Joshua Morris

0

Joshua Morris

Concours du Violon d’or de McGill 2017

Par Olivier Gentil

Natif de Saint Albans, au Vermont, le violoncelliste Joshua Morris fait actuellement sa maîtrise à l’Université McGill sous l’aile de Brian Manker, après avoir obtenu son baccalauréat dans la même institution. À l’occasion du Concours du Violon d’or de McGill, édition 2016-17, il a brillamment interprété la pièce Kaddish, tirée de l’œuvre Deux mélodies hébraïques de Maurice Ravel, puis l’une de ses propres compositions ainsi qu’une suite pour violoncelle solo et la Sonate pour violoncelle et piano en do majeur de Prokofiev. Il a alors obtenu le 1er prix du concours. « Ça a été tout un honneur d’être nommé vainqueur ! Ce fut une merveilleuse expérience, raconte-t-il. Juste avant le concours, j’étais vraiment nerveux, puis après coup, j’ai été vraiment heureux du résultat ! »

L’année dernière, il s’était fait remarquer en remportant le prix Peter Mendell octroyé par la Fondation Jeunesses Musicales Canada, honneur accordé à l’étudiant musicien jugé le plus talentueux au sein d’une université québécoise.

« J’ai commencé à apprendre le piano à l’âge de 8 ans, raconte Morris. J’ai continué cet instrument, mais rapidement, lorsque j’ai touché au violoncelle l’année suivante, j’ai su que je voulais en faire une carrière ! » Au moment de faire le saut vers les études universitaires, c’est à Montréal qu’il décide de s’installer, ville qu’il apprécie particulièrement pour son énergie et son caractère particulier. « J’aimerais rester au Canada pour le moment. Originellement, je suis Américain, mais j’aime vraiment Montréal, affirme-t-il. Je suis souvent venu dans cette ville lorsque j’étais enfant et j’ai vraiment aimé vivre ici ces deux dernières années. »

Si son succès témoigne d’un travail acharné et rigoureux, il avoue sans gêne que celui-ci n’aurait pas été possible sans l’aide et le dévouement de ses professeurs et tout le soutien que lui apporte l’organisation académique. « Tout cela ne serait pas arrivé ces dernières années sans mon professeur privé Brian Maker et André Roy, mon professeur de musique de chambre, confie-t-il. Je les remercie sincèrement ! »

On ressent, lorsque l’on discute avec Joshua, son amour pour la musique et une grande ouverture sur le monde. Comme à tous les participants de cette rubrique, je lui ai demandé quel serait le meilleur conseil qu’il pouvait donner à la relève artistique. Voici sa réponse : « Certainement, travaille très fort, mais garde toujours du temps pour les autres choses importantes de la vie, parce que c’est ce qui fera vivre ta musique ! Il faut faire l’expérience de la vie pour comprendre la musique qu’on interprète. Et fais-le seulement si tu aimes vraiment cela ! »

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse