Le Festival des 1001 émotions ! 37e édition du Festival International de Jazz de Montréal

0

Montréal, le samedi 9 juillet 2016 – Que de plaisir pour cette 37e édition duFestival International de Jazz de Montréal, présentée par TD en collaboration avec Rio Tinto ! Onze jours durant, du 29 juin au 9 juillet 2016, le jazz s’est présenté sous toutes ses formes et sous toutes ses coutures… suscitant autant d’effervescence que de calme, se montrant tantôt troublant, sauvage, déstabilisant, déchaîné, inspirant, impressionnant ! Autour d’une programmation aussi riche qu’éclectique, les plus jeunes comme les plus âgés, les Montréalais comme les touristes, les amateurs de jazz comme d’électro, de blues ou de hip-hop, ont pu passer du rire aux larmes à travers toute la gamme des émotions.

Parmi les grands moments de cette édition extraordinaire, on retiendra :

L’énergie positive et contagieuse de la resplendissante Sharon Jones débordant de charisme avec ses Dap-Kings dans un concert d’ouverture mémorable.

Les adieux inoubliables de Guy Nadon et d’Oliver Jones, qui sont des piliers de l’âme du Festival et des artistes généreux qui ont contribué à bâtir avec nous 37 ans d’histoire musicale commune.

Les plus beaux sourires du Festival : pas de doute, c’était au nouveau Parc musical Rio Tinto où les mélomanes en herbe s’en sont donné à cœur joie !

Le bonheur à son paroxysme ? Le fabuleux Jamie Cullum avec son répertoire de jazzman et son attitude de rock star, sur la place des Festivals. Magique ! Une magnifique photo de famille pour immortaliser la joie partagée du public !

 

Les moments de surprise ont été au rendez-vous sur la nouvelle Place Heineken, où le piano public a attiré plus d’un pianiste amateur, ou confirmé. Des exemples ? Oliver JonesFlorence K et The Franklin Electric se sont prêtés au jeu ! De plus, les membres de The Brooks se sont également fondus dans la foule pour une prestation surprise.

Au rang des voyages musicaux les plus époustouflants, l’Escale Turkish Airlines a agi comme véritable carrefour de découvertes avec le concert de Baba Zula, troublant de psychédélisme, ainsi que la prestation des groupe de danse folklorique Hoy-Tur qui a explosé le web avec plus de 115 000 vues sur Facebook.sont également fondus dans la foule pour une prestation surprise.

Parmi les véritables coups de cœur, Avishai Cohen et Christian Scott se sont distingués aussi bien pour leur talent à l’état brut que pour leur audace musicale exploratoire. Le public a également vibré pour le marathon de sessions de Jordan Officer, le roi de cette édition du Festival, fidèle au poste avec ses invités très spéciaux tous les soirs à la magnifique Place Heineken, Guy Bélanger qui s’est produit en mode acoustique et électrique le même soir à L’Astral, Joe Jackson à la Place des Arts ainsi que Champion qui offrait son grand retour au Festival avant de réserver au public de MONTRÉAL EN LUMIÈRE 2017 une supplémentaire de son spectacle !

Le taux d’adrénaline à son comble ? Les nuits endiablées au Savoy et les partys mémorables lancés par Danny Brown, Trombone Shorty déchaîné comme jamais, les légendes du funk Kool & the Gang ou alors les intrépides Lucky Chops !

On a plongé dans l’envoutement le plus total avec une sirène à suivre les yeux fermés : Ala.ni, découverte l’an dernier, qui a confirmé l’essai cette année et charmé son public haut la main. On a connu l’extase dans la douce intimité de la série Piano solo, avec les brillants pianistes Jean-Michel Blais et Alexandra Stréliski.

Et on a été tour à tour hypnotisé par le groupe Dunes, dont la musique captivante résonne aux confins du Sahara et du Sahel, troublé par le rock alternatif rebelle de Mashrou’ Leila, et séduit par l’indie électro sexy de Men I Trust.

