Chants Libres présente Prélude à l’opéra

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Mardi 27 octobre – En réaction au contexte actuel de crise sanitaire, Chants Libres a été forcé de reporter la création de L’orangeraie de Zad Moultaka et Larry Tremblay qui devait se tenir ce mois-ci au Monument-National. Fidèle à sa réputation d’innovateur lyrique, la compagnie fait le pari de garder cette grande salle désertée pour y filmer un Prélude à l’opéra. Cet événement numérique, inspiré de quelques extraits de L’orangeraie et teinté des contraintes imposées par la COVID 19 à la scène artistique, sera diffusé sur le web en janvier 2021.

La mise en scène du manque : un prélude au lyrisme « covidien »

Pensé, mis en scène par Pauline Vaillancourt et coréalisé avec Manuel A. Codina, ce prélude explore le manque dans toute sa dimension scénique. De la salle vide à l’absence de scénographie, des décors inexistants aux accessoires interdits, sans oublier les contraintes imposées aux répétitions… quand elles ont lieu ! Une sensation de manque, donc, qui sert de déclencheur créatif pour faire vivre au public la création malgré tout. Que ce soit en se réinventant, en cherchant, et, surtout, en imaginant.

Jouer et déjouer les pages manquantes de la partition

À cet effet, Mikaël, auteur et personnage clé de l’œuvre de Larry Tremblay, nous accompagne dans ce prélude au décorum minimaliste. Interprété par le comédien Sébastien Ricard, armé des mots de Larry Tremblay et de la musique de Zad Moultaka, il incarne le doute de l’artiste, de l’époque, récite le texte existant et déjoue les pages manquantes.

À ses côtés sur la grande scène du Monument-National, les musiciens du Nouvel Ensemble Moderne et les artistes de la distribution originale, sous la direction de Lorraine Vaillancourt, livrent des extraits de l’opéra L’orangeraie avec leurs propres défis d’interprétation. Proposant, in fine, une exploration collective d’un opéra « à venir » qui laisse place à l’imagination… et à l’espoir.

« Chants Libres propose ainsi au public de découvrir l’essence d’une création opératique avec ce prélude. » mentionnePauline Vaillancourt, directrice artistique de la compagnie. « Cet événement numérique, hors-norme, s’inscrit réellement dans notre ADN. Et ce, tant au niveau de la création que de la recherche. On espère que les spectateurs pourront ressentir ce que vit le milieu lyrique privé de parole, tout en donnant un avant-goût de notre prochain opéra. »

Rappelons par ailleurs que Chants Libres continue de célébrer ses 30 ans cette saison. La compagnie propose régulièrement à son public de revisiter les œuvres qui ont rythmé son parcours. Que ce soit par ses diffusions d’opéras en ligne ou via des entrevues sur son blogue.

Pour plus d’informations, visitez www.chantslibres.org

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.