5e édition du CIOC: octobre, le mois de l’orgue

0

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

C’est le grand retour du Concours international d’orgue du Canada (CIOC). Prévu l’an dernier, cet événement, qui se déroule tous les trois ans au mois d’octobre, avait dû être reporté pour cause de pandémie. Après 2008, 2011, 2014 et 2017, c’est donc la 5e édition du CIOC et la première de Jean-Willy Kunz en tant que nouveau directeur artistique. Officiellement nommé en 2018, l’organiste connaît le concours depuis ses débuts, à l’époque où il était encore l’élève de John Grew, cofondateur du concours.

Seize quarts-de-finalistes parmi une soixantaine de candidatures, des quarts de finales préenregistrées, un jury réuni en juin 2021 pour sélectionner les dix demi-finalistes qui feront le déplacement à Montréal… le CIOC a dû s’adapter, mais n’a pas cédé à la tentation de reporter une fois de plus son grand événement de l’automne. « C’était hors de question pour nous […] On voulait mettre toutes les chances de notre côté pour que le concours ait lieu d’une façon ou d’une autre », raconte Jean-Willy Kunz.

Plus qu’un concours, c’est un véritable festival qui aura lieu pendant tout le mois. Il y aura des concerts avec certains membres du jury dès le 13 octobre, la veille de la première épreuve de demi-finales, et même après la grande finale du 22 octobre à la Maison symphonique. Le premier à se lancer sera l’organiste Martin Baker, suivi de William Porter (16 oct.), Dong-ill Shin (17 oct.), Helga Schauerte Maubouet (20 oct.), Rachel Laurin (23 oct.) et Bernard Foccroulle (24 oct.). Louis Robilliard, Patricia Wright et Jean-Willy Kunz complètent le jury.

Également au programme, le 24 octobre, un concert gala en l’honneur du regretté mécène Noël Spinelli, cofondateur du CIOC en 2006 avec John Grew. « C’est grâce à lui si l’orgue de l’église des Saints-Anges de Lachine a été restauré. Sans Noël Spinelli, il n’y aurait pas eu le CIOC, il n’y aurait pas eu ces cinq éditions. » En outre, Jean-Willy Kunz précise que huit prix spéciaux s’ajoutent aux premier, deuxième et troisième prix, dont le prix Spinelli décerné au meilleur programme, toutes épreuves confondues. « Noël Spinelli aimait les programmes bien construits, qui mettent en valeur l’artiste, l’orgue et le répertoire », se souvient M. Kunz.

Les activités du CIOC ne s’arrêtent pas là. En effet, le Festival des couleurs de l’orgue français s’est associé au CIOC, comme partenaire, et mettra à l’affiche quatre autres concerts, chaque dimanche du mois à 15 h au Grand Séminaire de Montréal. C’est ainsi que Joël Peters, Yulia Draginda, Sylvain Caron et Yves-G. Préfontaine s’ajoutent à la liste des interprètes que le public pourra entendre. Au total, donc, une vingtaine d’événements seront présentés dans le cadre du CIOC.

www.ciocm.org

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Justin Bernard est détenteur d’un doctorat en musique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la médiation musicale, notamment par le biais des nouveaux outils numériques, ainsi que sur la relation entre opéra et cinéma. Membre de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), il a réalisé une série de capsules vidéo éducatives pour l’Orchestre symphonique de Montréal. Justin Bernard est également l’auteur de notes de programme pour le compte de la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Par ailleurs, il anime une émission d’opéra et une chronique musicale à Radio VM (91,3 FM).

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.