ?

C’est la troisième de Brahms, la seule parmi les quatre symphonies du compositeur à être parfois proposée en première moitié d’un programme.

STRAUSS NE FUT PAS LE SEUL À COMPOSER UNE ŒUVRE INSPIRÉE PAR LE MALIN SALTIMBANQUE TILL L’ESPIÈGLE (TILL EULENSPIEGEL) ?

Il y a des opéras de Jan Blockx, Jan van Gilse, Cyrill Kistler, Emil von Rezniček, Nikolaï Karetnikov et Walter Braunfels; un oratorio de Vladimir Vogel; un rondo orchestral d’Eduard Erdmann; et une pièce pour piano de Leopold Godowsky. Ces noms ne sonnent aucune cloche ? Eh bien, en voici un qui résonnera : Tchaïkovski. La douzième de ses Dix-huit pièces pour piano, op. 72 porte le titre français de « L’Espiègle » − directement dérivé du nom propre du personnage légendaire !

LA FRÉQUENCE SONORE DES ENSEMBLES OPÉRATIQUES
(TRIOS, QUATUORS, QUINTETTES, ETC.) DIMINUE À MESURE
QUE LE NOMBRE DE VOIX AUGMENTE ?

Eh bien, c’est assez logique, mais combien de sextuors pouvez-vous nommer ? Les plus célèbres proviennent des Noces de Figaro (acte III), de Lucia di Lammermoor (II), des Contes d’Hoffmann (l’acte de Venise) et de La Cenerentola (II). Les septuors sont plus difficiles à trouver, mais ils se produisent dans Tannhäuser (I), Les Noces de Figaro (fin II), Les Troyens (fin IV), Les Huguenots (III) et dans deux des opéras les moins connus de Verdi : l’acte I de Steffelio et le finale de Un giorno di regno). Les octuors ? Encore moins nombreux : Les Troyens (I), Capriccio de Strauss (à mi-chemin de l’acte unique) et La Juive de Halévy (scène de prière dans l’acte II). Quant aux nonettes, le seul dans un opéra célèbre se trouve dans le Falstaff de Verdi (acte I, scène 2). Falstaff bat également le record dans la catégorie des dixtuors − il y en a deux, en fait, un en II/2 et un en III/2.

DANS DIE FRAU OHNE SCHATTEN DE STRAUSS, LES QUATRE CHANTEURS PRINCIPAUX TERMINENT SUR LEUR DO AIGU RESPECTIF JUSTE AVANT LA FIN DE L’OPÉRA ?

Ce sont deux sopranos, un ténor et un baryton-basse. C’est un moment unique, et c’est absolument saisissant quand la note est projetée fortissimo. Insurpassable !

LA TROISIÈME SYMPHONIE DE BEETHOVEN (« EROICA ») ÉTAIT LA PLUS LONGUE ŒUVRE ÉCRITE À L’ÉPOQUE (1805) ?

Peu de temps après son dévoilement au public, le Harmonicon de Londres avait noté ses nombreuses qualités admirables, mais… qu’elle était infiniment trop longue. « Si cette symphonie n’est pas abrégée, pouvait-on lire, elle tombera bientôt dans l’oubli. » Ah bon…

LE DERNIER MOT CHANTÉ DANS L’IMMENSE CYCLE DE QUATORZE HEURES L’ANNEAU DU NIBELUNG DE WAGNER EST « RING »
(ou « anneau ») ?

Il est chanté par le méchant Hagen, faisant une dernière tentative désespérée pour mettre la main sur l’objet maudit (« Zurück vom Ring! »). Il se noie dans le Rhin.

Traduction par Andréanne Venne

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.