Critique – Georgy L’vovich Catoire: Complete Works for Violin & Piano (Naxos)

0

catoire-works-for-violin-and-pianoAyant vécu dans l’entourage de Tchaïkovski et encouragé par celui-ci, Catoire a longtemps été éclipsé par les grands compositeurs russes de son époque. Pourtant, ces pièces pour violon et piano sont de haute qualité, tout en largesse d’écriture, passionnées et profondes. Elles annoncent à la fois Rachmaninov et Debussy.

Catoire, d’ascendance française, rejoint en effet, par plusieurs traits, l’œuvre de Debussy. Il faut souligner ici les « jeux d’eau » du pianiste montréalais (faculté de McGill tout comme Kayaleh), excellent dans ses phrasés coulants et éloquents. Son piano est sans reproche, en grandeur d’âme, et nous interpelle par le romantisme exacerbé de cette musique.

Malheureusement, le violon semble parfois impersonnel, détaché du drame que pourtant souligne la partition. Une oreille sensible décèle péniblement quelques fautes de justesse. La prise de son n’aide en rien l’artiste, l’exposant de très près dans ses moindres imperfections. Par contre, elle se reprend de belle façon grâce à la prestance sonore de son Guarneri dans les parties plus introspectives (Élégie op. 26). Il faut entendre le duo Breuninger-Zassimova (CPO 2009) pour comprendre et apprécier totalement la dramaturgie de Catoire, véritable romantique que l’on redécouvre aujourd’hui.

60%
60%
  • 3
  • User Ratings (0 Votes)
    0
Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse