SMCQ: Visions cosmiques, un tête-à-tête pianistique sidéral

0

Les pianistes Brigitte Poulin et Jean Marchand se produisent en duo lors d’un concert bien particulier offert en webdiffusion dans le cadre de la 55e saison de la SMCQ. Visions cosmiques regroupe trois œuvres de Messiaen, Gougeon et El-Khoury et un peu plus d’une heure de musique. Ces trois œuvres se répondent « par leur introspection, leur nature méditative, mystérieuse et mystique » d’après les mots de Jean Marchand. De son côté, Brigitte Poulin les voit comme « une ouverture à la lumière et à une écoute intérieure ». Le ton est donné : le concert du 25 octobre sera intime, spirituel et introspectif. Nous avons rencontré les deux interprètes quelques jours avant leur performance.

Le 5 novembre 1970, la salle Claude-Champagne accueille deux invités de marque : Olivier Messiaen et Yvonne Loriod interprètent les Visions de l’Amen, une composition majeure de Messiaen pour deux pianos qui dure 45 minutes. On y retrouve les explorations colorées du compositeur français, ces textures et images bien à lui qui visent à décrire les quatre sens de l’Amen à travers sept mouvements. Dans la salle, on retrouve le jeune Jean Marchand, qui nous raconte cette soirée 50 ans plus tard : « J’en garde un souvenir indélébile et ému ! C’était ma toute première audition de cette œuvre monumentale. J’étais si impressionné d’être en présence, dans la huitième ou neuvième rangée, de ces deux icônes de la musique française, de ces deux forces en présence… Ce concert m’a transporté ! » Un demi-siècle a passé, et grâce à l’invitation du directeur artistique de la SMCQ, Walter Boudreau, c’est au tour de Jean Marchand, pianiste et professeur à l’Université McGill, de rendre à son tour hommage à cette œuvre magistrale. 

Brigitte Poulin, qui complète le duo, se démarque par sa prodigieuse versatilité. Elle peut jouer n’importe quel répertoire et est aussi à l’aise en présence des maîtres d’hier que des explorateurs d’aujourd’hui. L’interprète nous présente ainsi le dialogue entre les deux pianos dans l’œuvre de Messiaen : « En 1943, à l’époque de la composition et de la création des Visions de l’Amen, le destin d’Olivier Messiaen se dessinait avec une incroyable clarté : il revenait à Paris après un séjour dans un camp de concentration en Silésie où il avait composé et créé son Quatuor pour la fin du temps. Son retour correspondait à ses débuts comme professeur d’analyse au Conservatoire national supérieur de Paris, et à la rencontre de sa jeune élève et déjà une pianiste remarquable, Yvonne Loriod, qui est devenue sa muse et sa compagne. Il y a sûrement un lien logique et émotionnel qui explique les rôles attribués à chaque partie de piano. La partie de piano 2, que Messiaen a écrite pour lui-même, exprime les états d’âme, alors que la partie de piano 1 dédiée à Yvonne, exprime le rythme, le chant des oiseaux, la joie de vivre. » 

Advertisement / Publicité

Le concert sera complété par deux œuvres récentes, Andante sostenuto de Denis Gougeon dédié à et créé par Brigitte Poulin et Jean Marchand, ainsi qu’un extrait de la Sonate pour piano no 3, « Jésus, l’enfant du soleil » de Bechara El-Khoury, qui se veut ici un hommage aux victimes de l’explosion à Beyrouth. C’est donc une invitation virtuelle à profiter de ce moment atemporel, empli de méditation, porteur de sens et tourné vers l’avenir. Je laisserai les deux interprètes conclure en vous invitant à ce concert qui promet d’être magnétique !

« C’est à l’âme de chacune et chacun des auditeurs que nous souhaitons nous adresser durant ce concert, à l’âme et à son incarnation : le cœur. » — Jean Marchand

« Nous invitons nos auditeurs à sauter hors du Temps, à trouver un moment de paix intérieure, et aussi à se réjouir de la chance merveilleuse d’être en vie. » — Brigitte Poulin

En webdiffusion le dimanche 25 octobre, 15 h sur https://youtu.be/L7PfAW-ngeI

Partager:

A propos de l'auteur

Benjamin Goron est écrivain, musicologue et critique musical. Titulaire d’un baccalauréat en littérature et d’une maîtrise en musicologie de l’Université Paris-Sorbonne, il a collaboré à plusieurs périodiques et radios en tant que chercheur et critique musical (L’Éducation musicale, Camuz, Radio Ville-Marie, SortiesJazzNights, L'Opéra). Depuis août 2018, il est rédacteur adjoint de La Scena Musicale. Pianiste et trompettiste de formation, il allie musique et littérature dans une double mission de créateur et de passeur de mémoire.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.