L’hebdo Lebrecht | Kurt Weill : 2nd Symphony, Violin Concerto (Somm)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

96%
96%
  • Somm
    4.8
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Banni de Berlin et exilé en mars 1933, Kurt Weill a séjourné quelque temps à Paris où il a écrit une œuvre symphonique commandée par l’héritière des machines à coudre Singer, la princesse de Polignac. La symphonie a été reprise par son compagnon d’exil Bruno Walter et jouée trois fois aux Pays-Bas, mais apparemment nulle part ailleurs. Elle ne fut pas publiée avant 1966 et reste un objet ésotérique, rarement joué ou enregistré.

La présente édition, réalisée par Jan van Steen et l’Ulster Orchestra, est de loin la meilleure que j’aie entendue, avec un phrasé élégant et une foule d’airs de spectacle tirés du manuel de Brecht-Weill. Comment ne pas aimer ? La structure est totalement sûre et le développement thématique engage pleinement l’oreille pendant près de trente minutes.

Advertisement / Publicité

L’Ulster Orchestra apparaît comme un sérieux concurrent pour l’Euro 2022 − brillant dans les passages des cuivres et finement accordé dans les cordes. Cette symphonie, la dernière que Weill a adressée à un public de concert, doit vraiment être diffusée plus souvent. Weill a émigré en Amérique et, contrairement à Erich Wolfgang Korngold, qui espérait toujours une réhabilitation au Carnegie Hall, il est allé directement à Broadway et n’a jamais regardé en arrière.

Le concerto pour violon de Weill, écrit au début de sa vingtaine alors qu’il était l’élève de Ferruccio Busoni, est imprégné de l’ultra-sérieux de son professeur et d’un ensemble de vents qui fait écho au style de Stravinski à l’époque. Si vous l’entendiez à côté du concerto d’Alban Berg, écrit en 1935, vous vous demanderiez lequel est le plus avancé. Il y a des choses vraiment bizarres qui se passent entre le triangle et le xylophone. Tamas Kocsis est l’excellent violoniste soliste.

À l’heure où les orchestres ne savent plus quoi jouer, ces deux œuvres doivent être mises de l’avant avec force. Weill était un compositeur brillant et calculateur, dont la musique ne devient jamais ennuyeuse ou surchargée − la meilleure raison possible de l’entendre en août.

NL

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.