L’hebdo de Lebrecht : Solem Quartet − The Four Quarters (Orchid)

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

90%
90%
  • Orchid
    4.5
  • User Ratings (0 Votes)
    0

Émergeant des profondeurs de la pandémie, voici quelques-unes des idées les plus rafraîchissantes que nous ayons reçues depuis des années. Ici, un quatuor à cordes nouvellement formé prend une partition de 2012 du compositeur britannique Thomas Adès et la croise avec des œuvres de son propre cru, très anciennes et très nouvelles.

La pièce d’Adès décrit la rotation de la Terre en 24 heures sur son propre axe – c’est bien, mais pas extraordinairement original dans le concept ou dans le contenu.

 

Comme ses contemporains en arts visuels, les Young British Artists, Adès a récolté plus d’éminence que d’admirateurs. L’éclectisme de ses Four Quarters (sic) présente une faille : ils sont forts dans leurs échos nocturnes aux œuvres tardives de Beethoven et Bartók, mais insipides dans leurs grincements post-modernes. Aussi impressionnant qu’il ait été dans sa vingtaine, Adès s’est dilué dans une cinquantaine sentimentale.

 

Mais attendez d’entendre ce que les Solem font de son œuvre. Entre chaque mouvement, ils insèrent un arrangement (principalement par le second violon, William Newell) d’une pièce familière ou une nouvelle composition, joués avec passion et précision dans un album collagiste d’une contrainte soutenue. Une lamentation de Purcell est entrecoupée par un morceau de Cassandra Miller d’une vieille chanson folklorique anglaise. Une berceuse de Schumann bouscule Florence Price. Kate Bush clôt cet album de quatuors à cordes : qui aurait cru que vous liriez cette phrase ?

 

J’aime les cordes inférieures plus que les cordes supérieures, peut-être parce que, comme le diable, elles saisissent les meilleurs airs. Quand j’ai dit que l’album était frais… il sort tout juste du four, enregistré en mars de cette année. Une longue conversation téléphonique présentée dans un cadre verveux ne parvient pas à retenir mon attention, mais je n’ai rien à redire du jeu et j’anticipe grandement la montée de ce groupe. Ils sont mes favoris parmi les nouveaux talents en 2021.

NL

Abonnez-vous : https://slippedisc.com/

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Norman Lebrecht is a prolific writer on music and cultural affairs. His blog, Slipped Disc, is one of the most popular sites for cultural news. He presents The Lebrecht Interview on BBC Radio 3 and is a contributor to several publications, including the Wall Street Journal and The Standpoint. Visit every Friday for his weekly CD review // Norman Lebrecht est un rédacteur prolifique couvrant les événements musicaux et Slipped Disc, est un des plus populaires sites de nouvelles culturelles. Il anime The Lebrecht Interview sur la BBC Radio 3 et collabore à plusieurs publications, dont The Wall Street Journal et The Standpoint. Vous pouvez lire ses critiques de disques chaque vendredi.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.