Navigation sur: Romantique

Libérez la voie : le chanteur-compositeur Lewis Furey a un style à la Rufus Wainwright. Soit vous adorez son timbre et son style de chant imposant, soit vous détestez. Lorsque le concert de Furey interprétant les lieder de Brahms a débuté, je dois avouer que je n’ai pas immédiatement aimé. Son jeu de nuances et son sporadique accent imitant l’anglais britannique minaient la mélodie tout au long de Wie Melodien zieht es mir (traduit par Just a Feeling), jouée en pièce d’ouverture. Mais dès le deuxième morceau, j’ai commencé à oublier ces détails – d’ailleurs, l’artiste de 67 ans ne prétend…

Partager:

Téléchargement de l’album complet : Guy Fallot #3! Jindrich FELD : Concerto for Cello & Orchestra : Allegro – grave – Allegro con brio – Antonín DVORAK : Concerto in B Minor for Cello & Orchestra, Op. 104, B. 191 : Allegro – Adagio ma non troppo – Finale, Allegro moderato Guy Fallot, Cello – Orchestre National de France, Antonio de Almeïda, dir. – Orchestre du Südwestfunk Baden Baden, André Jouve, dir. Vous pouvez télécharger l’album ci-dessous : [wcm_nonmember] Ce téléchargement est disponible pour les utilisateurs enregistrés. Si vous avez une compte, vous pouvez vous identifier ici. Si ce n’est pas…

Partager:

Le 4 novembre dernier, ce sont trois œuvres bien différentes de Mendelssohn qui ont fait vibrer la Maison Symphonique de couleurs et d’émotions. L’Orchestre Métropolitain, dirigé cette fois-ci par Kensho Watanabe, nous offrait entre autres le célèbre Concerto pour violon n°2 en mi mineur (opus 64) avec comme soliste la talentueuse Yukari Cousineau. Le concert autour de Felix Mendelssohn était sans contredit une petite merveille et un plaisir pour tous. Les musiciens ont bien su mettre en valeur les couleurs orchestrales vibrantes et diverses rencontrées à travers les trois œuvres. La programmation se voulait accessible autant pour les amateurs et…

Partager:

Matt Herskowitz et John Roney, piano Justin Time 2016. JUST 257-2. 48 min. Le jazz et le classique ont souvent flirté ensemble, pour le meilleur comme pour le pire, mais quand ce rapprochement penche vers le meilleur, il procure un plaisir incommensurable tant pour les musiciens que pour l’auditeur. C’est le cas ici alors que les pianistes Matt Herskowitz et John Roney s’attaquent au répertoire des grands classiques pour piano, mais avec une touche toute personnelle. Les arrangements prennent généralement une forme en trois parties courante en jazz (exposition du thème, improvisations diverses et retour du thème), un peu comme…

Partager:

par Renée Banville, Wah Keung Chan et Kiersten van Vliet I Musici – Deux chefs-d’œuvre L’orchestre I Musici et son chef Jean-Marie Zeitouni nous invitent à la méditation avec le sublime Chant de la terre de Mahler, une « symphonie pour deux chanteurs et grand orchestre ». Les six Lieder sont interprétés par Michèle Losier, soprano, et Richard Cox, ténor. La réflexion se poursuit avec le seizième quatuor de Beethoven qui allait être sa toute dernière œuvre. Salle Bourgie, mercredi 12, 20 h. www.imusici.com Violons du Roy – Marwood et Labadie Le chef et violoniste Anthony Marwood sera à la barre…

Partager:

Notre sondage ‘La prochaine grande mélodie’ se poursuit! Votez au www.nextgreatartsong.com. Le violoncelliste, compositeur et médecin Roy Yves nous partage ses trois choix ci-dessous. 3. Massenet – Thaïs (Opéra, disqualifié) 2. Franck – Panis angelicus « Panis angelicus fit panis hominum, Dat panis caelicus figuris terminum: O res mirabilis: manducat Dominum Pauper, servus et humilis. Te trina Deitas unaque poscimus, Sic nos tu visita, sicut te colimus: Per tuas semitas duc nos quo tendimus, Ad lucem quam inhabitas. Amen. » 1. Fauré – Après un rêve Roy Yves: pour la « beauté et profondeur spirituelle de l’oeuvre. » « Dans un sommeil que charmait ton image Je rêvais le bonheur, ardent…

Partager:

Ayant vécu dans l’entourage de Tchaïkovski et encouragé par celui-ci, Catoire a longtemps été éclipsé par les grands compositeurs russes de son époque. Pourtant, ces pièces pour violon et piano sont de haute qualité, tout en largesse d’écriture, passionnées et profondes. Elles annoncent à la fois Rachmaninov et Debussy. Catoire, d’ascendance française, rejoint en effet, par plusieurs traits, l’œuvre de Debussy. Il faut souligner ici les « jeux d’eau » du pianiste montréalais (faculté de McGill tout comme Kayaleh), excellent dans ses phrasés coulants et éloquents. Son piano est sans reproche, en grandeur d’âme, et nous interpelle par le romantisme exacerbé de…

Partager:

Les six mélodies françaises qui suivent représentent pour moi les éléments essentiels de la mélodie française, dont la mise en musique de cette langue on ne peut plus « musicale » ainsi que l’importance de l’inspiration poétique qui est à la base du genre. Dans un deuxième temps, j’ai constaté que tous ces choix contiennent une nostalgie, une mélancolie, une élégance qui me semblent aussi essentiellement françaises. Gabriel Fau­­ré : Cinq Mélodies « de Venise » Op. 58, No. 5 : « C’est l’extase » (Verlaine) « C’est l’extase » est la cinquième et dernière mélodie du cycle de Fauré, Mélodies « de Venise ». Cette…

Partager:

La saison d’opéra 2017-18 s’annonce déterminante pour les compagnies canadiennes. Dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire du Canada, plusieurs œuvres inspirées de thèmes canadiens seront présentées en première mondiale à Calgary, Montréal et Toronto. Le Vancouver Opera amorce un tournant décisif avec l’inauguration du Vancouver Opera Festival. Si vous aviez manqué le lancement triomphal à Montréal des Feluettes au printemps dernier, sachez que la production de l’Opéra de Montréal sera présentée au Pacific Opera Victoria en avril prochain. The Lost Operas of Mozart City Opera Vancouver, du 27 au 29 octobre 2016 Bien peu de gens savent qu’au…

Partager:

Pour souligner sa quinzième saison, l’Orchestre de la Francophonie s’est joint aux Concerts Populaires pour une célébration de la musique française. La soirée a placé les piliers de la composition québécoise parmi une lignée de musiciens allant de Ravel à Claude Champagne, de Saint-Saëns à Pierre Mercure. Le concert du 28 juillet marquait le retour des Concerts Populaires, qui avaient été interrompus par les Jeux du Québec, tenus du 17 au 25 juillet, eux aussi aux salles du Parc Olympique. Malgré ses racines uniquement francophones, le concert était un véritable kaléidoscope. Il s’est ouvert par une pièce du même nom…

Partager: