Nevermind : quand l’amitié se traduit en musique

0
La Scena Musicale's Discovery Box

Il s’agissait de leur tout premier concert au Canada. Jeudi 21 février, la Société Pro Musica accueillait les membres du jeune quatuor français Nevermind à la salle Pierre-Mercure (Montréal) pour une soirée entièrement consacrée à la musique baroque. Au programme, des compositeurs connus et moins connus du répertoire : J.-S. Bach, Couperin, Telemann et Quentin.

Nous sommes, pour ainsi dire, en terrain conquis. Déjà en 2016, le quatuor fait paraître son premier album chez Alpha/Outhere avec, à la clé, des œuvres de Jean-Baptiste Quentin et de Louis-Gabriel Guillemain. En 2017, il sort un deuxième opus consacré aux Quatuors parisiens de Telemann. Bref, Nevermind connaît ces pièces jusque sur le bout des doigts.

Nevermind, c’est quatre musiciens hors pair, mais surtout quatre amis qui adorent faire de la musique ensemble. Ils n’en sont que plus attachants. Sur scène, l’alchimie du groupe fait des miracles. Anna Besson, à la flûte, et Louis Creac’h, au violon, formaient un duo en parfaite harmonie, que ce soit dans le Nouveau Quatuor parisien no 4 en si mineur de Telemann ou dans la Sonate en sol majeur de Bach. Aucune voix ne s’impose sur l’autre; toutes deux se complètent. De son côté, Robin Pharo, à la viole de gambe, s’insérait tout naturellement dans cette conversation. Certains motifs jaillissaient d’un instrument à l’autre, comme des cailloux qui ricochent à la surface de l’eau. Au clavecin, Jean Rondeau semblait diriger d’un simple regard, accompagnant ses camarades avec bienveillance. Le jeune claveciniste poursuit parallèlement une brillante carrière de soliste qui l’a déjà amené à jouer au côté des Violons du Roy, en 2017, et qui l’amènera prochainement à faire une tournée sur la côte est américaine (mars 2019).

À la fin de leur concert, les musiciens ont gratifié le public de deux autres pièces de Telemann, notamment la Chaconne extraite du Quatuor parisien no 6. Un grand moment de musique qui a révélé, une fois encore, l’étroite complicité entre ces quatre passionnés. On peut seulement regretter que, pour cet événement unique, la salle n’ait pas été remplie à pleine capacité. « Nevermind! », comme diraient ces Français, tant que le plaisir de faire de la musique est là.

La Scena Musicale - Coffret Découverte
Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.