Nouvelles de l’Industrie

0

Prix et titres honorifiques

La Concert Artists Guild de New York (CAG) a annoncé le mois dernier les gagnants de la 67e édition du Concours Victor Elmaleh. L’Argus String Quartet a terminé au premier rang, ex aequo avec le pianiste Dominic Cheli, la violoniste Yoo Jin Jang obtenant la seconde place. Outre la signature d’un contrat de ­gestion artistique de deux ans, ces lauréats auront la chance de se produire au Carnegie Hall durant la saison de concerts CAG Presents 2018-2019. Le quatuor, de son côté, sera en résidence cet automne à l’école de musique Juilliard. M. Cheli poursuit en ce moment des études à Los Angeles au ­conservatoire Colburn.

Emily Dangelo photo D Denino

La mezzo canadienne Emily d’Angelo s’est classée seconde au concours vocal Neue Stimmen à Gütersloh en Allemagne.

La Bulgare de 24 ans Svettlina Stojanova a ­remporté le premier prix dans la catégorie des voix féminines et la basse Choo Chan Hee de la Corée du Sud a été couronné chez les hommes.

Des prix de 15  000 €, 10 000 € et 5000 € sont accordés aux trois meilleurs chanteurs dans les deux catégories. Doté par la fondation Bertelsmann, l’événement, qui se veut parmi les plus prestigieux en matière de promotion du chant d’opéra, en était à sa ­trentième édition.

Alcée Chriss

L’Américain Alcée Chriss a obtenu deux prix au Con­cours international d’orgue du Canada tenu à Mont­­réal le mois dernier. Outre un premier prix ­d’interprétation, ce jeune talent de 25 ans natif de Dallas a décroché le prix Bach Gérald-Cou­lombe, récompense lui permettant de se produire au prochain Festival Bach à Montréal au printemps 2018. Doctorant en musique à l’Université McGill, l’organiste a eu raison de cinq autres concurrents en ronde finale.

En plus de toucher des montants de 25 000 $ et 5000 $ respectivement, le lauréat bénéficiera d’une gestion artistique de trois ans et d’un soutien pour la réalisation et distribution d’un disque. Claveciniste également, ce musicien s’adonne aussi au piano jazz. Gagnant de deux concours américains auparavant, M. Chriss compte maintenant quitter l’arène compétitive.

Chick Corea

Chick Corea, pianiste de jazz contemporain emblématique, et Steve Gadd, batteur de toutes les occasions, viennent de recevoir des doctorats honorifiques de la Eastman School of Music à Rochester. Le 13 octobre dernier, ces deux musiciens, complices de longue date, se sont produits à la cérémonie de collation des grades. À 75 ans, le pianiste a plus d’un demi-siècle de carrière à son actif, son association avec Miles Davis et sa propre formation Return to Forever comptant parmi les hauts points. Musicien polyvalent naviguant entre l’électrique et l’acoustique, Corea a fait quelques incursions dans le classique, composant un concerto pour piano et un quatuor à cordes. Diplômé de cette célèbre école américaine, Gadd est un batteur rompu autant au jazz qu’à la pop, accompagnant, entre autres, Paul Simon, les Bee Gees, James Taylor… Le pianiste ne tarit pas d’éloges à l’égard de son cadet de quatre ans en affirmant qu’il est un musicien imaginatif qui swingue toujours et qui approche sa batterie d’une manière orchestrale et compositionnelle.

Demission et promotion

À peine sorti du tollé provoqué par l’affaire Weinstein à Hollywood, le monde du spectacle est ébranlé par un nouveau scandale de harcèlement sexuel, celui-ci éclatant dans notre propre cour montréalaise. Au cœur de la tempête, le président et fondateur du festival Juste pour rire, Gilbert Rozon, a perdu toute raison de s’amuser après les révélations de plusieurs femmes québécoises l’accusant d’inconduite à leur égard. Chacune d’elle a rapporté un incident survenu avec Rozon, ajoutant de l’eau au moulin de la campagne de dénonciations #moiaussi sur les réseaux sociaux. Éclaboussé, Rozon s’est retiré de la direction de son entreprise et s’est engagé à liquider toutes ses actions. Il a également quitté la présidence du comité des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, décision occasionnant un certain malaise dans le monde politique local, le maire Denis Coderre tout spécialement, qui comptait sur l’appui de l’entrepreneur maintenu déchu pour sa réélection le 5 novembre. Depuis l’annonce, la nouvelle a fait tache d’huile ailleurs, celle-ci étant reprise dans des médias américains et européens. Membre de longue date d’un jury d’une émission de découvertes de jeunes talents en France, Rozon a remis sa démission. Dans un communiqué, celui-ci a exprimé ses regrets tout en présentant ses excuses aux parties concernées. Pour ceux qui volent haut, la leçon est aussi dure que la chute qu’ils subissent.

À Toronto, le monde culturel peut se réjouir d’une bonne nouvelle. La Canadian Opera Company (COC) vient de renouveler le contrat de son directeur général, Alexandre Neef. Engagé en 2007, celui-ci a été reconduit dans ses fonctions jusqu’à la saison 2026-2027. Madame Coleen Sexsmith, présidente du comité administratif de l’organisme, justifie ce remarquable vote de confiance en saluant ­l’esprit visionnaire de M. Neef et son sens de leadership. Selon elle, il a contribué au rayonnement de la compagnie sur la scène internationale en attirant de grands noms qui ont fait leur début avec la COC. En plus d’avoir inscrit nombre d’œuvres majeures au répertoire, M. Neef a conclu des ententes importantes avec des partenaires clés dans l’industrie. Pour sa précédente saison, la COC encaisse un léger surplus de onze mille dollars sur un ­budget de plus de 43 millions. De ce montant total, quelque 13 millions de dollars ont été amassés par une campagne de collecte de fonds.

Errata

En raison d’une erreur de production du numéro d’octobre, Denis Robert n’était pas clairement identifié comme l’auteur de l’article sur Magda Olivero. Nous nous excusons.

Partager:

A propos de l'auteur

Marc Chénard is a Montreal-based multilingual music journalist specialized in jazz and improvised music. In a career now spanning some 30 years, he has published a wide array of articles and essays, mainly in Canada, some in the United States and several in Europe (France, Belgium, Germany and Austria). He has travelled extensively to cover major festivals in cities as varied as Vancouver and Chicago, Paris and Berlin, Vienna and Copenhagen. He has been the jazz editor and a special features writer for La Scena Musicale since 2002; currently, he also contributes to Point of Departure, an American online journal devoted to creative musics. / / Marc Chénard est un journaliste multilingue de métier de Montréal spécialisé en jazz et en musiques improvisées. En plus de 30 ans de carrière, ses reportages, critiques et essais ont été publiés principalement au Canada, parfois aux États-Unis mais également dans plusieurs pays européens (France, Belgique, Allemagne, Autriche). De plus, il a été invité à couvrir plusieurs festivals étrangers de renom, tant en Amérique (Vancouver, Chicago) que Outre-Atlantique (Paris, Berlin, Vienne et Copenhangue). Depuis 2012, il agit comme rédacteur atitré de la section jazz de La Scena Musicale; en 2013, il entame une collabortion auprès de la publication américaine Point of Departure, celle-ci dédiée aux musiques créatives de notre temps.

Laissez une réponse