Le Vivier présente Résonance croisée

0
Advertisement / Publicité

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Alors que le milieu musical reprend ses activités à pleine vapeur, le diffuseur spécialisé en musiques nouvelles Le Vivier lance une vaste saison de concerts avec non moins de dix-huit représentations et soixante-cinq œuvres. Parmi ce vaste programme, l’organisme présente une nouvelle série d’événements intitulée Résonance croisée avec le soutien et la collaboration de l’European Union National Institutes pour la Culture (EUNIC).

Cette série, qui réunit des compositeurs et interprètes d’ici et d’Europe, se déroulera en trois temps : trois concerts en octobre, cinq concerts en avril et cinq masterclass en ligne auxquels participeront des étudiants de la Hochschule de Dresden, du Pôle supérieur de Boulogne Billancourt et du Vivier Interuniversitaire.

Advertisement / Publicité

Le premier concert de la série, Les espaces physiques, aura lieu le 7 octobre prochain. Présenté dans le Centre interdisciplinaire de recherche en musique, médias et technologie (CIRMMT), ce concert verra l’ensemble Sixtrum interpréter trois œuvres pour percussions augmentées du brillant compositeur et mathématicien italien Carmine Emanuele Cella.

Une expérience immersive

Constitué d’un triptyque d’œuvres composées entre 2017 et 2021, le programme de la soirée est le fruit d’un ambitieux projet de recherche et création commandé conjointement par l’IRCAM et les Percussions de Strasbourg en 2016 et visant à redéfinir le paradigme d’écoute et d’interaction entre les dispositifs électroniques et les instruments. Si ces derniers prennent traditionnellement la forme d’une chaîne reliant les musiciens et les enceintes diffusant le son, Cella réunit les deux en intégrant l’électronique à même les instruments et en les disposant autour du public. Au moyen d’un ingénieux système de capteurs et de transducteurs gérés par des algorithmes, le compositeur crée un nouvel instrument, le Xulon, permettant de modifier le son et l’interaction avec l’interprète. Cette globalisation des instruments décuple le sentiment d’immersion et l’immédiateté du rapport avec l’auditoire, ce dernier étant placé au cœur de l’instrumentarium.

Inside-out

Au-delà des nouveaux horizons sonores qu’amène le Xulon, ce sont véritablement les gestes du musicien et la technique instrumentale qui s’en trouvent bouleversés, au point où Cella mentionne le besoin de réinventer la praxis. Ce nouvel instrument dont il faut apprendre les codes et les possibilités modifie également le processus d’écriture que Cella qualifiera d’éminemment collectif.

Avec Inside-out (2017), première pièce à être présentée au concert du 7 octobre, Cella collabore étroitement avec les interprètes, ces derniers participant tant à la phase d’apprivoisement du Xulon qu’au processus de composition en proposant de nouvelles approches de jeu. Le résultat est saisissant : les percussions produisent tantôt de sombres textures éthérées, tantôt de puissantes déflagrations. La seconde pièce au programme, Kore (2019), pousse encore davantage les possibilités du Xulon alors que le triptyque imaginé par le compositeur s’achèvera sur une création ­mettant en scène un duo, contrastant ainsi avec l’envergure de l’installation générale.

L’ensemble Sixtrum présentera Les espaces physiques, jeudi le 7 octobre 2021. www.levivier.ca

This page is also available in / Cette page est également disponible en: English (Anglais)

Partager:

A propos de l'auteur

Arnaud G. Veydarier est actuellement étudiant en musicologie à l’Université de Montréal et nourrit un intérêt prononcé pour le jazz, la musique contemporaine et les liens entre musique et développement urbain. Il est pigiste pour La Scena Musicale depuis septembre 2017.

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.