Navigation sur: Romantique

James Ehnes et Andrew Armstrong Sonates pour violon: Debussy, Elgar, Respighi, Sibelius Onyx 2016. ONYX4159. 68 min 56 s. C’est un disque riche, lumineux et un programme original que nous offrent James Ehnes et Andrew Armstrong. En osmose du début à la fin, les musiciens nous transportent dans les différentes atmosphères des œuvres avec un ton particulièrement juste. Le choix d’assembler ces quatre compositeurs et notamment ces trois sonates apparaît judicieux puisqu’il fait découvrir des œuvres moins connues, mais non moins intéressantes. Avec la sonate de Debussy, l’une des dernières œuvres du compositeur, nous retrouvons ses multiples couleurs et éclairages ainsi…

Partager:

S’il y avait un concert à ne pas manquer cette semaine, c’était celui que nous a offert la Maison symphonique mercredi. Fort de son choix éclectique, le programme de l’OSM réunissait du multinational et le pari fut réussi. Tout d’abord, nous avions droit à l’ouverture du Corsaire, d’Hector Berlioz, moins connue que certaines autres œuvres du compositeur. Vasily Petrenko, jeune chef russe invité, a engagé dès le début du concert une communication complice avec les musiciens, comme s’il était chez lui, les sommant ainsi de donner le meilleur d’eux-mêmes. Présentée de manière claire et martiale, mais chantante, voire dansante à certains…

Partager:

L’avancée la plus importante de l’histoire de la mélodie russe est l’arrivée du compositeur Mikhaïl Glinka dans les années 1830. Souvent présenté comme le père de l’opéra russe, Glinka joue un rôle similaire dans l’histoire de la mélodie de son pays. Comme cela est souvent le cas avec les écoles nationales de musique, le développement du genre de la mélodie est inextricablement lié à l’émergence d’une tradition poétique littéraire. Glinka jouit d’avoir à sa disposition les poèmes du premier grand de la littérature russe, Alexandre Pouchkine. Pouchkine et, dans une moindre mesure, Mikhaïl Lermontov sont les principales influences littéraires de…

Partager:

Par  Marc-Olivier Laramee Photo: Yves Renaud Samedi soir dernier avait lieu la première du dernier opéra écrit par Verdi, Falstaff. Cet opéra est bien différent des grands opéras traditionnels de Verdi, c’est justement ce qui le rend intéressant. Exempt de grands arias, Falstaff est une comédie comique chantée avec justesse et jouée, il faut bien dire jouée dans ce cas-ci, où les chanteurs jouent tels de vrais acteurs. L’opéra Falstaffest construit autour d’un gros bonhomme, John Falstaff interprété par Oleg Bryjak, baryton pourvu d’un sens inouï de la comédie. Ce rôle peut facilement être fait sans implication du chanteur, mais ici…

Partager:

Par Marc-Olivier Laramée   La répétition de Falstaff offerte aux médias, 2e opéra de la saison de l’Opéra de Montréal, avait lieu le 30 octobre. Cet ultime opéra de Verdi, son dernier avant sa mort, met en vedette Marie‑Nicole Lemieux dans le rôle de Mrs. Quickly. « Je suis contente d’être à la maison, le stress est toujours là, mais c’est comme cela que je réussi à garder la flamme. » nous dit-elle. Vous pourrez assister aux représentations du 9 au 16 novembre.   Tirée de la pièce de Shakespeare « Les joyeuses commères de Windsor »et « Henry IV », cette comédie burlesque saura divertir…

Partager:

Par Marc-Olivier Laramée Photo: Yves Renaud Hier soir se tenait la première de la production 2013 de l’opéra Lakmé de Delibes par l’Opéra de Montréal à la Place des Arts qui fête ses 50 ans. Entendre la sublime performance de la soprano colorature américaine Audrey Luna dans le rôle-titre, ce fut un délice. Un opéra qui en met plein les yeux dès l’entrée en salle. L’auditoire, accueilli par des jeunes demoiselles d’origine indienne, donnait un avant-goût des costumes présentés à l’Opéra.  Le premier des trois actes débutait par une scène splendide dans la forêt. Les costumes et les éclairages étaient remarquables,…

Partager:

Concerts populaires de montreal – 49e saison Attirant chaque année un public fidèle et enthousiaste, les Concerts populaires de Montréal auront lieu du 27 juin au 1er août. Ils présenteront à trois reprises l’Orchestre Métropolitain, sous la direction des chefs Julian Kuerti, Alain Trudel et James Darling. Ils recevront, aussi à trois reprises, La Sinfonia de Lanaudière, dirigée par Stéphane Laforest. Les mélomanes auront le plaisir d’entendre des solistes réputés, tels le ténor Marc Hervieux (27 juin), la soprano Lyne Fortin et le baryton Étienne Dupuis (11 juillet), la soprano Karine Boucher et le baryton Gino Quilico (18 juillet)…

Partager:

Création littéraire et musicale de Nicolas Gilbert à l’ECM+ Sous la direction artistique de Véronique Lacroix, l’ECM+ propose un programme fantaisiste : le Concerto de chambred’Alban Berg et Vertiges, une création de Nicolas Gilbert. Aux solistes Jimmy Brière, piano, et Jean-Sébastien Roy, violon, se joignent quatre acrobates et le narrateur Jean Marchand. Salle Pierre-Mercure, 1er mai, 19 h 30. www.ecm.qc.ca – Renée Banville Quatrix et ses forêts de résonances Formé de deux pianistes (Jean-Fabien Schneider et Irina Krasnyanskaya) et deux percussionnistes (Corinne René et Julien Compagne), Quatrix présente des « classiques » du répertoire, des commandes d’œuvres et des arrangements musicaux pour cette formation…

Partager:

Par Philippe Michaud C’est jeudi qu’avait lieu le concert Horizon Est présenté par l’Orchestre Métropolitain. Quatre œuvres d’une grande virtuosité nous ont été présentées. En guise d’introduction, et pour nous préparer à cette soirée aux airs tziganes, l’OM a interprété l’ouverture de l’un des opéras les plus populaires de Smetana, La fiancée vendue. Dans ce morceau d’environ sept minutes, les cordes doivent souvent s’écouter et se répondre. Ici, les musiciens étaient en pleine forme et nous ont livré une interprétation endiablée. Le Concerto pour violoncelle de Dvořák est l’une des œuvres les plus jouées du compositeur tchèque. C’est aussi le…

Partager:

Louis Lortie, piano Chandos CHAN 10662(2) (2 CD : 161 min 20 s) ****** Louis Lortie revisite les Années de Pèlerinage de Liszt, cette fois dans leur intégralité, après une escale à la deuxième année italienne il y a de cela une vingtaine d’années. Il paraîtra cliché de parler de maturité, mais c’est juste, car Lortie a effectivement acquis un bagage musical impressionnant depuis ses jeunes années, et il en fait ici un usage intelligent et sensible. C’est au deuxième degré de la lecture que l’on remarque la véritable valeur de l’interprétation du pianiste québécois. Les traits subtils et suggestifs…

Partager:
1 5 6 7