Critique CD: Made for Opera (Deutsche Grammophon, 2022)

0
Advertisement / Publicité

Made for Opera
Nadine Sierra, soprano, Paolo Fanale, ténor, Veta Pilipenko, mezzo-soprano, Capella Cracoviensis, Orchestra Sinfonica Nazionale della RAI; Riccardo Frizza, chef.
Deutsche Grammophon, 2022

Nadine Sierra est l’une des sopranos les plus en demande en ce moment (hors contexte pandémique, évidemment). La chanteuse américaine nous revient avec un album regroupant trois grands compositeurs et des scènes entières d’opéra. Au programme, des extraits de La Traviata de Verdi, Lucia di Lammermoor de Donizetti et Roméo et Juliette de Gounod.

Le monde de l’opéra est plein de sopranos. Qu’est-ce qui fait la singularité de Nadine Sierra ? Certainement, son sens de l’expression dramatique et en particulier son sens du pathos lorsque la partition l’exige, le large spectre de ses nuances allant du forte au plus subtile pianissimo, son art du glissando (plus complexe qu’il n’y paraît), sa virtuosité explosive et ses notes suraiguës. Dans la cadence finale de Sempre libera, Nadine Sierra exécute une remarquable pirouette vocale jusqu’au contre-mi bémol. Plus tard dans une scène parlée de cette même Traviata, on reconnaît de parfaites intonations en italien.

Mais si l’on s’interroge d’emblée sur la signature vocale de Nadine Sierra, c’est qu’il n’y a rien d’évident qui la classe à part. Le fait de chanter un répertoire déjà entendu de la bouche des plus grandes sopranos de l’histoire est un pari risqué qui, dans ce cas-ci, ne s’avère pas gagnant sur toute la ligne.

Advertisement / Publicité
Partager:

A propos de l'auteur

Justin Bernard est détenteur d’un doctorat en musique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la médiation musicale, notamment par le biais des nouveaux outils numériques, ainsi que sur la relation entre opéra et cinéma. Membre de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), il a réalisé une série de capsules vidéo éducatives pour l’Orchestre symphonique de Montréal. Justin Bernard est également l’auteur de notes de programme pour le compte de la salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Par ailleurs, il anime une émission d’opéra et une chronique musicale à Radio VM (91,3 FM).

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.