Gilbert Patenaude : le maestro part à la retraite

0
La Scena Musicale's Discovery Box
Gilbert Patenaude

Gilbert Patenaude

Après 38 ans à la direction artistique des Petits Chanteurs du Mont-Royal, maestro Gilbert Patenaude prend sa retraite. Quel legs musical et pédagogique laisse-t-il ?

En 1978, Gilbert Patenaude devient le premier directeur musical laïque des Petits Chanteurs. Depuis ses débuts il y a 60 ans, la chorale a pour mission première d’offrir un soutien musical dans les services religieux de l’oratoire Saint-Joseph. L’arrivée de maestro Patenaude annonce donc un changement de cap pour les jeunes chanteurs. Il assumera la direction artistique et la formation musicale tout en composant des œuvres, dont trois opéras.

Quelques mois après son embauche, maestro Patenaude et les Petits Chanteurs se préparent pour un concert de Noël avec nul autre que Luciano Pavarotti. Le chef de chœur doit alors diriger l’imposant soliste et sa chorale tout en composant avec le legs de ses prédécesseurs, encore frais dans la mémoire des choristes. Mais si le concert de Pavarotti a marqué l’histoire des Petits Chanteurs, Gilbert Patenaude, lui, est plutôt marqué par un concert des Petits Chanteurs au Pays de Galles. Au programme figurait leMein Odem ist schwach de Max Reger, une œuvre à 4 voix mixtes. L’un des spectateurs lui avait avoué que même les universitaires de la région n’avaient pu rendre la partition, vu ses difficultés. « Je peux mourir demain en ayant entendu la plus belle musique », lui dit le spectateur admiratif.

Gilbert Patenaude résume sa philosophie ainsi : il faut « être engagé dans tout ce qu’on fait, et dans le service aux autres ». Il a voulu établir une certaine rigueur et un dévouement au travail, une certaine éthique et un savoir-être. Par exemple, il était important d’établir un climat de calme lors des répétitions, pour assurer un travail bien fait. Le chef commençait souvent les répétitions en rappelant cette consigne. Il semble avoir réussi à enseigner sa philosophie : avec un sourire, il raconte que la plupart des messages qu’il reçoit des anciens étudiants proviennent de ceux qui avaient été les plus turbulents. Ces diplômés avouent aujourd’hui donner raison au maestro, et ils sont reconnaissants d’avoir hérité de sa philosophie.

« Il n’est pas facile d’amener un groupe de jeunes à bien comprendre l’importance du chant dans un lieu sacré comme l’Oratoire. Avec rigueur et patience, monsieur Patenaude a, pendant toutes ces années, inculqué à tous les petits chanteurs ce respect du sacré », écrit le père Claude Grou, recteur de l’oratoire Saint-Joseph. En effet, les Petits Chanteurs sont toujours présents le dimanche pour la messe. La religion, « c’est l’affaire de toute une vie », dit Gilbert Patenaude. Il a donc évité de s’imposer dans le cheminement spirituel des élèves même si, pour lui, la foi chrétienne est sa priorité. Le maestro insiste plutôt sur cette consigne : « Faites-le au nom des gens qui viennent à la messe. »

Ainsi, « 95 % des chanteurs sont présents aux messes et autres services de l’Oratoire », affirme le maestro, et ce, malgré leurs croyances religieuses parfois divergentes. Les chanteurs sont bel et bien assidus. Dernièrement, les jeunes chanteurs lui ont affirmé qu’une de leurs prestations préférées avait été le Chemin de Croix, dont la musique se composait de plusieurs œuvres sacrées. Les choristes chantent pourtant aussi souvent des pièces tirées du répertoire profane, notamment le populaire.

Comment le maestro a-t-il réussi à former de jeunes chanteurs ? Le fait qu’il soit laïque a joué un rôle utile : son expérience en tant que parent l’a aidé à bien comprendre et diriger ses jeunes étudiants. La rigueur de la sélection lors des auditions est certes aidante, la Maîtrise exigeant un minimum de discipline déjà installée chez les étudiants. Mais toujours est-il que le chef de chœur a su instaurer un climat sévère et exigeant, dans le seul but de produire une musique de valeur. Il avoue qu’à ses débuts, il laissait aller son humour; mais il a vite réalisé que la discipline s’érodait et il a modifié son approche. Il semble avoir été efficace : il raconte qu’à l’entracte d’un certain concert, il entendait ses choristes se reposer en ne parlant que de musique entre eux. On l’aura compris, maestro Patenaude a su transmettre par osmose sa passion pour la musique.

Pour lui, il « faut être d’abord musicien » pour être directeur artistique. Mais sa priorité est sa foi, et son implication à la Maîtrise des Petits Chanteurs et de l’Oratoire n’est pas surprenante. Pour lui, la musique dépasse aussi l’aspect monétaire et la gloire. En 1978, il accepte le poste non pas pour la rémunération ou le statut, mais bien pour la possibilité de servir la société. Sans contradiction, ses trois livres essentiels sont, dit-il, « la Bible, lesFables de La Fontaine et Le Petit Prince de Saint-Exupéry ». Là résident toutes ses croyances, qui ont certainement influencé son passage à la barre de la Maîtrise des Petits Chanteurs. Après sa dernière tournée dans le nord-est des États-Unis avec ses choristes, maestro Patenaude prendra sa retraite en juillet prochain. Il léguera bien entendu aux étudiants sa passion pour la musique, mais surtout sa grande énergie et ses valeurs.


Voyage en Amérique française, Les Petits Chanteurs du Mont-Royal, 1er Mai 15h30 à la Salle Marguerite-Bourgeoys. www.pcmr.ca

La Scena Musicale - Coffret Découverte
Partager:

A propos de l'auteur

Travailleuse culturelle en rédaction, traduction et art lyrique. / Cultural worker focusing on writing, translation and lyric art.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.