Canadiens a l’etranger

0
Alain trudel et le TSO

Photo : Maude Chauvin

Le chef Alain Trudel entamera sa première saison aux rênes du Toledo Symphony Orchestra dans l’Ohio. Pour son arrivée dans la « Cité de verre », le natif de Montréal rendra hommage aux 75 ans de cet orchestre en ouvrant la saison avec un programme analogue à celui de la saison 1943-44. L’orchestre réduit jouera pour l’occasion la musique de chambre de Ravel, Bloch, Mozart et Brahms, retournant ainsi à ses humbles racines puisque celui-ci est né d’un regroupement de 22 musiciens sous le nom des Amis de la musique. « Les 75 ans qui séparent ces deux concerts ont vu notre orchestre grandir à pas de géant, mais j’aime penser que nos racines – en termes d’amitié, de musique et de communauté – sont toujours les mêmes », dit Trudel. Il continuera d’assumer ses rôles au sein de l’Orchestre symphonique de Laval, de l’Orchestre symphonique d’Ottawa et de l’Orchestre du Centre national des Arts.

Nézet-Séguin face au Fantôme de l’Opéra

Photo : Hans van der Woerd

Infatigable explorateur des sons, Yannick Nézet-Séguin troque cette année l’orchestre de Rotterdam pour le Metropolitan Opera de New York. Il assumera dès septembre, deux ans avant la date prévue, le rôle de directeur musical de la légendaire institution. Familier de l’opéra, il a dirigé à l’Opéra de Montréal entre 2000 et 2004, au Festival de Salzbourg entre 2008 et 2011 et il a fait ses débuts au MET en 2009-2010 dans une production de Carmen qui fera certainement date. L’accession à ce poste de prestige est le début d’une palpitante aventure qui ne manquera pas de défis, le premier étant de retrouver une stabilité au sein d’un orchestre fragilisé par l’affaire James Levine, mais également un public qui tend à s’amoindrir. Pour autant, le Metropolitan Opera ne présentera pas moins de 26 opéras la saison prochaine. Par ailleurs, Nézet-Séguin poursuivra son travail avec l’Orchestre Métropolitain ainsi que l’Orchestre de Philadelphie.

L’OF en corée du sud

Photo : courtoisie de l’artiste

L’Orchestre de la Francophonie, dirigé par Jean-Philippe Tremblay, se rendra début septembre dans la ville sud-coréenne de Busan, à l’occasion du festival international de musique Busan Maru. Les jeunes musiciens ont connu un été chargé, qui s’est terminé le 5 août avec la Symphonie n°3 de Mahler à la Maison symphonique. Ayant pour mission de guider les jeunes musiciens vers les orchestres les plus prestigieux, l’Orchestre de la Francophonie foulera pour la première fois le sol coréen. Au programme, Mozart, Schumann et Beethoven côtoieront le compositeur québécois Simon Bertrand.

L’OSM en europe

Du 11 au 23 mars 2019, l’OSM et Kent Nagano s’envoleront pour une douzième tournée en Europe. Ils se produiront dans des salles prestigieuses à travers l’Europe de l’Ouest, la Philharmonie de Berlin et celle de Paris ou encore le Konzerthaus de Vienne. On pourra entendre le Concerto pour piano no 23 en la majeur de Mozart avec Rafal Blechacz, le Concerto pour piano no 5 « Égyptien » de Saint-Saëns avec Jean-Yves Thibaudet, les Wesendonck Lieder de Wagner avec la contralto Marie-Nicole Lemieux, entre autres. À noter qu’à l’amorce de sa pénultième saison à la tête de l’OSM, Kent Nagano conduira l‘orchestre du 9 au 19 septembre dans le Nord-du-Québec et au Nunavik, dans les communautés inuites et cries.

Ballet jazz de Montréal : France-Belgique

Photo : Thierry du Bois

Après une année chargée en termes de déplacements, Les Ballets Jazz de Montréal passeront le mois de décembre dans le nord de la France et en Belgique où ils présenteront leur spectacle Dance Me / musique de Leonard Cohen. Le spectacle hommage au poète et auteur-compositeur d’origine montréalaise résulte d’un travail conjoint des chorégraphes Annabelle Lopez Ochoa, Andonis Foniadakis et Ihsan Rustem. En 2018, les protégés de Louis Robitaille l’ont présenté en Finlande, aux États-Unis, dans le sud de la France et à travers le Canada. Cette fin d’année est également marquée par l’arrivée de l’ancien premier soliste des Grands Ballets Canadiens Jeremy Raia comme directeur des répétitions.

L’opéra autour du monde

Photo :
Pierre-Etienne Bergeron

La mezzo-soprano Michèle Losier sera en Écosse en septembre pour Songfest de Bernstein, puis jouera Giovanna Seymour dans Anna Bolena à Bordeaux, Ascagne dans Les Troyens à Paris et Judith dans Le Château de Barbe-Bleue à Montréal. Après un détour symphonique, Chausson puis Mozart sous les baguettes d’Alain Trudel et Bernard Labadie, retour à l’opéra avec Idoménée au Teatro alla Scala puis un récital à Bruxelles en juin, accompagnée par le pianiste Olivier Godin.

Calendrier également chargé pour Julie Boulianne, qui chantera cet automne à Berlin puis Utrecht avant de passer Noël au pays avec Bach et I Musici. Après un détour par l’Opéra national du Rhin du 8 février au 9 mars, elle terminera en Marguerite de Faust au Glyndenbourne Festival.

Photo : Yan-Bleney

Le baryton Étienne Dupuis nous gratifiera d’une année impressionnante en attaquant avec le rôle de Marcello dans La Bohème au Metropolitan Opera, puis de Belcor dans L’Élixir d’amour à l’Opéra de Paris. Après un Noël à Marseille avec La Traviata, il poursuivra au Deutsche Oper Berlin en Eugène Onéguine puis à l’Opéra de Paris en Don Giovanni.

La mezzo-soprano Marie-Nicole Lemieux partagera son année entre mélodie et opéra, du Chant de la terre de Mahler à Mrs. Quickly dans Falstaff au Metropolitan Opera, des Nuits d’été de Berlioz à Bordeaux à son fameux rôle de Geneviève dans Pelléas et Mélisande, de nouveau au MET.

Photo : S. Canetty-Clarke

Le baryton-basse Gérald Finley passera cette année par Londres, Hambourg, Munich en compagnie de Jonas Kaufmann pour un partenariat Iago-Otello, New York, et Toronto et Paris pour le rôle de Forester dans Das schlaue Füchslein de Janáček. Enfin, la soprano Karina Gauvin passera par Londres, Clermont-Ferrand, Saint-Louis dans le Missouri et Madrid où elle jouera Junon dans La Calisto de Francesco Cavalli au Teatro Real.

 

Partager:

A propos de l'auteur

Benjamin Goron est écrivain, musicologue et critique musical. Titulaire d’un baccalauréat en littérature et d’une maîtrise en musicologie de l’Université Paris-Sorbonne, il a collaboré à plusieurs périodiques et radios en tant que chercheur et critique musical (L’Éducation musicale, Camuz, Radio Ville-Marie). Pianiste et trompettiste de formation, il allie musique et littérature dans une double mission de créateur et de passeur de mémoire.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.