CMIM 2021: Pronostics

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Afin de mieux vous informer sur l’édition piano 2021 du Concours musical international de Montréal (CMIM), nous avons écouté l’ensemble des 27 candidats en lice et établi une liste des lauréats potentiels. Lors de la précédente édition piano, en 2017, 28 pianistes s’étaient affrontés et six d’entre eux avaient atteint la finale. Outre les premier, deuxième et troisième prix, qui récompensent les meilleurs, sept prix spéciaux étaient accordés lors de ce concours, dont un prix Bach et un prix Chopin. Voici nos pronostics pour l’édition 2021.

Finalistes

Suah Ye

Parmi les six finalistes, on pourrait retrouver à la fois des pianistes expérimentés tels qu’Alexey Trushechkin et Tamila Salimdjanova, nés respectivement en 1990 et 1991, mais aussi des pianistes comme Suah Ye, âgée de seulement 20 ans. La Chine pourrait bien être représentée en finale par les jeunes pianistes Ying Li et Zhu Wang. Leur musicalité et leur talent artistique les mèneront sans doute très loin dans le concours, peut-être même jusqu’à l’une des trois premières places. Le dernier ticket pour la finale pourrait être attribué au Français Dmitri Malignan qui impressionne par ses interprétations profondes et très personnelles. Toutefois, au regard des prix qu’il a remportés au cours des dernières années, le jeune pianiste ne semble pas toujours arriver à briller par rapport à ses concurrents. Depuis son 1er prix à l’École normale de musique de Paris, en 2017, il n’a obtenu qu’un 5e prix au Concours international de piano Antoine de Saint-Exupéry (source : CMIM).

Bourses du CMIM

Pour rappel, ces récompenses sont attribuées aux trois finalistes non classés du concours. Notre choix irait d’abord vers la pianiste coréenne Suah Ye, qui a remporté plusieurs premiers prix dans des concours prestigieux (volet pour jeunes musiciens) tels que le concours international de piano Arthur Rubinstein (2016) et le concours Tchaïkovski (2015). Alexey Trushechkin, qui s’est vu remettre le premier prix au San Jose International Piano Competition, est également pressenti pour recevoir au moins une bourse du CMIM. Sur la base des enregistrements que nous avons entendus d’elle, la Chinoise Ying Li, époustouflante par sa maîtrise technique et artistique, mérite tout autant de faire partie des finalistes.

Troisième prix: Zhu Wang

Gagnant du Juilliard Gina Bachauer Scholarship Piano Competition en 2018 et, plus récemment, lauréat des Young Concert Artists International Auditions, le pianiste chinois Zhu Wang pourrait bien décrocher le troisième prix au CMIM. Son toucher remarquable, sa sensibilité et la fluidité de son exécution, que l’on peut notamment apprécier dans ses interprétations de Chopin, le placent au-dessus de beaucoup d’autres candidats. Il y a fort à parier qu’il puise aussi dans le répertoire mozartien pour convaincre le jury. C’est un répertoire qu’il affectionne particulièrement et qui lui a permis, entre autres, de décrocher le premier prix au Concours international Mozart de Zhuhai (2017).

Deuxième prix: 
Tamila Salimdjanova

Née à Tachkent en Ouzbékistan, Tamila Salimdjanova est déjà une artiste accomplie, capable de nous faire vivre de grands moments d’intensité. Que ce soit dans les mouvements lents ou les passages de virtuosité, elle s’illustre brillamment par des interprétations expressives et personnelles. Elle a remporté le deuxième prix au Concours international de piano Lagny-sur-Marne, le deuxième prix au Concours international de piano de Campillos, mais n’a pas remporté de premiers prix depuis 2013. Le temps des médailles d’argent serait-il enfin révolu pour elle ? On le lui souhaite.

Premier prix: Joon Yoon

Joon Yoon, South Korea

Joon Yoon a pour sa part la réussite de son côté. Nommé étoile montante par le BBC MusicMagazine et gagnant unanime du Guildhall Gold Medal Award en 2018, premier prix au Concours Piano Campus de Pontoise en 2019, le pianiste coréen pourrait continuer sur sa lancée en remportant la plus haute distinction du CMIM. À n’en pas douter, il marquera les esprits par son aisance au clavier, le tempérament et la personnalité d’artiste qui se dégagent de ses prestations, en privé ou en public. Joon Yoon donne l’impression d’avoir un talent inné pour le piano.

Prix pour le meilleur artiste canadien

Cette année, deux pianistes canadiens seront en lice. Nés en Ontario, ils s’illustrent toutefois dans des répertoires assez différents. Alice Burla, de Toronto, interprète volontiers Bach et Debussy, tandis que Kevin Ahfat, de Scarborough, affectionne plutôt les romantiques (Beethoven, Brahms). Qui remportera donc le prix pour le meilleur artiste canadien ? S’il fallait choisir, nous pencherions davantage pour Alice Burla. Celle-ci nous a touchés par sa sensibilité et le caractère intime de ses interprétations. À noter qu’en 2020, cette pianiste a obtenu le 1er prix au concours de la Jmanuel und Evamaria Schenk Stiftung ainsi que le prix de musique Kiefer Hablitzel | Ernst Göhner.

Prix Bach

Ce prix, qui récompense la meilleure interprétation d’une œuvre pour piano solo de Jean Sébastien Bach, pourrait être attribué au pianiste roumain Cristian Sandrin. Déjà récompensé en 2019 par un prix spécial Bach au concours international de piano Olga Kern, ce spécialiste de la musique intimiste a toutes les chances de l’emporter. L’écoute de ses interprétations, disponibles en ligne, confirme qu’il est l’un des artistes à surveiller lors du CMIM. Son accession à la finale ne serait pas une surprise.

Le pianiste français Dmitri Malignan est un autre prétendant sérieux pour le prix Bach. Il a publié sur YouTube certaines de ses prestations, notamment des fugues et des sinfonias du compositeur, qui permettent d’apprécier sa grande maturité artistique et son intelligence musicale pour jouer ce type de répertoire.

Prix Chopin

Krzysztof Książek

Ce compositeur franco-polonais est un incontournable pour tout jeune pianiste. Au regard du programme des différents candidats, nous constatons que Krzysztof Książek, pourtant spécialiste de Chopin, ne jouera aucune de ses pièces. Ce prix pourrait donc revenir à la Coréenne Suah Ye, qui interprétera notamment le Rondo en mi bémol majeur, ou à Joon Yoon, qui excellera certainement dans la Ballade no 1.

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Justin Bernard est détenteur d’un doctorat en musique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la médiation musicale, notamment par le biais des nouveaux outils numériques, ainsi que sur la relation entre opéra et cinéma. Membre de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), il a réalisé une série de capsules vidéo éducatives pour l’Orchestre symphonique de Montréal. Justin Bernard est également l’auteur de notes de programme pour le compte de la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Par ailleurs, il anime une émission d’opéra et une chronique musicale à Radio VM (91,3 FM).

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.