Calendrier théâtre: Un festin de choix cet hiver

0

Novice en théâtre ? Le dossier que La Scena présente vous donne envie de tenter l’aventure ? Voici quelques suggestions qui devraient encourager le néophyte aussi bien que le connaisseur. Avis aux amateurs : le théâtre se pratique seul, en groupe ou en famille – et sans modération !

Décembre

Sorties du temps des fêtes obligent, commençons par les spectacles ou l’on va en famille. Le théâtre Advienne que pourra de l’inventif et talentueux Frédéric Bélanger s’inspire de l’œuvre de Paul Feval et des combats de cape et d’épée pour proposer Les aventures de Lagardère a la salle Fred-Barry (du 5 au 20 décembre, www.denise-pelletier.qc.ca). Le théâtre jeunesse les gros becs offre au théâtre Outremont sa lecture d’une des plus belles histoires jamais écrites, Mon petit prince d’après Antoine de Saint-Exupéry. Un texte d’Anne-Marie Olivier et Marie-Josée Bastien, inspire de l’œuvre de Saint-Exupéry (10 décembre). Les petits orteils, le texte de Louis-Dominique Lavigne mis en scène par Lise Gionet, est un immense succès qui revient chaque année pour devenir la première expérience théâtrale de bien des enfants. Pour les 18 mois a 4 ans, au théâtre Outremont (du 20 décembre au 6 janvier, www.theatreoutremont.ca).

Décembre, c’est aussi le temps de la Foirée montréalaise, un clin d’œil à la célèbre émission télévisuelle Soirée canadienne qui, au lieu de se promener de village en village, se promène d’arrondissement en arrondissement. Cette année, on se rend à Montréal-Nord ! Avec Martine Francke, Émilie Gilbert, Ahmad Hamdan, Philippe Racine, Michael Richard, Audrée Southière, Ines Talbi et Richardson Zéphir. Dans une mise en scène de Martin Desgagné, à la Grande Licorne (du 5 au 22 décembre, www.theatrelalicorne.com). Est-ce du théâtre ou de la musique ? Avec Cette chose qui cognait au creux de sa poitrine sans vouloir s’arrêter, l’auteur-compositeur-interprète gagnant d’un prix de la chanson SOCAN (2015) Antoine Corriveau et la dramaturge et metteure en scène Alexia Bürger nous entraînent sur les lieux d’un accident d’avion, dans un spectacle-concert nouveau genre. À l’Usine C (le 7 décembre, www.usine-c.com). Connaissez-vous l’événement Vendre ou rénover : combat théâtral autour des classiques de la dramaturgie qui revient pour la troisième année ? Ces affrontements sympathiques interrogent la tendance du théâtre québécois à créer les textes et à ne plus jamais les remonter. À voir au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (les 13 et 14 décembre, www.theatredaujourdhui.qc.ca). Avec Straight Jacket Winter, la directrice artistique du Théâtre La Seizième Esther Duquette et le comédien et auteur Gilles Poulin-Denis livrent l’autofiction librement inspirée du roman L’hiver de force de Réjean Ducharme. Créée en 2016 au Carrefour international de théâtre, la pièce est depuis présentée en tournée et sera offerte à la Petite Licorne (du 11 au 15 décembre, www.theatrelalicorne.com).

Un des gros morceaux de la saison est certainement la toute nouvelle pièce de Michel Tremblay, Enfant insignifiant ! adaptée de son plus récent roman Conversations avec un enfant curieux. Au théâtre Jean-Duceppe (du 13 décembre 2017 au 3 février, www.duceppe.com). Et comme ce n’est pas parce que c’est Noël qu’on arrête de réfléchir, Annabel Soutar revient avec une présentation adaptée à La Petite Licorne de la pièce documentaire à succès Fredy, qui montre l’enquête rigoureuse qu’elle a menée sur les circonstances de la mort de Fredy Villanueva, tué dans un parc, lors d’une arrestation qui a dégénéré. Dans mise en scène de Marc Beaupré (du 18 au 22 décembre, www.theatrelalicorne.com).

