Navigation sur: Musique Classique

C’est sous le signe de la jeunesse que le Trio Fibonacci nous a conviés à son lancement de saison à la Salle Bourgie ce dimanche. Vingt ans, c’est la fougue, la passion, l’insouciance… et pour fêter ses vingt ans, le trio a choisi des pièces de jeunesse de Beethoven, Debussy, Gilbert et Brahms. Retour sur ce lancement dominical. Le Trio op 1 no 1 de Beethoven est la première œuvre publiée par le compositeur. En 1795, Beethoven poursuit des études auprès de Haydn, mais également Johann Schenk et Antonio Salieri. Au fil des quatre mouvements, les musiciens du trio Fibonacci nous donnent…

Partager:

L’Orchestre symphonique de Québec L’Orchestre symphonique de Québec reçoit Lise de la Salle Pour le concert inaugural de l’OSQ, sous la direction de Fabien Gabel, les musiciens seront accompagnés par la pianiste virtuose Lise de la Salle. Un programme entièrement russe : le Concerto no 3 en ré mineur de Rachmaninov, œuvre parmi les plus difficiles du répertoire pianistique, Le Chant du rossignol de Stravinski, poème symphonique, et les Danses polovtsiennes de Borodine. Le 19 septembre au Grand Théâtre de Québec à 20 h. www.osq.org Rachmaninov Premier concert de la saison pour l’Orchestre symphonique de Québec, sous la direction de son chef,…

Partager:

L’Orchestre symphonique de Montréal inaugure sa 85e saison Le Sacre du printemps de Stravinski et le Boléro de Ravel seront au programme de ce concert d’ouverture, sous la direction de Kent Nagano. À ces deux œuvres majeures du répertoire symphonique s’ajoute un opéra de chambre, Chaakapesh, le périple du fripon. Commande de l’OSM basée sur une légende crie, l’œuvre sera interprétée par le ténor Owen McCausland et le baryton Geoffroy Salvas. Florent Vollant et Akinisie Sivuarapik feront, quant à eux, la narration en innu et en inuktitut, respectivement. Le 6 septembre à 19 h et le 8 septembre à 20 h à…

Partager:

Les rencontres internationales du documentaire de montreal (RIDM) Montréal, Québec. 8 novembre au 18 novembre 2018 Les RIDM sont devenues une véritable référence en cinéma à Montréal. Plus de 140 documentaires canadiens et internationaux y sont présentés chaque année, accompagnés de discussions, rétrospectives et nombreuses conférences. Depuis 2004, les RIDM incorporent à leur programmation un forum du documentaire nommé Doc Circuit Montréal (du 10 au 14 novembre), offrant un programme d’ateliers professionnels ainsi que des tables rondes de discussion menées par des professionnels du milieu dans le but de stimuler la réflexion et l’innovation artistique dans le documentaire. www.ridm.ca M…

Partager:

Rachmaninoff, Concertos pour piano no 2 et 4 – Deutsche Grammophon Daniil Trifonov – Philadelphia Orchestra, Yannick Nézet-Séguin Au milieu de l’excitation suscitée par la redécouverte d’un enregistrement des Danses symphoniques par Rachmaninoff, voici une nouvelle lecture de deux concertos avec l’orchestre préféré de Rachmaninoff, interprétés par le pianiste vivant qui lui ressemble le plus. Deutsche Grammophon a intitulé l’album Destination Rachmaninoff. Départ, où figure en couverture un portrait du soliste Daniil Trifonov, assis dans le genre de compartiment de chemin de fer contemporain des disques de gomme-laque. Ne vous laissez pas distraire par ces coups de marketing. Trifonov ouvre avec…

Partager:

Chansons d’amour d’Acadie et de France – Chœur Louisbourg, dir. Monique Richard ; Skye Consort Le Chœur Louisbourg dirigé par Monique Richard et le Skye Consort se rassemblent autour de l’amour pour nous offrir des pages aussi belles que méconnues. Le folklore acadien réharmonisé pour l’occasion y côtoie l’œuvre renaissante du compositeur franco-flamand Jacotin Le Bel. Cet album donne un heureux écho musical à des publications des dernières décennies. Les chansons folkloriques acadiennes sont tirées de deux compilations parues en 1988 et 1996. Tous les tons y passent, de la langueur dans Écrivez-moi à la légèreté du Moine Simon et à la ruse…

Partager:

Apogee est un album de cinq pièces du compositeur canadien d’origine iranienne Farshid Samandari. À l’instar des savants orientaux des siècles passés, Samandari s’inspire des arts, de la littérature, de la philosophie et des sciences pour trouver les concepts-clés de ses œuvres. Des haikus de Bashō à la poésie mystique de Rûmî, du théâtre nô japonais à la physique des particules, le compositeur nous propose un voyage d’influences colorées, en témoigne la pochette où figure une magnifique peinture à dominante bleue du calligraphe iranien Mehrdad Shoghi. Établi à Vancouver, Farshid Samandari est compositeur en résidence du Vancouver Inter-Cultural Orchestra, lui…

Partager:

« Faites circuler dans tout une pensée morale et compatissante, et il n’y a plus rien de difforme ni de repoussant. » C’est en ces termes que Victor Hugo, dans sa préface de Lucrèce Borgia, appelle à l’engagement du poète et du dramaturge dans une mission moralisatrice, née du contraste entre le sublime et le grotesque, la grandeur et la misère. Son roman Le roi s’amuse en est une convaincante illustration, mettant en scène le bouffon bossu Triboulet, être difforme dans lequel bat le cœur tendre d’un père. Rigoletto, le pendant opératique de Triboulet dans l’œuvre de Giuseppe Verdi, n’aura de cesse…

Partager:

Hier soir à Toronto, le chateur Jeremy Dutcher a décroché le Prix Polaris pour son album Wolastoqiyik Lintuwakonawa. Ce prix agrémenté d’une bourse de 50.000 $ a été décerné par le passé à Arcade Fire, Lido Pimienta ou encore Karkwa. Le jeune chanteur d’opéra s’est félicité de cette récompense en rappelant l’excellence artistique autochtone et en espérant que ce prix contribuerait à la renaissance culturelle des Premières Nations. Jeremy Dutcher figurait en couverture de notre édition anglaise de juin dernier. L’artiste originaire du Nouveau-Brunswick, qui chante presque exclusivement en langue wolastoq dans cet opus, s’est distingué parmi neuf autres finalistes, dont…

Partager:

Camille Saint-Saëns fut le premier musicien français à composer des concertos pour piano. Parmi les cinq qu’il a écrits entre 1858 et 1886, seul le deuxième est beaucoup joué et tandis que le reste est scandaleusement négligé. Certains connaisseurs considèrent le quatrième comme son meilleur. La plupart s’accordent pour dire que le cinquième, un pastiche d’airs censés avoir été chantés par des bateliers égyptiens à Louxor, oscille entre embarrassant et irrattrapable. Le pianiste canadien Louis Lortie et le jeune Français Bertrand Chamayou ont sorti un cycle des concertos sur leurs labels respectifs. Lortie, très expérimenté, joue les numéros 1, 2…

Partager:
1 2 3 72