Le Festival du Monde Arabe présente la création inédite Qudud-Flamenco

0

Grande première de la nouvelle création du Festival du Monde Arabe, ce dimanche 11 novembre au Théâtre Maisonneuve à la Place des Arts. En soirée de clôture de sa 19e édition, le FMA présente Qudud-Flamenco, une création qui réunit deux grandes traditions musicales et signée par le guitariste et compositeur espagnol Carlos Piñana sous la direction de Katia Makdissi-Warren avec les voix de Celia Romero, Ahmad Azrak et Abdelkarim Hamdan, ainsi que Tanya Evanson (derviche tourneuse) et Rosanne Dion (Flamenco).

« Des rives syriennes jusqu’aux portes de l’Europe, en Andalousie, cette création clôture la 19e saison du FMA dans une rencontre inusitée au sommet entre deux des plus grandes traditions musicales du monde arabe et de l’Occident: les qudud et le flamenco. Cette œuvre inédite aux promesses de grande envergure est signée par le guitariste et compositeur Carlos Piñana, l’un des artistes les plus prisés du flamenco de ce début de siècle, portée par les voix de trois chanteurs qui se démarquent par un charisme envoûtant et d’exceptionnelles prouesses vocales, et soutenue par l’orchestre OktoEcho sous la direction de Katia Makdissi-Warren», lit-on dans la présentation de cette oeuvre.
Cette nouvelle création du FMA met en vedette Celia Romero, l’une des artistes les plus prisés de la scène flamenca; Abdel Karim Hamdan, l’étoile montante de la musique classique arabe qui s’était fait remarqué lors de son passage à la très populaire émission Arab Idol et Ahmad Azrak, l’un des ténors des Mawals, Qudud et autres types d’envolées lyriques de la musique traditionnelle arabe.

Rencontre au sommet : oud & guitare 

Selon Katia Makdissi-Warren qui partage la direction artistique de l’oeuvre avec le grand guitariste espagnol Carlos Piñana, cette rencontre entre la musique flamenco espagnole et les qudud d’Alep est un voyage entre les deux mondes musicaux donnant lieu à des moments  de fusions qui permettent d’apprécier les saveurs et couleurs distinctives des deux genres d’expressions musicales et des harmonies qui puissent résulter de leur mariage. L’un des moments forts du spectacle est la rencontre au sommet entre les deux instruments emblématiques : l’oud et la guitare, lors d’un dialogue musical entre deux virtuoses Nazih Borish et Carlos Piñana.
La directrice artistique de l’ensemble OktoEcho qui collabore au FMA depuis sa toute première édition en 1999, souligne l’importance des créations du FMA qui permettent des rencontres entre artistes de différentes cultures et de divers horizons. Ce qui donne lieu à des métissages expérimentales intéressantes faisant évoluer la créativité musicale par delà les frontières entre genres et cultures.

Éloquence des thèmes !


Éprise des métissages les plus improbables entre les différentes types de musiques à travers le monde, Katia Makdissi-Warren souligne l’éloquence des thématiques du Festival du Monde Arabe et leur pertinence dans la promotion des valeurs d’ouverture, du partage et du dialogue entre les cultures. Elle se réjouit de la multiplication des rendez-vous Musiques du monde sur la scène montréalaise. « Cela permet la multiplication des occasions de rencontres avec l’autre. C’est quelque chose qui est devenue normale dans la vie culturelle », dit cette artiste, à laquelle la SMCQ (Société de musique contemporaine de Québec), consacre la prochaine édition de sa Série hommage (2019-20). Cet organisme salue ainsi « la démarche exceptionnelle de cette artiste éclectique et innovante, qui relève avec sensibilité le défi d’abolir les frontières entre musiques contemporaines occidentales, autochtones et moyen-orientales ». www.festivalarabe.com

 

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.