Joanie Lapalme : brigadière de l’Opéra

0

Prix Relève Arts-Affaires 2016

Passionnée de musique classique depuis l’enfance et soucieuse d’assurer la pérennité de sa maison d’opéra, Joanie Lapalme a eu, avec Jean-François Séguin et Guillaume Marion, l’idée du comité des Jeunes associés de l’Opéra de Montréal après avoir appris que le Metropolitan Opera de New York avait une initiative semblable. Convaincus de ­l’importance d’avoir des groupes de jeunes philanthropes impliqués auprès du milieu culturel et constatant le manque de tels ­collectifs dans leur ville, les trois ont contacté l’Opéra de Montréal.

Joanie Lapalme

Joanie Lapalme

Peu après, ils déjeunaient avec Pierre Dufour, le directeur général de l’Opéra à l’époque, et offraient leur soutien à cette ­institution, qui s’est montrée « très ouverte » à l’idée, selon Joanie Lapalme.

« Le soutien financier qu’on peut apporter est important, mais il est quand même limité pour le moment, alors le but du comité des Jeunes associés était plutôt de rendre la jeune communauté d’affaires plus engagée auprès de sa maison d’opéra. Donc il y avait ce souci, chez nous trois et chez le groupe qu’on a créé de 12 ou 14 jeunes professionnels, tous impliqués dans la communauté montréalaise ­d’affaires. Le but premier n’était pas tant de remplir les salles que de créer une communauté de jeunes qui allaient être là pour soutenir l’Opéra dans le moyen et long terme. »

Leur premier événement-bénéfice à grand déploiement, « La Nuit à l’Opéra », commandité par la Banque Nationale, s’est tenu en février 2011. Joanie Lapalme et ses collègues voulaient organiser un événement qui pouvait à la fois collecter des fonds, ­rassembler une tranche démographique plus jeune et démystifier l’opéra pour cette dernière.

« Il y a beaucoup de gens qui voulaient être initiés à l’opéra, mais qui jugeaient qu’une ­soirée de quatre ou cinq heures, c’était trop pour commencer. La Nuit, essentiellement, c’est un gros party, mais dans lequel il y a de l’opéra. Ce n’est pas assis, c’est toujours déconstruit. La première fois, c’était un bal masqué au Musée des beaux-arts. La première partie de la soirée était plus relaxe: il y avait un quatuor qui jouait et à certains intervalles des gens masqués se mettaient à chanter des arias très connus. Alors les gens prenaient un verre de vin et, à côté d’eux il y avait des gens qui se mettaient à chanter. Ensuite, il y avait une transition: le quatuor commençait à jouer une chanson populaire et le DJ embarquait, et là c’était vraiment la fête. »

Le concept fut un tel succès que les ­organisateurs en sont présentement à leur cinquième édition et réussissent, année après année, à vendre près de cinq cents billets. Pour rester intéressante, la «formule» de la Nuit évolue à chaque année et, depuis 2013, ­l’événement se déroule sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts dans les décors de l’opéra en cours. Cette année, ce sera l’opéra Another Brick In The Wall, inspiré du célèbre album de Pink Floyd, qui sera à ­l’honneur.

Cependant, ce n’est pas que ce party qui a cimenté la réputation des Jeunes associés, mais également leurs événements « cocktail-opéra ».

« L’idée pour les cocktails-opéra était de créer une soirée pour chacun des quatre ou cinq opéras par saison. Le cocktail dînatoire commence à 18 h, puis le directeur des communications de l’Opéra de Montréal, Pierre Vachon, vient expliquer l’œuvre et ensuite il y a une visite des coulisses avec le directeur général. Donc, pour 80 $, les gens ont: un cocktail dînatoire, une place au parterre, une visite des coulisses et l’œuvre leur est ­expliquée. Avec cette explication du contexte politique, culturel et historique dans lequel l’œuvre a été créée, les gens la comprennent et donc l’apprécient davantage. Ça crée un ­sentiment d’appartenance. Il y a soixante places par cocktail-opéra et chaque fois, on est essentiellement ­complets ».

Alors que plusieurs membres du comité initial ont dû partir, ­souvent à cause d’engagements professionnels à l’étranger, ­l’implication de Joanie Lapalme a été constante. En plus d’avoir été la présidente du comité pendant trois ans (la présidente actuelle est Véronique Gaumond-Carignan), elle siège actuellement au conseil d’administration de l’Opéra de Montréal à titre de représentante des Jeunes associés.

Si son engouement persiste, c’est qu’elle croit fermement que tous devraient avoir la chance d’assister à un opéra, une forme d’art ­parfois perçue comme étant inaccessible «pour toutes sortes de raisons», mais qui est «incroyable par son intensité, sa complexité et son ­entièreté», soutient-elle.

« Quand j’appelle un ami et que je lui demande de faire un don à l’Opéra de Montréal, il va peut-être le faire parce qu’il me connaît ou parce qu’il m’en doit une ou qu’il veut me faire plaisir. Quand ensuite cette personne vient avec moi à l’opéra, rencontre les chanteurs, ­rencontre les musiciens, les gens de l’Opéra de Montréal… ce n’est plus moi qui demande une faveur, c’est tous ces gens-là qui lui ont fait vivre un beau moment. »

Un moment manifestement précieux pour les centaines de membres des Jeunes associés, dont une grande partie n’étaient jamais allés à l’opéra, mais qui y retournent maintenant régulièrement depuis six ans grâce aux efforts du comité.

Joanie Lapalme, qui est avocate en propriété intellectuelle au ­cabinet Fasken Martineau, a reçu en juin dernier le Prix Relève Arts-Affaires. Décerné par le Conseil des Arts de Montréal et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, ce prix souligne les réalisations d’un(e) jeune professionnel(le) ayant contribué à la préservation et à la dynamisation d’institutions artistiques montréalaises, tout en créant un pont entre le milieu des affaires et celui des arts.

Autres clubs de jeunes ambassadeurs :

» Le Cercle des Jeunes philanthropes du Musée des beaux-arts

» Le Club des Jeunes ambassadeurs de l’Orchestre symphonique de Montréal

» Les Jeunes gouverneurs des Grands Ballets Canadiens

» O2, le club de jeunes professionnels de l’Opéra de Québec

» Le Conseil du Jeune McCord

» Les Jeunes Premiers du Théâtre du Nouveau Monde

» Le Cercle des Printemps du Musée d’Art Contemporain

» La Brigade Arts-Affaires de Montréal

Joignez-vous aux Jeunes Ambassadeurs de La Scena Musicale

Le magazine no. 1 des Arts au Québec inaugure son Club des Jeunes Ambassadeurs et recherche ses deux co-présidents. Ceux-ci seront chargés de l’organisation et de la gestion du club, où de jeunes professionnels se réuniront périodiquement pour assister à des événements artistiques divers tels des concerts et des expositions. Ainsi, le Club des Jeunes Ambassadeurs contribuera au mandat de La Scena Musicale en valorisant et en rendant accessible la musique classique d’aujourd’hui.

Les co-présidents seront sans doute également en charge ­d’organiser leurs propres événements et levées de fonds. Ils (elles) devront donc être responsables, motivé(e)s et plein(e)s d’initiative. Faire partie du Club des Jeunes Ambassadeurs aura plusieurs avantages, entre autres: être toujours au courant d’évènements culturels à venir, avoir accès gratuit à de nombreux articles de qualité (puisque les membres recevront tous un abonnement au magazine), être éduqué(e) par rapport à la musique classique et aux scènes artistiques locale, nationale et internationale, et pouvoir rencontrer d’autres individus partageant les mêmes intérêts.

Si cette opportunité t’intéresse, contacte-nous à ­fundraising@lascena.org avec ton CV en pièce jointe.

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse