Yunchan Lim, piano, Concours de piano Cliburn 2022

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

En juin dernier, à 18 ans seulement, Yunchan Lim est devenu le plus jeune lauréat à remporter le premier prix du Van Cliburn International Piano Competition qui se tient à Fort Worth, au Texas. Remarquable à tout point de vue, son interprétation du Concerto pour piano no 3 de Rachmaninov en finale a convaincu les membres du jury de lui décerner la plus haute distinction, mais il est probable qu’il s’était déjà distingué des autres concurrents avec ses interprétations époustouflantes de la monumentale Études d’exécution transcendante de Liszt et de la Sonate pour piano no 2 de Scriabine.

Né à Siheung en Corée du Sud, Yunchan Lim a commencé le piano à 7 ans, avant d’être accepté à 13 ans à l’institut national coréen pour les artistes doués. C’est là qu’il rencontre son professeur et mentor Minsoo Sohn, qui continue de lui prodiguer enseignement et conseils en musique. Un an plus tard, il rafle le 2e prix au Cleveland International Piano Competition for Young Artists et, en 2019, il remporte le Concours international Isangyun à Tongyeong dans son pays natal.

Advertisement / Publicité

Mais c’est avec ce premier prix au concours Van Cliburn que sa carrière prendra véritablement son envol avec des concerts prévus dans les plus grandes villes et salles du monde, notamment Aspen, Houston et le Wigmore Hall de Londres, dans le cadre de sa tournée inaugurale.

Pendant le concours, Yunchan Lim a ébahi ses auditeurs par le ravissement qu’il procurait au piano, mais en réalité, il est très timide et discret en personne. En entrevue, il paraît humble, entièrement dévoué à son art et quelque peu gêné par sa célébrité soudaine. Son ambition, dit-il, est de « partir en montagne pour jouer du piano ». Dans la maison où il logeait à Fort Worth, il répétait jusqu’à 12 heures par jour, souvent jusqu’à 4 heures du matin, et était très reconnaissant de pouvoir le faire puisque, explique-t-il, dans son appartement en Corée, il ne peut pas se le permettre de peur de déranger les voisins !

J’ai assisté à la finale au nom de La Scena Musicale et, dans mon esprit, il n’y avait aucun doute que, tout en étant exceptionnellement bons, les autres finalistes n’avaient pas la maîtrise technique et l’intuition musicale qui font de Yunchan Lim un musicien à part. Parmi les pianistes qu’il admire le plus se trouvent Cortot, Horowitz, Schnabel, Lipatti et notre Glenn Gould national. Il est surprenant de retrouver un groupe aussi diversifié étant donné qu’à ma connaissance, seul Horowitz a joué le Concerto no 3 de Rachmaninov. Mais à 18 ans, Yunchan Lim est encore en pleine évolution. D’après ce que j’ai entendu à Fort Worth, ses capacités musicales sont vraisemblablement infinies et il mérite qu’on le suive de près.

Traduction Véronique Frenette

www.cliburn.org/yunchan-lim

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Former conductor and broadcaster, Paul E. Robinson, is the author of four books on conductors, Digital Editor for Classical Voice America, and a regular contributor to La Scena Musicale.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.