Les Petits Chanteurs du Mont-Royal – La CSDM n’a plus droit à l’erreur !

0

Montréal, le 23 mai 2019 – Au lendemain d’une journée où ils ont reçu un appui de taille de la part d’une quarantaine de personnalités bien en vue, de la scène artistique, musicale et culturelle québécoise, les Petits Chanteurs du Mont-Royal (PCMR) ont pris acte des déclarations du ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, monsieur Jean-François Roberge, qui invite la Commission scolaire de Montréal (CSDM) à « faire ses devoirs » concernant les solutions proposées aux parents des PCMR. Du même souffle, le ministre Roberge a souligné que les Petits Chanteurs du Mont-Royal étaient « très importants » pour le gouvernement et qu’ils étaient « un joyau  » dont il veut assurer la continuité.

Pour les Petits Chanteurs et leurs familles vivant dans l’incertitude quant à leur avenir suite à la décision unilatérale et soudaine de la CSDM de ne pas renouveler l’entente qui la liait aux PCMR depuis une trentaine d’années, le temps presse puisque plusieurs d’entre eux ne savent toujours pas à quelle école ils s’inscriront à la rentrée. Cette insécurité fait en sorte que, pour la première fois de ses quelque 60 années d’existence, les PCMR n’ont pas été en mesure de recruter un groupe complet de 24 recrues pour l’année prochaine. Si la situation n’est pas réglée rapidement, des enfants quitteront ce qui affectera directement le financement de l’institution dont on ne pourra plus assurer la survie.

« La CSDM n’a plus droit à l’erreur. L’improvisation dont elle a fait preuve jusqu’à présent relève plus de l’amateurisme que du niveau d’excellence dont font preuve les Petits Chanteurs, ce qui leur a permis de bâtir la solide réputation dont ils jouissent, tant chez nous qu’à l’international », a commenté Me Pierre Éloi Talbot, président du conseil d’administration des PCMR.

Pour atteindre les plus hautes sphères dans lesquelles ils évoluent au quotidien, les PCMR ont développé un écosystème qui leur permet de répondre rapidement aux engagements qu’ils prennent régulièrement auprès des institutions et des artistes de prestige. Il faut donc s’assurer de préserver cet équilibre précaire qui existe entre les obligations académiques et musicales des PCMR.

Le temps de la transparence et des solutions viables

Les quelques rencontres entre les autorités de la CSDM et les représentants des PCMR n’ont malheureusement donné aucun résultat jusqu’à présent, puisque les pistes de solution proposées par la CSDM ne tiennent pas la route. C’est d’ailleurs ce qui a amené le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur à rappeler à l’ordre la CSDM. Malgré tout, les PCMR sont prêts à effacer l’ardoise et à investir tous les efforts nécessaires pour trouver une solution viable qui assurera la poursuite ordonnée de leurs activités et la pérennité des institutions pour des années à venir. Pour y arriver dans un échéancier serré, la CSDM devra faire preuve de bonne foi et de transparence et proposer aux parents des Petits Chanteurs des solutions qui leur permettent de continuer à exceller tant du point de vue académique que musical. À défaut d’arriver à une entente viable, les PCMR comptent sur l’intervention rapide du ministre Roberge, afin de préserver l’écosystème de la Maîtrise des Petits Chanteurs et en assurer la survie.

« Les Petits Chanteurs du Mont-Royal continueront d’agir de bonne foi, comme nous l’avons toujours fait. S’il advenait toutefois que nous ne puissions en arriver à une entente acceptable avec la CSDM dans un délai rapproché, nous interpellerons le ministre pour qu’il donne suite à son engagement et mette en place une mesure exceptionnelle, pour une école d’exception, c’est-à-dire un chœur de réputation internationale qui fait partie des meilleurs ensembles au monde de voix de jeunes hommes qui font la fierté des Québécois », a conclu Pierre Éloi Talbot.

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.