Magali Simard-Galdès – Vainqueure du Récital-concours du Festival Classica 2018

0

Lauréate en 2017 du deuxième prix au récital-concours de mélodies françaises du Festival Classica, la soprano Magali Simard-Galdès a remporté cette année le grand prix en interprétant des mélodies de Cécile Chaminade, accompagnée par Michel-Alexandre Broekaert qui obtient le prix du pianiste. Une fierté pour la native de Rimouski, défenseure de Chaminade, qui a convaincu le jury en devançant des œuvres de Debussy, Ravel, Fauré et Poulenc. Cécile Chaminade (1857-1944) était une pianiste concertiste et compositrice très appréciée en son temps et elle a laissé une production musicale importante. Magali apprécie la poésie simple et limpide chez Chaminade, qui n’est jamais un frein à la compréhension et laisse les lignes musicales s’exprimer pleinement.

Le parcours de la jeune soprano est partagé entre le concert, le récital et l’opéra. En 2016-2017, gagnante du prix Maureen-Forrester, elle réalise une tournée pancanadienne avec Jeunesses musicales Canada, véritable « marathon vocal » où elle met en valeur la musique de Clara Schumann, Fanny Mendelssohn, Ana Sokolović ou Cécile Chaminade, accompagnée par les pianistes Olivier Hébert-Bouchard et Karine Bétournay. L’année passée a été ponctuée de nombreux voyages en Europe, à l’Opéra Grand Avignon et à l’Atelier lyrique de Tourcoing, ainsi qu’aux États-Unis, où elle a joué Roxane dans Cyrano de Bergerac et Gilda dans Rigoletto avec l’Opera Carolina.

« Dans la mélodie, l’écriture est plus proche du texte, on trouve moins de mélismes. Ce qui est fascinant dans le récital, ce sont les nombreuses teintes que l’on peut mettre dans la voix pour colorer le texte ». Citant Elly Ameling comme sa récitaliste de référence, Magali considère la mélodie comme de la musique de chambre. « Le pianiste n’est jamais un accompagnateur, il s’agit plutôt d’un duo où l’on cherche à marier les couleurs et la prosodie. » L’expérience avec le public est également plus intime. En tant qu’interprète, Magali cherche à s’effacer pour laisser le public ressentir et vivre chacune des petites histoires qui façonnent un concert.

Ces derniers temps, Magali ne quitte pas la partition de Werther de Massenet. Elle profite de chaque instant pour approfondir le rôle de Sophie qu’elle chantera du 20 au 27 octobre au Grand Théâtre de Québec. Un rôle qui redonne un peu de gaieté aux souffrances du jeune héros de Goethe. « Les recherches qu’on doit mener dans le répertoire d’opéra sont plus vastes. On doit connaître le contexte historique et comparer les œuvres originales, romans ou pièces de théâtre, avec le livret pour mieux comprendre la dynamique interne de l’opéra. » Magali enfilera en mai 2019 sa robe de gitane pour jouer Frasquita dans Carmen à l’Opéra de Montréal. On lui souhaite bien du plaisir pour la suite !

www.magalisimardgaldes.com

Partager:

A propos de l'auteur

Benjamin Goron est écrivain, musicologue et critique musical. Titulaire d’un baccalauréat en littérature et d’une maîtrise en musicologie de l’Université Paris-Sorbonne, il a collaboré à plusieurs périodiques et radios en tant que chercheur et critique musical (L’Éducation musicale, Camuz, Radio Ville-Marie). Pianiste et trompettiste de formation, il allie musique et littérature dans une double mission de créateur et de passeur de mémoire.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.