Gregory Charles – Implication citoyenne

0

« Nous avons la responsabilité de ne laisser assassiner aucun Mozart ! »

Le bien passe nécessairement par le beau. » Gregory Charles résume ainsi l’esprit du concert-bénéfice Cardinal Léger 2017 Piano et Voix qui le mettra en scène en compagnie du ténor Marc Hervieux, le 5 novembre à la Maison symphonique. Ce grand événement musicocaritatif au profit du ­programme Nourrir un enfant de l’organisme L’Œuvre Léger verra la participation de deux jeunes musiciens de l’émission Virtuose ­télédiffusée à Radio-Canada et qui bénéficie de la complicité inspirée du tandem Gregory et Marc, lequel se distingue par son refus des cloisons artistiques et dont l’amour sans ­frontières de la musique s’inscrit dans une démarche artistique interactive tournée ­plutôt vers le public. Entretien.

« J’ai des atomes crochus avec la famille Léger », dit Gregory Charles. Il évoque la sensibilité commune qui le lie avec les promoteurs de L’Œuvre Léger dans l’action pour un monde meilleur, plus juste et plus équitable, notamment en faveur des enfants et de la ­jeunesse. Cet artiste multidisciplinaire est convaincu que l’événement sera mémorable et fera écho à l’élan de générosité de tous ceux et celles qui ont à cœur la contribution aux actions humanitaires comme celles menées par L’Œuvre Léger par ses différents ­programmes, notamment celui baptisé Nourrir un enfant qui vise à améliorer la vie de plus de 60 000 enfants et familles ­vulnérables à travers tout le Québec.

Beauté du jeu !

Pour ce qui est du menu musical assez ­diversifié du concert (musique classique, jazz, musique populaire, etc.), Gregory Charles évoque la complicité qui s’est tissée au fil des ans entre lui et son collègue Marc Hervieux et qui les mène vers des « endroits inattendus ». « C’est ce qui fait la beauté du jeu entre nous deux », dit-il, soulignant ­l’effet bénéfique de l’ouverture interactive avec le public, laquelle ne manque pas de rendre encore plus envoûtante la prestation de ce désormais célèbre duo qui, porté par l’amour de la musique dans sa diversité ­universelle, promet de belles surprises.

Implication citoyenne !

« La vie est bien trop courte pour se priver des bienfaits émotionnels qui viennent avec la ­pratique de l’art », dit celui qui ne cache pas son aversion pour toute forme de snobisme et ­d’élitisme. « Mon bonheur, à moi, découle de mon effort de dépassement personnel, affirme G. Charles. Mais il dépend aussi de ma ­capacité de jouer un rôle positif dans la société et ­d’assumer mon devoir de citoyen. » Et c’est bel et bien l’objectif qu’il s’est fixé à travers la série de variétés Virtuose qui permet de découvrir et d’apprécier les talents de jeunes espoirs (de 9 à 17 ans) de la musique classique, du jazz, de l’opéra et de la musique traditionnelle d’un peu partout au Québec et au Canada. « Marc et moi partageons le bonheur de participer à cette émission qui est une célébration de la collégialité et du travail d’équipe. Et c’est ce que L’Œuvre Léger fait depuis des années », relève-t-il en soulignant la grandeur des ambitions de cette œuvre philanthropique et ses « succès surprenants ». Celui qui fait une ­cinquantaine de spectacles-bénéfices par année depuis presque vingt ans lance ainsi un appel à la générosité et à l’esprit citoyen de ceux et celles qui malgré leurs horaires ­chargés ne manqueront pas l’occasion du très divertissant concert-bénéfice pour ­encourager L’Œuvre Léger à poursuivre sa mission.

« On a choisi d’être des entertainers »

Quant aux raisons qui font que le duo avec Marc Hervieux fonctionne si bien, Gregory Charles reconnaît que Marc et lui auraient pu faire des carrières artistiques en suivant des démarches musicales plutôt personnelles et introspectives. « Mais, on a choisi d’être des entertainers, des artistes du divertissement moins tournés vers eux-mêmes et davantage tournés vers le public dans un esprit ­interactif. » Il souligne le dénominateur ­commun qui renforce sa collaboration avec ce « grand chanteur lyrique qui a choisi de ­prêter sa technique et sa voix à divers styles musicaux », comme il décrit M. Hervieux, en ­mettant l’accent sur leur appréciation ­commune de la grande diversité des genres d’expression musicale et leur refus des ­frontières. « On n’aime pas les cloisons ! »

Hommage à maman et sa méthode Piano !

« J’ai été éduqué dans l’esprit de la responsabilité qu’on a de ne laisser aucun Mozart se faire assassiner ! » Pour Gregory Charles, la responsabilité sociale citoyenne motive la volonté de « servir de catalyseur pour les autres afin qu’ils réalisent leur potentiel et surtout les amener à goûter au plaisir du dépassement de soi ». Il faut dire que cette conscience inspire bien cet artiste ­polyvalent (musicien, animateur – télé et radio –, directeur artistique, mais également danseur, chanteur, etc.) et dont la ­carrière traduit le riche brassage culturel dont il est l’héritier de par la diversité de ses origines (anglophone, francophone et latino-américaine). Il vient de lancer un nouveau concept musical, l’Académie Gregory, sous le thème « Devenez pianiste en 8 mois », qui propose un tutoriel ­d’apprentissage du piano en ligne qui ­s’inspire de la technique apprise aux côtés de sa mère, son premier professeur de piano qui lui a inculqué la régularité du petit effort soutenu (10 minutes de pratique ­quotidienne) et lui a montré comment se libérer des partitions et apprendre plutôt à écouter la musique. En hommage à sa maman, décédée en janvier dernier, Gregory Charles a envie que sa méthode d’apprentissage survive, qu’elle touche d’autres personnes et soit accessible au plus grand nombre.

Concert-bénéfice Cardinal Léger Piano et Voix avec Gregory Charles et Marc Hervieux, 5 novembre 2017, Maison symphonique de Montréal www.leger.org

Académie Gregory www.academiegregory.com

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse