L’hebdo Lebrecht : Wilhelm Furtwängler – 1st symphony (CPO)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

40%
40%
  • CPO
    2
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Au printemps 1943, alors que des millions de personnes étaient assassinées sur le continent européen, le chef d’orchestre le plus riche d’Allemagne convoqua l’Orchestre philharmonique de Berlin pour répéter une symphonie en si mineur qu’il avait écrite, sa première. Furtwängler l’avait écrite, par intermittence, depuis 1908 et avait récemment ajouté un quatrième mouvement pour lequel il nourrissait de grands espoirs. Ces aspirations furent anéanties lors de la première écoute. « Je suis très déprimé », dit-il à sa femme.

Parmi toutes les raisons de déprimer en ce moment le plus sombre de l’histoire moderne, une symphonie semble relativement banale, mais l’ego du maestro était tel qu’il occultait la plupart des choses autour de lui, y compris les horreurs nazies qu’il a choisi d’ignorer. La symphonie était censée être son billet pour la postérité et il a dû se rendre compte, pendant les répétitions, qu’elle ne lui permettrait pas d’aller au-delà des banlieues.

Advertisement / Publicité

Furtwängler est mort en 1954 et, bien que son culte en tant que chef d’orchestre légendaire ait continué de croître, sa première symphonie n’a pas été jouée avant 1991. Deux enregistrements ont été publiés peu après, mais aucun n’était convaincant. J’espérais davantage de la Philharmonie du Württemberg de Reutlingen, dirigée par Fawzi Hamor, sur un label qui rend de nobles services à la musique allemande, grande et petite. Cela a rapidement confirmé ma longue impression que le talent de compositeur de Furtwängler était trop petit pour être mesuré sur une quelconque échelle musicale.

Si Bruckner avait épousé Mahler et engagé Wagner et Brahms comme tuteurs de leur enfant arriéré, ce dernier aurait peut-être griffonné quelque chose comme la symphonie en si mineur de Furtwängler. Cette œuvre n’est pas tant composée que collée. Des thèmes de marque d’autres compositeurs sont collés sur une vaste toile de près de quatre-vingt-dix minutes, chaque mouvement s’ouvrant sur un air que vous savez avoir déjà entendu.

Le vol en gros de trésors classiques devient si flagrant que, six minutes après le début de l’Adagio, Furtwängler commence à débiter des morceaux de la neuvième symphonie de Beethoven, comme si nous ne l’avions jamais su. Vanité mise à part, il se répète (ou répète les autres) encore et encore jusqu’à ce que l’on se demande comment il était possible qu’un chef d’orchestre aussi perspicace et atmosphérique puisse être aussi sourd et insensible à ses propres émanations. Les excellents musiciens de Reutlingen font de leur mieux pour nous aider, mais les notes de pochette sont les plus confuses que j’aie lues depuis des années.

NL

Subscribe NOW to https://slippedisc.com/

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.