Keith Cerny : Le Nouveau PDG de l’Opéra de Calgary

0

Keith Cerny

Keith Cerny arrive à Calgary avec une formation qu’il qualifie d’« hybride » en musique classique et en technologie des affaires. Le pianiste accompli est arrivé à la mi-janvier pour commencer à travailler comme nouveau directeur général de l’Opéra de Calgary.

« L’accueil a été excellent », dit Cerny, qui a quitté le même poste à l’Opéra de Dallas, une compagnie ayant un budget plus important et une plus grande saison principale.

« [Calgary] a beaucoup à offrir. Elle a un parcours important », insiste-t-il. Deux autres facteurs clés dans la décision de déménager étaient un « conseil de direction lucide » et « l’un des trois seuls programmes nationaux d’artistes émergents ».

Même si la saison à venir avait déjà été planifiée, Cerny a pu faire des ajouts, comme la première canadienne d’Everest par Joby Talbot et Gene Scheer, une œuvre qu’il a commandée à Dallas après le désastre de 1996 impliquant un pathologiste laissé pour mort sur la montagne du titre.

La première aura lieu en février 2019. En mai 2019, l’Opéra de Calgary donnera la première mondiale de Ghost Opera, une œuvre incluant des marionnettes qui sera présentée par des artistes émergents.

La saison s’amorce avec The Magic Piano & The Chopin Shorts, un film d’animation en 3D accompagné d’un pianiste sur scène. Cerny espère que l’événement, tenu en partenariat avec le Centre national de musique, le Concours international de piano Honens et le Festival international du film de Calgary, atteindra une nouvelle communauté, mais soulignera également le fait que la saison est axée sur la collaboration.

En partenariat avec Old Trout Puppet Workshop et le Centre des arts et de la créativité de Banff, Ghost Opera de Veronika Krausas, sur un livret d’André Alexis, fera appel au « style follement novateur et irrévérencieux » d’Old Trout. Cerny espère que le croisement multimédia « apportera quelque chose de nouveau à la scène ».

Cerny croit en l’utilisation de la nouvelle technologie pour mettre en évidence la narration. Everest présentait aussi ces éléments. « J’ai utilisé des projections dans dix productions à Dallas », dit Cerny.

Sa politique à l’Opéra de Calgary sera de ne pas ignorer la tradition, mais de raviver l’intérêt avec les avancées de la technologie théâtrale. « À mesure que l’opéra adopte les nouvelles technologies, nous pouvons les utiliser pour nous connecter aux publics plus âgés », dit Cerny.

Par exemple, en novembre 2018, Jean Grand-Maître, directeur artistique de l’Alberta Ballet, dirigera le ténor Adam Luther et l’ancienne artiste émergente de l’Opéra de Calgary Anne-Marie MacIntosh dans les rôles-titres de Roméo et Juliette de Gounod, sous la baguette de Gordon Gerrard. En décembre, les artistes émergents seront rejoints par un sopraniste pour Amahl and the Night Visitors de Menotti et en avril 2019, la compagnie présente le baryton Gregory Dahl dans le rôle-titre de Rigoletto.

« La communauté est le troisième pilier, explique Cerny. Un de mes objectifs est d’augmenter notre engagement communautaire. L’Opéra de Calgary a déjà mis en place un excellent programme d’éducation pour les jeunes artistes et le milieu scolaire. » Il fait référence aux programmes Let’s Create an Opera et Opera in the Schools destinés aux élèves du primaire.

Poursuivant sur cette voie, après une pause en 2018, l’Opéra de Calgary ramène sa populaire série Opera in the Village en août 2019 avec une version abrégée de Carmen, le classique de Bizet.

« Je veux sortir l’opéra des murs d’une salle de concert », dit Cerny.

www.calgaryopera.com

Traduction par Mélissa Brien

Partager:

A propos de l'auteur

Laissez une réponse