Renée Fleming : Voice of Nature, The Anthropocene (Decca)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

60%
60%
  • Decca
    3
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Renée Fleming: ****

Yannick Nézet-Séguin: **

Advertisement / Publicité

Il est rassurant de voir que la diva américaine ne disparaît pas doucement dans la nuit. À plus de 60 ans et ne prenant plus de rôles à l’opéra, elle chante avec force flamboyance dans cette collection de chansons sur le thème de la nature, assemblée lors de ses promenades quotidiennes pendant le confinement. On y trouve tout ce qu’on peut attendre d’un récital de Fleming : les aigus sans effort, les basses veloutées, l’intonation sans faille, l’entremêlement de syllabes en plusieurs langues.

Son choix de chansons est, c’est le moins qu’on puisse dire, éclectique. Un morceau d’ouverture sentimental de Kevin Puts appelé Evening pourrait être confondu en audition à l’aveugle avec du Barber ou du Copland des années 1930. Endless Space de Nico Muhly a des traits communs avec Britten. Parmi les compositeurs vivants, Caroline Shaw est la plus convaincante. Son Aurora Borealis évoque exactement ce que l’on attend du titre : des éclairs et des étincelles dans le ciel nordique, trop élevés et surnaturels pour d’autres voix que la sienne. Un classique instantané.

 

Le reste du récital est composé de mélodies françaises de Fauré, Hahn et Liszt et de mélodies allemandes du Norvégien Edvard Grieg, dont l’écriture est toujours charmante, sans plus. Le pianiste des 16 titres est Yannick Nézet-Séguin, directeur musical du Metropolitan Opera, de l’Orchestre de Philadelphie et de l’Orchestre Métropolitain à Montréal, un homme bien trop occupé pour consacrer beaucoup de temps à la pratique du piano.

Yannick, que Renée remercie « pour ses dons d’artiste, de collègue et d’ami », est un pianiste sans mérite perceptible si ce n’est le maintien d’un tempo régulier. Son jeu manque de subtilité ou de surprise. Pire, il manque de couleur jusqu’à la pâleur mortelle. Chaque nuance de beauté qui sort du larynx de la chanteuse se heurte à des doigts lourds jouant sur un clavier monochrome. Certains chefs d’orchestre − Barenboim, Pappano, Levine, Previn − sont des accompagnateurs naturels dans un récital de chansons, compétence acquise à l’adolescence lors de répétitions avec des chanteurs. Yannick, excellent chef au demeurant, n’est selon toute vraisemblance pas très utile comme partenaire au piano. C’est l’un des nombreux emplois qu’il peut se permettre d’abandonner.

NL

Abonnez-vous à https://slippedisc.com/

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.