Le moment le plus grandiose ? Le concert de Rufus Wainwright avec son répertoire revisité en mode orchestral, transcendant et magnifique. Citons également la majestueuse Emilie-Claire Barlow en mode symphonique, ainsi que la toujours fascinante Melody Gardot. Et le moment le plus émouvant : celui de Renaud Garcia Fons et Dorantes, un duo piano-contrebasse à en donner la chair de poule, auquel s’ajoute le 50e anniversaire de l’album Pet Sounds orchestré par le grand Brian Wilson. On a vécu l’enchantement devant Archer, organique et authentique, Tord Gustavsen et ses invités Jarle Vespestad et Simin Tander à la voix renversante, ainsi qu’Edmar Castaneda, harpiste à la virtuosité acrobatique.

Du côté des découvertes les plus folles, on citera le trio new-yorkais Moon Hooch et son jazz déjanté, l’ultra rassembleur Cory Henry, ainsi que Krar Collective, groupe explosif venu d’Éthiopie.

Les plus impressionnants ? Les grands concerts exaltants de Bears of Legend et de Busty and the Bass sur la place des Festivals !

Et parmi les artistes à surveiller dont on attend le retour avec impatience, on citera The Comet Is Coming, Shyre, Malika Tirolien, ainsi que Samito avec sa musique du monde allumée, Lisa Simone et Jalen N’Gonda avec sa soul chaleureuse.

Le plus déchirant dans tout ça ? D’avoir dû choisir entre plus de 800 concerts en à peine 11 jours !

Pour finir, ajoutons que notre plus grande fierté, c’est d’avoir vu le plaisir palpable des festivaliers et d’avoir vécu le succès d’une si belle édition. Et malgré la tristesse de voir le Festival achevé, nous avons la consolation de savoir qu’une nouvelle édition nous attend l’an prochain, d’autant plus qu’elle fera partie des festivités du 375e anniversaire de Montréal et du 150e anniversaire du Canada prévues en 2017 !

Merci et à l’année prochaine !

38e édition du Festival : du 29 juin au 8 juillet 2017

LE FESTIVAL EN CHIFFRES

2 millions de visiteurs

37 concerts à guichets fermés : Wynton Marsalis, Karen Young et Coral Egan, Lorraine Desmarais, Dawn Tyler Watson, Susie Arioli, Christian Scott, Kenny Barron, Jean-Michel Blais, Alexandra Stréliski, Royal Wood, John Jacob Magistery, Shyre, Ghostly Kisses, Chick Corea, Oliver Jones, Melody Gardot, Kool & the Gang, Ms. Lauryn Hill, Taj Mahal, Stacey Kent, Joe Jackson, Florence K, Joey Alexander, Avishai Cohen, Cyrille Aimée, Taylor McFerrin, Champion et ses G-Strings, James Carter et Cory Henry

2019 musiciens et 595 membres d’équipe

606 représentations

130 artistes d’animation en continu

21 scènes

› Des artistes de 30 pays

10 prix décernés à Brian Wilson, Lila Downs, Kenny Barron, Karen Young, Taj Mahal, Jim West, Gregory Porter, Brad Cheeseman Group, Tara Kannangara et Guy Nadon

9 conférences de presse

› Plus de 350 journalistes accrédités

120 médias étrangers accrédités de 12 pays

2268 articles de presse

› Un site d’une superficie de 760 000 pi2/70 060 m2

1632 lampes installées

› Plus de 60 000 litres de bière

› Plus de 2500 kilos de frites

› Plus de 20 000 articles promotionnels vendus

977 employés temporaires embauchés, dont 832 pour le site extérieur

› Plus de 300 000 visiteurs sur le site Internet

› L’application mobile utilisée par plus de 14 000 festivaliers

› Plus de 2 200 000 pages consultées

116 000 mentions J’aime sur Facebook

26,8 millions d’impressions sur Facebook et Twitter

Plus de 100 capsules vidéo consultées  344 000 fois sur montrealjazzfest.tv, Facebook et YouTube

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse