La cuvée des festivals jazz, été 2017

0

Avec ses quelque 20 partenaires, le réseau Jazz Festivals Canada permet aux artistes de chez nous et d’ailleurs de tourner à la grandeur du pays. Comme ces événements sont apprêtés à toutes les sauces, les amateurs en trouvent pour leur compte, tous styles confondus. Voici quelques pistes d’intérêt, triées au volet.

Donny McCaslin – Now Beyond

Donny McCaslin, Photo: Jimmy King

Donny McCaslin, Photo: Jimmy King

L’année dernière, Kamasi Washington était le saxophoniste inscrit à toutes les marquises des gros festivals de jazz. Cette année, l’élu est Donny McCaslin. Il va sans dire que sa présence dans    l’ultime album de David Bowie y est pour quelque chose, et son disque récent (voir ici) comprend deux morceaux de celui qui fut jadis connu sous le nom de Ziggy Stardust. Grand gagnant à la « loto tournée » canadienne cet été, le saxo fera escale dans huit métropoles du pays en quelque dix jours pour alors prendre d’assaut le circuit festivalier européen. Si vous aimez un jazz qui fait pop, groovy et électrifié à souhait, voilà de quoi vous faire remuer les pieds.

»Winnipeg, 21-6. Vancouver, 24-6. Victoria, 25-6. Saskatoon, 26-6. Edmonton, 27-6. Toronto, 28-6.   Ottawa, 29-6. Montréal, 30-6.

Kenny Barron 4 x 1 & 1 x 4

Héritier digne d’un Hank Jones ou d’un Tommy Flanagan, Kenny Barron est un véritable modèle du piano jazz dans son expression la plus noble. Débutant avec Dizzy Gillespie en 1963, il poursuit une carrière toujours active, toujours en bonne forme à 74 ans. Cet été, il se rend d’abord dans l’Ouest canadien pour jouer en solo, formule qu’il maîtrise à la perfection, avant de se produire à Toronto avec trois autres pianistes (Bill Charlap, Cyrus Chestnut et Gérald Clayton) dans 4 By Monk By 4, hommage présenté à l’occasion du centenaire de la naissance du grand Thelonious.

»Ottawa, 24-6. Vancouver, 25-6. Edmonton, 26-6. Saskatoon, 27-6. Toronto, 7-2.

BassDrumBone

Véritable planète au firmament du jazz, le trio de Mark Helias, Gerry Hemingway et Ray Anderson (jouant respectivement les instruments désignant le nom du groupe) continue de briller après quarante ans d’existence. Ces complices sillonneront le monde pour célébrer leur anniversaire, dont cinq arrêts au Canada au début de l’été. Avec une telle feuille de route, cet ensemble demeure l’un des plus beaux fleurons du jazz d’aujourd’hui. Preuve à l’appui, leur douzième enregistrement – voir critique ici.

»Ottawa, 29-6. Toronto, 30-6. Edmonton, 1-7. Vancouver, 2-7. Montréal (Café Résonance), 5-7.

Canadiana

Ingrid & Christine Jensen – Infinitude

Elles ne sont pas que des sœurs, elles partagent aussi une âme musicale. Au fil des ans, elles ont croisé leurs fers à maintes reprises, leur dernière collaboration en date étant un quintette dans lequel elles accueillent l’un des vrais as de la  guitare moderne, Ben Monder. Avec un premier disque paru l’automne dernier (voir ici), cet ensemble sera sur la route pour une semaine intense à la fin juin. Leur musique, douée d’un lyrisme bien senti et d’une certaine audace dans les improvisations, saura combler les attentes de bien des amateurs de la note bleue, déclinée au temps présent.

»Edmonton, 25-6. Vancouver, 26-6. Victoria, 27-7. Saskatoon, 28-6. Toronto, 29-6. Montréal, 30-6.

John Hollenbeck

Bien qu’Américain, le batteur John Hollenbeck s’est installé à Montréal l’an dernier, où il enseigne à l’Université McGill. Il partira à la conquête du pays à son tour, d’abord avec sa petite formation le Claudia Quintet, puis comme accompagnateur de la saxophoniste d’origine canadienne, mais transfuge new-yorkaise Anna Webber, et finalement à titre de compositeur invité de deux plus grandes formations, Turning Point à Vancouver et l’Orchestre national de Jazz Montréal. Résolument contemporain dans sa vision musicale, Hollenbeck est un précieux atout pour notre scène nationale.

»Vancouver, 23-6 (avec le Simple Trio d’Anna Webber) et 28-6 (avec l’ensemble Turning Point). Avec le Claudia Quintet : Vancouver, 27-6, Edmonton, 30-6 et Toronto, 1-7. Avec l’ONJ : Montréal, 7-7.

Kaze

La pianiste nippone Satoko Fujii compte parmi les membres les plus actifs assignés au créneau des musiques dites d’avant-garde. Non seulement tourne-t-elle sans relâche aux quatre coins du globe (le plus souvent avec son mari trompettiste Natsuki Tamura), mais sa production discographique est  l’une des plus abondantes et variées, du solo absolu au big band. Elle revient au pays avec son quatuor Kaze, présenté quelques années auparavant chez nous, formation complétée par une seconde trompette (Christian Pruvost) et un batteur (Peter Orrins). Entre thématiques jazzées et abstractions sonores improvisées, ce groupe ne manque jamais de captiver l’attention des oreilles averties.

»Hamilton, 18-6 (Something Else Festival). Montréal, 20-6 (Suoni per il Popolo). Vancouver, 28-6.

Perch, Hen, Brock & Rain

Cet ensemble au nom singulier, dérivé de ceux de ses membres, réunit deux couples : un premier résidant à Amsterdam – Ig Henneman, violon alto, Ab Baars, anches – et un second établi à New York – Tom Rainey (btr.) et Ingrid Laubrock (saxophoniste d’origine allemande). Vu leur grande expérience de jeu dans ce genre de contexte musical, ils réussissent toujours à bien tirer leur épingle du jeu. Leur premier disque (voir ici) démontre à quel point ils sont capables de jouer sans filet de sécurité sans jamais perdre pied.

»Hamilton, 16-6 (Something Else Festival). Toronto, 20-6 (Array Music). Montréal, 21-6 (Suoni). Ottawa, 23-6. Vancouver, 26-6. Gabrio Island (C.-B.), 27-6. Roberts Creek (C.-B.), 28-6.

Haram

Amateurs de musique du monde, ce grand ensemble de dix musiciens dirigé par le guitariste vancouvérois Gordon Grdina vous plongera dans les sonorités enivrantes du Moyen-Orient. Outre des instruments traditionnels de ces cultures (dont l’oud joué par son chef), on compte aussi une trompette, une clarinette, un saxophone et une section rythmique jazz. Tous les ingrédients y sont pour une prestation assez enlevée merci. (Présenté à Montréal en tandem avec Kaze.)

»Montréal (Suoni), 20-6. Toronto, 23-6. Ottawa, 24-6. Vancouver, 30-6 (Gordon Grdina septet) et 2-7 (Haram + invité, le saxophoniste suédois Fredrik Ljungkvist).

Pour plus d’information sur ces événements (lieux, heures, etc.), consultez le site du réseau national des festivals de jazz canadiens : www.jazzfestivalscanada.com

Partager:

A propos de l'auteur

Marc Chénard is a Montreal-based multilingual music journalist specialized in jazz and improvised music. In a career now spanning some 30 years, he has published a wide array of articles and essays, mainly in Canada, some in the United States and several in Europe (France, Belgium, Germany and Austria). He has travelled extensively to cover major festivals in cities as varied as Vancouver and Chicago, Paris and Berlin, Vienna and Copenhagen. He has been the jazz editor and a special features writer for La Scena Musicale since 2002; currently, he also contributes to Point of Departure, an American online journal devoted to creative musics. / / Marc Chénard est un journaliste multilingue de métier de Montréal spécialisé en jazz et en musiques improvisées. En plus de 30 ans de carrière, ses reportages, critiques et essais ont été publiés principalement au Canada, parfois aux États-Unis mais également dans plusieurs pays européens (France, Belgique, Allemagne, Autriche). De plus, il a été invité à couvrir plusieurs festivals étrangers de renom, tant en Amérique (Vancouver, Chicago) que Outre-Atlantique (Paris, Berlin, Vienne et Copenhangue). Depuis 2012, il agit comme rédacteur atitré de la section jazz de La Scena Musicale; en 2013, il entame une collabortion auprès de la publication américaine Point of Departure, celle-ci dédiée aux musiques créatives de notre temps.

Laissez une réponse