Trois jeunes récitalistes à découvrir

0

 

Maximilian Schmitt, ténor

Le jeune ténor allemand Maximilian Schmitt a déjà une riche expérience sur la scène d’opéra et de concert, mais ces dernières saisons, il s’est révélé de plus en plus comme un récitaliste au talent précoce. Bien qu’il ait déjà chanté à l’opéra en Europe, notamment à l’Opéra national de Vienne et au Teatro alla Scala de Milan, qu’il soit particulièrement admiré en tant que chanteur de Bach et qu’il ait travaillé avec des chefs tels que Franz Welser-Möst, Daniel Harding, Fabio Luisi, Andres Orozco-Estrada, René Jacobs, Mariss Jansons, Teodor Currentzis et Philippe Herreweghe, il reste cependant convoité comme chanteur de lieder.

Il s’est produit au Concertgebouw d’Amsterdam, au Heidelberger Frühling, à la Philharmonie de Cologne et à la Tonhalle Düsseldorf avec le distingué pianiste Gerold Huber, le pianiste attitré de Christian Gerhaher. Depuis ses débuts au Wigmore Hall de Londres, Maximilian Schmitt est régulièrement réinvité et reviendra de nouveau à Londres durant la saison 2018-2019.

Cet ancien élève d’Anke Eggers et de Roland Hermann possède déjà une impressionnante discographie de plus d’une douzaine d’enregistrements, dont ses deux enregistrements de lieder – son premier album solo Träumend wandle ich bei Tag (chansons de Robert et Clara Schumann) et Die schöne Müllerin de Schubert, tous deux publiés par Oehms Classics et avec la collaboration du pianiste Huber. Le ténor lyrique Maximilian Schmitt n’est pas seulement doté d’un beau timbre, mais la voix est un instrument admirable avec lequel il colore et détaille ses interprétations avec un admirable raffinement. En effet, Schmitt fait preuve d’une attention constante à l’acuité verbale et à l’atmosphère musicale qui caractérisent ses interprétations, laissant entrevoir un espoir considérable pour l’avenir.

 

Christiane Karg, soprano

Comme Schmitt, la soprano lyrique Christiane Karg est plus célèbre en Europe qu’en Amérique du Nord. Elle a étudié le chant au Mozarteum de Salzbourg avec Heiner Hopfner et Wolfgang Holzmair et elle a démontré certaines des facettes d’interprétation musicale de ce dernier dans une série de disques et de récitals remarquables. Elle a été membre de l’International Opera Studio de l’Opéra d’État de Hambourg avant de rejoindre l’ensemble de l’Opéra de Francfort, puis a remporté le prestigieux prix Echo Klassik en 2010 pour son premier CD Verwandlung – Lieder eines Jahres (une collection de lieder allemands des XIXe et XXe siècles) accompagnée de Burkhard Kehring.

En récital, elle s’est déjà produite en Europe, notamment au Musikverein de Vienne, à la Schwarzenberg Schubertiade, au Festival d’Édimbourg, au Mozarteum de Salzbourg, à la Konzerthaus de Vienne et dans toute l’Allemagne et l’Autriche. La saison dernière, elle a effectué ses premières tournées de récital au Japon et aux États-Unis avec le pianiste Malcolm Martineau, incluant une émission télévisée de la salle Oji (NHK) en plus de ses débuts au Weill Hall (Carnegie Hall) de New York. Elle est devenue une artiste fétiche du Wigmore Hall de Londres et elle a la particularité exceptionnelle d’avoir deux enregistrements en direct sur l’étiquette du Wigmore Hall, le premier comprenant des lieder de Schumann et Brahms et le deuxième des mélodies de Fauré, Debussy et Poulenc ainsi que des lieder de Richard Strauss. Sans surprise, un CD de Berlin Classics de lieder de Strauss la montre à son meilleur : un grand pouvoir de communication, avec une voix lyrique légère négociant facilement la ligne vocale exigeante du compositeur tout en délimitant avec précision les histoires individuelles et les atmosphères poétiques de chaque lied. Parfum, un CD consacré aux mélodies françaises moins connues avec un accompagnement orchestral, a démontré son désir d’élargir ses horizons artistiques.

 

Samuel Hasselhorn, baryton

Au cours des dernières saisons, un jeune baryton allemand très doué s’est imposé dans le monde vocal et plus particulièrement celui du lied. Samuel Hasselhorn s’est tout d’abord fait remarquer en remportant le Concours international Schubert 2013 et le prix du lied au Concours Nadia et Lili Boulanger 2013. En 2015, il a obtenu le deuxième prix à la Wigmore Hall Song Competition à Londres et le premier prix des Young Concert Artists Auditions 2015 à New York. L’année suivante, il remporte le premier prix du célèbre Concours international de lieder, Das Lied, et il remporte en 2018 le premier prix du Concours Reine Élisabeth.

En 2015, Hasselhorn a été invité à chanter au Carnegie Hall dans la série The Song Continues de Marilyn Horne. Au cours de sa tournée aux États-Unis en 2017, il a fait ses débuts en récital à Washington, à New York, au musée Isabella Stewart Gardner de Boston et à la Buffalo Chamber Music Society. Il a fait ses débuts au Wigmore Hall en 2017 et devrait revenir en 2018-2019. En 2017, Hasselhorn a également fait ses débuts à la Schubertiade Vilabertran de Barcelone, à l’Auditorio Nacional de Musica Madrid et à la Grande salle du Conservatoire de Moscou.

Bien que Hasselhorn rejoigne l’ensemble de l’Opéra national de Vienne pour la saison 2018-2019, le récital vocal continuera d’être au cœur de ses projets artistiques. Cet automne seulement, il se produit au Festival de Wallonie, au Bozar à Bruxelles, dans la salle de concert du Philharmonique du Luxembourg, à DeSingel à Anvers et dans la prestigieuse série de concerts Camerata Musica à Cambridge, au Royaume-Uni. Parmi ses partenaires figurent les pianistes Malcolm Martineau, Joseph Middleton, Graham Johnson et Justus Zeyen. Son premier CD Nachtblicke, composé de lieder de Schubert, Pfitzner et Reimann, est sorti en 2014 sur étiquette ClassicClips. En septembre 2018, un deuxième CD sur étiquette GWK, Dichterliebe, sortira. Outre le Dichterliebe de Schumann, Samuel Hasselhorn et le pianiste Boris Kusnezow présentent également des lieder de différents compositeurs sur les mêmes poèmes de Heine que Robert Schumann a utilisés pour son cycle. Grand et beau, Hasselhorn possède un timbre chaleureux de baryton lyrique d’une bonne étendue avec une grande palette de couleurs. Ses interprétations ont une cohérence et une présentation naturelle et il existe déjà chez lui une profondeur considérable avec une acuité verbale et de multiples contrastes vocaux. C’est pourquoi on le voit comme une force émergente sur la scène des chanteurs de lieder.

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.