Janvier

Pourquoi ne pas commencer l’année avec une sortie familiale et voir La forêt des possibles, un texte d’Andréanne Joubert mis en scène par l’hyper populaire Simon Boulerice ? Pour les 8 à 12 ans, à la Maison Théâtre (du 11 au 13 janvier, www.maisontheatre.com). Temporalités fragmentées, surréalisme et humour, le nouveau texte de la talentueuse auteure Sarah Berthiaume, Nyotaimori, confronte liberté et aliénation dans le travail. Avec Christine Beaulieu, Macha Limonchik, Philippe Racine. Très attendu. Au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (du 16 janvier au 3 février, www.theatredaujourdhui.qc.ca). Les Productions Menuentakuan se sont donné comme mandat de dire les vraies choses dans le plaisir et la bonne humeur. Avec Là où le sang se mêle, Charles Bender pénètre dans les souvenirs des pensionnats de ceux qui y ont passé leur jeunesse. À Fred-Barry (du 16 janvier au 3 février, www.denise-pelletier.qc.ca). Vous aimez les histoires de tapis volants ? Warda, le texte de Sébastien Harrisson mis en scène Michael Delaunoy en est un cousin moderne. À l’affiche du Prospero (du 16 janvier au 3 février, www.theatreprospero.com). Avec Benoît Brière et André Robitaille, le classique des classiques de Molière, Les fourberies de Scapin, s’annonce des plus ébouriffants. Au TNM (du 16 janvier au 10 février, www.tnm.qc.ca). La meute marque le retour à la plume de la talentueuse Catherine-Anne Toupin, qui pose une question brûlante : et s’il ne restait que la violence pour répondre à la violence ? Dans une mise en scène de Marc Beaupré, à La Licorne (du 16 janvier au 17 février, www.theatrelalicorne.com). Vous tripez multidisciplinaire ? Voyage(s) est pour vous : danse, architecture, musique, lumière se croisent autour des figures d’Ulysse, Don Quichotte et Peer Gynt. Avec Sylvio Arriola, Marc Béland, Stefan Verna, à la Chapelle (du 22 janvier au 3 février, www.lachapelle.org). À vos agendas, la trop rare Alexandrine Agostini propose Quand tu veux du sucre à’crème… (tu t’en fais). Avec Philippe Noireaut comme partenaire au piano, à La Licorne (du 23 et 27 janvier, www.theatrelalicorne.com). Le brasier, un texte de David Paquet, récipiendaire du prix du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, est de retour avec ses traumatisés de la vie. À voir dans l’excellente mise en scène de Philippe Cyr (du 23 janvier au 3 février, www.theatredaujourdhui.qc.ca).

Avec Notre bibliothèque – À vos livres ! le toujours pertinent Christian Lapointe vous convie à un happening de lecture à vue, avec 24 lecteurs invités et des musiciens. À noter : il est impératif d’apporter un livre pour entrer ! Au Quat’Sous (24, 25, 26 janvier, www.quatsous.com). La compagnie Joe Jack et John de la metteuse en scène Catherine Bourgeois – qui fait partie des compagnies dotées par Brigitte Haentjens – revient avec Dis merci, une réflexion inclusive sur l’ouverture à l’autre, les attentes sociales et les luttes de pouvoir. À l’Espace Libre (du 26 janvier au 10 février, www.espacelibre.qc.ca). La distribution de L’homme éléphant, le texte de Bernard Pomerance mis en scène par Jean Leclerc, est prometteuse : Benoît McGinnis, Annick Bergeron, David Boutin, Sylvie Drapeau, Chantal Dumoulin, Germain Houde, Roger La Rue, Hubert Proulx. Au Rideau-Vert (du 30 janvier au 3 mars, www.rideauvert.qc.ca). La romancière et auteure dramatique québécoise à succès Fanny Britt s’inspire librement de l’œuvre d’Emily Brontë et propose Hurlevents dans une mise en scène de Claude Poissant. Au Denise-Pelletier (du 31 janvier au 24 février, www.denise-pelletier.qc.ca).

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse