Éditorial de la rédaction

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: enEnglish (Anglais)

Cette édition de La Scena Musicale est unique dans l’histoire du magazine en ce qu’elle n’offre aucune couverture de prestations en direct devant public. Cela ne signifie pas qu’il n’y a rien à couvrir. Les compagnies d’arts de la scène ont offert à leurs adeptes plusieurs représentations en ligne, qu’elles soient tirées d’archives ou fraîchement produites. Nous nous sommes penchés sur ces initiatives afin d’en faire ressortir les plus réussies. L’enregistrement traditionnel est toujours présent. Nous proposons des critiques de plusieurs enregistrements d’intérêt et une sélection classique dédiée au 250e anniversaire de la naissance de Beethoven (qui n’a pas été oublié pour autant).

Notre couverture présente le duo d’Alain Lefèvre et Hélène Mercier et le dévouement de ces pianistes (dévouement récent dans le cas de Mercier) à la musique du compositeur québécois André Mathieu. Leur nouvel enregistrement sur l’étiquette Warner promet de mettre en lumière des œuvres dont les versions orchestrées d’une authenticité douteuse sont les plus connues.

La question de savoir pour quand la levée du rideau est prévue (et si elle l’est) demeure ouverte en juillet. Plusieurs ont annulé le premier semestre de 2020-2021, dont la Canadian Opera Company. L’Orchestre symphonique de Toronto a annulé l’ensemble de la saison dans sa forme originale. Le Metropolitan Opera prévoit une reprise la veille du Nouvel An. L’Opéra de Montréal promet une programmation double format chambre (La voix humaine et L’hiver attend beaucoup de moi) à l’automne, mais n’a pas encore fixé de dates ni de lieu.

La saison estivale est pour ainsi dire à l’eau, du moins en ce qui concerne les événements devant public. Le Festival de Lanaudière, quant à lui, diffuse des prestations historiques. Aussi présent sur les ondes, l’Orchestre classique de Montréal (OCM) propose sa série d’émissions Écouter québécois.e. L’Orchestre Métropolitain dirigé par Yannick Nézet-Séguin passe l’été à enregistrer les symphonies n° 1 à 8 de Beethoven à la salle Bourgie (une autre institution optimiste) pour diffusion web.

Les prestations en direct deviendront possibles à l’automne. Quelques présentateurs au Canada ont capitulé, mais l’OM a laissé intacte sa saison d’abonnement, tout comme le Ladies’ Morning Musical Club. Nous espérons que ces organisations verront leur courage récompensé. L’OCM ouvre en novembre avec As One, un opéra de chambre (musique de Laura Kaminsky) présenté avec un quatuor à cordes au Théâtre Centaur. Il sera présenté en ligne si nécessaire. L’Orchestre symphonique de Montréal, au moment de la publication, demeure impénétrable. N’ayant jamais annoncé de saison, l’orchestre peut amorcer un tout nouveau départ. Et ce, bien entendu, sans les services du futur ex-directeur musical Kent Nagano.

Alors que la pandémie a entraîné l’annulation d’un concert de la SMCQ célébrant alcides lanza, le moderniste montréalais d’origine argentine a tout de même fêté ses 90 ans, sans perdre une minuscule. Nous publions une entrevue en hommage à ce pionnier. Dang Thai Son avait également un récital-bénéfice pour le Camp Tutti prévu au calendrier. Ce pianiste et pédagogue de renommée internationale a des nouvelles à partager au sujet de son horaire d’enseignement et de la perspective d’enseigner à Boston et à Cleveland en partie depuis son domicile de Montréal.

Notre couverture de la crise occupe plus de trente pages. L’enseignement en ligne est un thème majeur de ce numéro, alors que les écoles de musique planifient un semestre d’automne avec peu ou pas de contacts en personne. Nous examinons les scénarios de retour à l’école. Certains enseignants voient d’un bon œil la préparation numérique. Une lettre ouverte du chef d’orchestre Stéphane Laforest pose un regard critique sur la pression que subissent les interprètes pour se « réinventer » en temps de pandémie. Selon lui, leur travail consistera toujours à faire de leur mieux.

Le « meilleur », bien sûr, ne peut se faire au détriment de la sécurité. Vous y trouverez des articles sur la distanciation, les pratiques d’hygiène et les masques dans le milieu de la musique. L’avenir du chant choral est en suspens. Un article écrit au début de la crise contraste avec la vive réaction des chefs de chœur qui affirment que les craintes sont exagérées.

Sur une note plus triste, nous présentons les nécrologies des artistes de jazz qui ont succombé à la COVID-19 et un hommage à la grande violoniste Ida Haendel, dont le décès, à plus de 90 ans, ne semble pas lié à la pandémie.

Le retour du public dans la salle de concert est une question qui préoccupe de nombreux esprits. Qui est prêt à fréquenter à nouveau les salles et quand ? La meilleure façon de le découvrir est peut-être de le demander aux spectateurs eux-mêmes. Ce numéro contient un sondage (que nous invitons tous les lecteurs à remplir et à soumettre), financé par une modeste subvention de la Fondation du Grand Montréal.

Les récentes manifestations en réponse au meurtre de George Floyd ont créé un mouvement mondial contre le racisme. Nous prévoyons une section spéciale sur les arts et la race dans notre numéro de février 2021.

Campagne de collecte de fonds et de financement

La Scena était en production du numéro d’avril/mai lorsque la pandémie a frappé. Nous avons dû le reporter ainsi que notre numéro national annuel sur les festivals d’été. Même si nous avons pu garder la majorité de notre personnel grâce à la Subvention salariale d’urgence canadienne, la perte de revenus pour les deux numéros combinés est de 80 000 $. Cela arrive à un moment où La Scena Musicale se dirigeait vers sa meilleure saison en sept ans. Le nombre de pages a atteint une moyenne record de 80. Les ventes publicitaires ont augmenté de 5 % par rapport à l’année précédente. Nous avons récemment changé d’imprimeur, ce qui nous a permis d’acheter notre propre papier à des prix avantageux (à partir du numéro de février/mars 2020) et d’économiser de 15 % à 20 % sur le coût total d’impression. Nous envisagions un printemps et un été forts.

Étant donné que notre budget annuel dépend en grande partie des revenus publicitaires (environ 70 %, dont la plupart sont liés aux concerts), nous espérons que vous penserez à soutenir notre magazine en faisant un don ou en vous abonnant.

Corona Sérénades

En avril, La Scena a également pris une mesure proactive en concevant et en faisant la promotion des Corona Sérénades, un projet (cofondé par Adrian Rodriguez et Wah Keung Chan) qui offre un réconfort personnalisé sous forme de chansons à ceux qui sont isolés. Le service est gratuit pour les travailleurs de la santé de première ligne, les gens infectés par la COVID-19 et les personnes âgées de 70 ans et plus. Nous avons également présenté sept concerts virtuels et des entrevues Tête-à-tête La Scena en direct sur Facebook et sur YouTube (voir l’annonce sur la couverture arrière pour les entrevues à venir). Nous pensons que vous apprécierez les témoignages positifs recueillis auprès des chanteurs talentueux qui participent à l’initiative. Vous découvrirez leurs opéras préférés et leurs manières créatives d’employer le temps qu’ils ont maintenant en abondance.

Ces chanteurs seront-ils de retour au travail en 2021 ? La question, comme beaucoup d’autres en suspens, ne trouvera probablement pas de réponse avant septembre. À ce moment-là, LSM poursuivra sa couverture des arts et de la COVID-19, avec, espérons-le, de meilleures nouvelles pour tous. Pour une couverture continue, veuillez visiter notre site Web à maSCENA.org et suivez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

This page is also available in / Cette page est également disponible en: enEnglish (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.