Ouverture du Carrefour mondial de l’accordéon de Montmagny

0
Advertisement / Publicité

C’est en ce beau vendredi de septembre, malgré le temps dur que subit la côte est américaine, que débute le long weekend de la fête du travail. Comme chaque année depuis 32 ans, une rencontre culturelle et générationnelle unique en son genre s’offre aux amoureux de cet instrument impressionnant dont l’histoire est ancrée dans le folklore québécois.

 

Photo : Carrefour mondial de l’accordéon

Dans l’Oie blanche du 26 septembre 2020, journal local de la ville, on pouvait lire : « Le Carrefour mondial de l’accordéon a reçu la reconnaissance le 10 septembre dernier de l’UNESCO à titre d’organisme consultatif pour ce qui a trait au patrimoine immatériel. L’organisation a ainsi rejoint le club très sélect des 157 organisations à travers le monde qui peuvent participer à l’élaboration des politiques internationales en patrimoine immatériel. ‘’Il s’agit d’une preuve incontestable du leadership de l’organisation en musique traditionnelle et en patrimoine immatériel, ainsi qu’une reconnaissance importante du travail de toute l’équipe. Il faut savoir que les candidatures sont jugées selon plusieurs critères par des experts internationaux et que tous ne passent pas à travers le processus’’, mentionne Christiane Bouillé, présidente de l’organisation. »

Un heureux événement à l’embouchure de ce joyeux carrefour, où toute une ville s’organise pour se consacrer à un festival annuel dédié à l’accordéon. Et tout au long de l’année, il en a drôlement long à dire, à faire danser, à faire giguer, de rencontres en liens durables et en mariages même. L’instrument se prend à bras le corps, comme un gros câlin qui nous a tant manqué ces derniers temps, ou simplement à deux mains, selon sa forme et sa facture. Je cite Michael Bridge, qui cite entre deux interprétations : « Je crois que c’est Stravinsky qui a dit : ‘’on ne peut pas se fier à un instrument qui change de forme.’’ »

Advertisement / Publicité

Le Carrefour mondial de l’Accordéon de Montmagny est un événement des plus singuliers avec une signature originale. En temps prépandémique, c’est toute une mosaïque culturelle universelle, avec musiciens de tous les coins de la planète qui débarquent à l’aéroport international Jean Lesage de Québec et qui sont ensuite transportés par des bénévoles jusqu’à leur lieu d’hébergement, à Montmagny. En temps de pandémie, c’est la musique des interprètes locaux et nationaux qui ouvre sur le monde.

Donc, ce vendredi 3 septembre 2021, c’était soir d’ouverture, animée par Benoît Bourque. L’organisation a fait confiance à la bonne étoile du Carrefour et a préparé sa liste d’invités. Elle a même lancé sa campagne publicitaire et tout préparé pour que ça ait lieu. Et la communauté des musiciens locaux et nationaux a répondu à l’appel. La diversité culturelle est assez présente de ce côté de la frontière pour respecter le caractère mondial du Carrefour. Les interprètes peuvent nous amener différents univers à travers leur musique. C’est ce qui est arrivé.

Photo : Carrefour mondial de l’accordéon

Le duo Ghzel, formé d’Irina (Domra – qui signifie la Maison du Soleil pour les Égyptiens) et Aleksei (Bayan) Lutcenko, originaires de Russie, a assuré le départ avec des airs de leur pays natal. On a ensuite poursuit le tour du monde avec des notes de Chine et du Japon. Avec le second ensemble, Grouyan gombo, la salle s’est laissé transporter en Louisiane, en plein cœur de la Nouvelle-Orléans. Avec un répertoire made in Quebec, Timi Turmel et Marie-Jeanne Brousseau nous ont ramenés par chez nous. Ils nous ont raconté nos histoires tout de même imprégnées des influences d’Irlande, d’Écosse, du folklore britannique et de la chansonnette française. Plusieurs coups de cœur. La quatrième formation en liste fut le duo jazz formé de Martin Bellemare et de Christine Tassan qui, marqué des sceaux de la Hongrie, de l’Allemagne et du Brésil, a même joué aux astronautes en nous offrant Fly me vers la lune. Coup de cœur pour la composition de Richard Galiano : Tango pour Claude (Claude Nougaro).

Cette soirée d’une durée de 2 heures 30 minutes s’est terminée avec le sujet plus tôt cité dans le texte. Michael Bridge, Torontois originaire de Calgary, sera le premier Canadien à obtenir un doctorat en accordéon dans les deux mois à venir. Virtuose de la musique classique, ses arrangements du Barbier de Séville sont des plus impressionnants. C’était sa première expérience au Carrefour et surement pas la dernière puisqu’il fera partie du concert du samedi à 16h et à 20h, le public étant divisé en deux. Le tout se passe à la salle Edwin Bélanger avec deux autres formations : La Famille Leblanc (musique traditionnelle de l’Acadie) et Tango Boréal (Tango contemporain). Il reste encore quelques billets : https://lepointdevente.com/carrefour-mondial-de-l-accordeon.

Le duo Ghzel, qui vaut le déplacement, se produira à nouveau dimanche à 16 et 20 heures. Des activités pour toute la famille sont prévues tout au long de la fin de semaine. Montmagny est un endroit à visiter un weekend de la fête du Travail. La bonne étoile qui veille sur le Carrefour, là où des centaines d’accordéons, de facteurs de toutes les époques, générations et provenances, rayonnent de leur unique sonorité bienveillante, joyeuse et bienheureuse, en prenant bien soin de la ville qui sait lui rendre honneur.

Je vous suggère de vous y prendre plus tôt que tard pour réserver. Les campings sont bondés et le stationnement de l’aréna, situé derrière l’hôtel du Centre-Ville et qui héberge artistes et médias, s’est transformé en parc pour motorisés et roulottes. Les concerts font pratiquement salle comble malgré les limites restrictives. Alors quand il sera permis de danser sans distanciation, la bonne étoile, en plus d’être scintillante, pourra propager à nouveau sa chaleur humaine. Parce qu’ici, à Montmagny, ça s’entend cette vibration chaleureuse. Du bout des doigts, en passant par le fond des cœurs, jusqu’au bout des orteils des ‘’tapeux’’ de pieds, ce festival est un joli bijou de notre patrimoine immatériel. Il faut exiger davantage de ces reconnaissances. L’exiger de nos communautés et de nos gouvernements. Pour que cela se produise, une belle synergie organisationnelle est nécessaire. Montmagny connait la recette.

Partager:

A propos de l'auteur

Musicien-Gestionnaire, Gestionnaire-Musicien, selon les besoins.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.