Prix ARDI 2018 pour l’innovation et l’audace arts/affaires : Et les lauréats sont….

0

Lauréats des Prix ARDI 2018, Alexandre Forest et Marie Houde. Photo : Charles Bélisle

La Brigade Arts Affaires de Montréal (BAAM) et la Chaire de gestion des arts Carmelle et Rémi-Marcoux de HEC Montréal viennent de dévoiler les noms des lauréats des Prix ARDI 2018 pour l’implication exemplaire et innovante dans le domaine culturel et l’innovation philanthropique, lors d’une soirée à l’Édifice Wilder, organisée en collaboration avec Tangente et l’Agora de la danse, devant un grand rassemblement de la communauté arts et affaires.

Marie Houde, directrice générale de l’organisme Le Grand Costumier, est la lauréate du Prix Ardi 2018 dans la catégorie gestionnaire culturel et Alexandre Forest, avocat chez Gowling WLG Canada et président des Jeunes Premiers du Théâtre du Nouveau Monde, est le lauréat du prix dans la catégorie relève d’affaires.

Ces deux prix qui récompensent l’implication et l’innovation philanthropique des deux lauréats ont été remis par Florence Troncy, coprésidente de BAAM, et François Colbert, titulaire de la Chaire et professeur titulaire au Département de marketing à HEC Montréal. La soirée a été animée par Frédérique Doyon.
Pour l’attribution des Prix ARDI 2018, le jury a souligné « l’originalité de la campagne de sociofinancement du Grand Costumier, reposant en grande partie sur l’émission d’obligations communautaires, qui a permis d’amasser plus de 30 000 dollars pour la restauration et l’installation de la collection dans ses nouveaux locaux » et « la contribution innovatrice du lauréat ( Alexandre Forest) aux relations arts affaires, particulièrement en ce qui touche à l’approfondissement de l’engagement des participants par des événements sur-mesure et par l’intégration de la relève d’affaires aux conseils d’administration des organismes artistiques ».
Pour cette deuxième édition de cette initiative conjointe de la Brigade Arts Affaires de Montréal (BAAM) et la Chaire de gestion des arts Carmelle et Rémi-Marcoux de HEC Montréal , 18 candidatures ont été soumises. Le jury en a retenu 6 finalistes qui se démarquent par leurs « accomplissements exceptionnels ».
Dans la catégorie relève d’affaires, les finalistes (en plus du lauréat) étaient : Philippe d’Etcheverry, avocat et directeur des opérations, Groupe BC2, président des Jeunes Ambassadeurs du Théâtre du Rideau Vert; Natacha Engel, directrice adjointe au Cabinet du Premier ministre du Canada, vice-présidente du Conseil d’administration de l’École supérieure de ballet du Québec.
Dans la catégorie gestionnaire culturel, les finalistes (en plus de la lauréate) étaient : Morgane De Bellefeuille, gestionnaire marketing et commercialisation, La Guilde; Marcelle Dubois, directrice artistique et générale, Festival du Jamais Lu.
Le jury était composé de Sébastien Barangé, vice-président, communications et affaires publiques, CGI; Valérie Beaulieu, directrice générale, Culture Montréal; Claude Benoît, administratrice de sociétés et directrice des Productions Métamorphoses; Madeleine Careau, chef de la direction, Orchestre symphonique de Montréal; François Colbert, professeur titulaire au Département de marketing et titulaire de la Chaire de gestion des arts Carmelle et Rémi-Marcoux, HEC Montréal; Stéphanie Lavallée, associée, Fasken et coprésidente sortante de BAAM.

Marie Houde

Depuis 12 ans, Marie Houde est gestionnaire au sein d’organismes sans but lucratif du milieu social et culturel. Après avoir obtenu un baccalauréat en études internationales à l’Université de Montréal en 2003, elle travaille pendant neuf ans chez Oxfam-Québec en mobilisation du public. Elle complète en 2012 une maîtrise en administration à l’ÉNAP et devient directrice des opérations et du financement à l’École nationale de l’humour, où elle travaillera quatre ans. Elle y crée notamment un comité philanthropique composé de membres de la relève d’affaires montréalaise. Son passage à l’École nationale de l’humour confirme sa volonté de mettre son talent de gestionnaire au service de la création. En 2016, Marie Houde devient directrice générale du Grand Costumier, une entreprise d’économie sociale ayant le mandat de gérer la collection de costumes reçue de Radio-Canada au bénéfice de la création artistique. Ce poste lui permet d’arrimer engagement social et culture et de faire partie de la première cohorte du Mouvement Adopte, qui soutient la relève autant au plan financier que stratégique.

Alexandre Forest

Alexandre Forest est avocat chez Gowling WLG. Il fait ses premières armes en philanthropie culturelle au sein des Jeunes Ambassadeurs de l’Orchestre Symphonique de Montréal dès 2012, puis s’implique au sein du Comité des jeunes professionnels pour le financement du Théâtre du Rideau Vert et de la Jeune Scène d’Affaires de l’École Supérieure de Ballet du Québec. Il est actuellement président-fondateur des Jeunes Premiers du Théâtre du Nouveau Monde (depuis 2014) et des Ambassadeurs de l’École Nationale de l’Humour (depuis 2015), ainsi que membre du conseil d’administration de ces deux institutions et du Théâtre de la LNI (depuis 2016).

Les initiateurs des Prix ARDI

La Brigade Arts Affaires de Montréal BAAM remet une bourse de 2 500$ à l’organisme employeur du gestionnaire culturel et une bourse de 2 500$ à un organisme culturel ayant un budget de moins de 1 million de dollars, choisi par la personne de la relève d’affaires. BAAM regroupe des femmes et des hommes de la relève d’affaires de Montréal, posant des gestes concrets afin de créer des liens durables avec les organismes culturels et les artistes montréalais. C’est un cri de ralliement de la relève d’affaires en faveur du milieu des arts et ses artistes. Plusieurs membres de la relève d’affaires, soutenant les arts, soit par leur implication bénévole ou leur soutien financier, ont décidé de s’unir afin de donner naissance à BAAM. L’organisme tisse de très nombreux partenariats et développe des liens entre les milieux artistiques et d’affaires. De l’énergie et de l’engagement de ses membres, sont nés de nombreux événements arts affaires et des initiatives innovantes. De son côté, la Chaire de gestion des arts de HEC Montréal offre sans frais aux deux lauréats l’accès à son programme de Mentorat culturel, soit comme mentor, soit comme mentoré. Cette Chaire, créée en 1991, porte le nom de Carmelle et Rémi-Marcoux, à la suite d’une contribution de ces donateurs et de Transcontinental inc. Le fondateur et titulaire de la Chaire est le professeur François Colbert. La Chaire réalise et publie des manuels et recherches sur la gestion des arts, ce qui l’a amenée à lancer, en 1998, l’International Journal of Arts Management. HEC Montréal offre aussi plusieurs possibilités de formation en gestion des arts, notamment un diplôme d’études supérieures spécialisées en gestion d’organismes culturels (DESSGOC), dont on fêtera cette année le 30e anniversaire. La Chaire organise des séminaires et des colloques sur divers sujets qui intéressent les communautés universitaire et artistique et gère un programme de mentorat culturel.
Signalons que le terme ARDI est une fusion du mot art et de l’adjectif hardi. Objectif : souligner l’audace et l’originalité pour célébrer les acteurs de la relève art affaires. 

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse